Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les chemins d'Auris

Les chemins d'Auris

Toyota vient de lancer son deuxième véhicule hybride avec l'Auris HSD. Le constructeur souhaite imposer cette technologie dans le segment M1. Toyota France table sur la commercialisation de 2 000 Auris HSD en 2010 et 4 000 en 2011.

Un véritable pari. Voilà ce que représente le lancement de l'Auris HSD. En effet, Toyota a choisi de dupliquer sa technologie hybride sur un modèle évoluant sur un segment de marché très convoité par les constructeurs : le segment M1. Toyota semble donc parier sur une démocratisation rapide de l'hybridation, le constructeur étant appelé à proposer une version hybride de chacun de ses modèles à partir de 2020 (50 % sur la période 2015-2020). Il souhaite en tout cas faire rapidement du volume avec son nouvel hybride, ce dernier représentant le plus gros investissement auquel ait consenti le constructeur sur un véhicule à mi-vie. Disponible uniquement en carrosserie cinq portes, il vise aussi bien les particuliers que les professionnels. Toyota France table ainsi sur la commercialisation de 2 000 Auris HSD en 2010 puis 4 000 en 2011, le constructeur espérant en "écouler" au total sur ces exercices, respectivement 8 400 et 9 000. "Les professionnels devraient y participer à hauteur de 40 ou 45 %", estime Daniele Schillaci, président de Toyota France. L'Auris HSD dispose en tout cas d'arguments susceptibles d'intéresser plusieurs types de clientèle. Ce modèle se distingue d'abord par des lignes plutôt dynamiques et très sobres, ce qui le différencie de la Prius, un modèle apprécié, pour l'essentiel, par des "écolos militants" (il devrait être commercialisé à quelque 5 000 exemplaires cette année en France). Il exploite néanmoins la même motorisation que son illustre aînée, à savoir un moteur essence 1.8 litre VVT-i et un moteur électrique de 60 kW qui développent une puissance utile de 136 ch. L'Auris HSD peut ainsi enregistrer une accélération de 0 à 100 km/h en 11,4 secondes et atteindre une vitesse maximale de 180 km/h, le dernier hybride de la marque affichant un cx de 0,28. En cycle mixte et avec une conduite très apaisée, il peut, en outre, afficher une consommation de 3,8 litres aux 100 kilomètres s'il chausse des pneumatiques de 15'' (4 litres si pneumatiques montés de série, à savoir des 17'').
 

Trois modes de conduite



L'Auris HSD ne dégage par ailleurs, et avec les mêmes types de pneumatiques, que 89 grammes de CO2/km (93 grammes de CO2/km si 17''), ce qui lui donne droit à un bonus écologique de 2 000 euros, les entreprises pouvant bénéficier, elles, d'un bonus écologique de 1 000 euros et d'une exonération de 24 mois de la TVS. Ses utilisateurs n'en pourront pas moins prendre du plaisir. L'Auris HSD propose, en effet, trois modes de conduite en complément de son mode de conduite normal basé sur une transmission à variation continue pilotée électroniquement (E-CVT) : EV, ECO et POWER. Le premier mode permet de sélectionner manuellement le mode tout électrique, le second de limiter quelque peu la réponse du papillon des gaz aux sollicitations agressives de l'accélérateur et le troisième d'accentuer la réponse aux sollicitations de l'accélérateur de 25 % (il va de soi que le moteur thermique se met automatiquement en route si le système le juge nécessaire dans le cas d'une programmation EV, l'Auris HSD fonctionnant automatiquement en mode EV du démarrage à moins de 50 km/h). "Son coût d'exploitation est identique à celui d'une Yaris 1 litre", nous a aussi fait savoir le constructeur. Ce dernier estime, par ailleurs, que ses valeurs résiduelles devraient être du même ordre que celles actuellement enregistrées en tête du segment M1. Sur le marché français, il cible ainsi une valeur résiduelle de 45 % après 36 mois et 90 000 kilomètres. Fabriquée au Royaume-Uni sur le site Toyota de Burnaston, où 149 opérations de fabrication ont été modifiées et 7   spécialement créées sur la chaîne d'assemblage, l'Auris HSD est disponible dans les finitions Dynamic, Executive et Lounge, toute la gamme comprenant des lève-vitres avant et arrière électriques, des rétroviseurs dégivrants, sept airbags, des phares antibrouillards, des feux diurnes à DEL, des jantes alliage, une prise USB/AUX pour branchement de lecteur MP3 et l'aide au démarrage en côte HAC. Ses tarifs oscillent dans une fourchette de prix allant de 23 900 à 27 300 euros TTC, l'Auris HSD pouvant aussi être financée en LOA via "Les Engagements Toyota" (à partir de 229 euros par mois). Il n'y a pas de doute. Il s'agit d'un véritable pari pour Toyota.

L'Auris hybride en bref


• Date de lancement : Juillet 2010
• Segment de marché : M1
• Objectifs 2010 : 2 000
• Principales concurrentes de l'Auris HSD Dynamic (23 900 €) :
Ford Focus 1.6 TDCi 110 ch Econetic DPF 5p : 22 500 € ;
Opel Astra 1.7 CDTI FAP Enjoy : 20 600 €
• Prix : de 23 900 € à 27 300 € - Essence
Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page