Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Changement de dimension

Avec un objectif affiché de 15 000 unités immatriculées en 2011, l’A1 ne deviendra pas le best-seller de la marque, mais avec elle, Audi va franchir un nouveau palier qui explique en partie la refonte de l’après-vente pour plus de qualité.

Changement de dimension

Avec l’A1, Audi voit plus grand et nourrit son ambition de leadership planétaire du Premium. Bien qu’elle ne mesure pas plus de 4 mètres, l’A1 peut compter sur le génome complet de la marque. Dans les showrooms français depuis le 9 septembre, l’A1 compte bien bouleverser la hiérarchie des citadines huppées.

La petite Audi appelée à devenir la plus grande. C’est en ces termes que le constructeur d’Ingolstadt définit sa dernière création. Audi débarque donc sur le segment des citadines huppées avec de grandes ambitions. En fait, revient sur ce segment pourrait-on dire après l’A2, lancée en 2000, qui n’a jamais réellement trouvé sa clientèle à l’époque. Ce qui ne semble pas être le cas avec l’A1 puisque les dirigeants de la marque ont déjà annoncé une augmentation de la capacité de production de l’usine bruxelloise. Un marché hexagonal qui devrait absorber dès cette année 4 000 à 5 000 unités de l’A1 avant de viser 15 000 unités en 2011. L’occasion pour Audi de franchir un nouveau cap en dépassant les 60 000 immatriculations. L’A3, renouvelée en 2011, souffrira sans doute d’ici là mais l’objectif majeur de la marque demeure la conquête : l’A1 devrait attirer 60 à 70 % de nouveaux clients. Les cibles privilégiées étant les possesseurs de Mini, d’Alfa MiTo ou encore de DS3. Ces nouveaux venus découvriront un univers typiquement Audi puisque l’A1 n’échappe évidemment pas aux codes de la marque même si la citadine s’autorise quelques fantaisies avec ses arches de toit, des touches de couleurs dans l’habitacle et une personnalisation plus large qu’à l’habitude. Pour le reste le génome est complet : la qualité de finition demeure, comme un coup de crayon équilibré, centré autour de la calandre Singleframe et bien évidemment la technologie tient une place importante.

La technologie comme leitmotiv

Une technologie que l’on retrouve sous bien des aspects comme la sécurité active et passive mais aussi au chapitre infotainment. En effet, la petite A1 n’a pas à envier ses aînées puisqu’elle dispose (en option) de la dernière génération du MMI avec son disque dur de 60 Go, le Bluetooth ou encore la commande vocale. Ensuite cette volonté technologique se traduit également dans la structure même du véhicule. En effet, sans être allés aussi loin qu’avec l’A2, entièrement en aluminium, les ingénieurs ont tout fait pour contenir le poids du modèle avec une masse variant de 1 040 à 1 140 kg selon les versions. Evidemment un bon point au service du dynamisme mais aussi des consommations et des émissions de CO2. Ainsi, la gamme actuelle affiche des consommations mixtes allant de 3,8 l/100 pour l’A1 1.6 TDi 90 à 5,4 l/100 pour celle équipée du 1.4 TSi de 122 ch, soit de 99 à 124 g. L’ensemble des mécaniques cache un turbo, l’injection directe, un système de récupération d’énergie et un Stop&Start. Et logiquement, comme pour les cousines du groupe qui reposent sur la même plate-forme, l’A1 offre la possibilité d’associer la boîte S-Tronic 7 rapports aux 1.4 TSi 122 et 1.6 TDi 90. Le résultat reste sans appel : à faire essayer d’urgence notamment avec le bloc essence. Toutefois, pour aller chercher les concurrentes les plus sportives, comme la Mini Cooper S (184 ch) ou la MiTo Quadrifoglio Verde (170 ch), la petite Audi devra attendre sa version S que l’on annonce avec 180 ch sous le capot. Par ailleurs l’A1, sans doute déclinée en Sportback dans le futur, existera également en version électrique. La première Audi électrique, en 2012, sera une sportive annoncée par les concepts e-tron, puis ce savoir-faire sera ensuite décliné sur la gamme dont l’A1. Le concept A1 e-tron, que l’on a découvert à Genève au printemps dernier, annonçait d’ailleurs les choix techniques retenus par Audi pour sa citadine avec un ensemble électrique capable de parcourir 50 km avant qu’un petit moteur rotatif thermique vienne prolonger l’autonomie jusqu’à 200 km.

En attendant cette montée en puissance tant mécanique que commerciale, Audi enregistre de bons résultats jusqu’ici, lui permettant de confirmer sa place de première marque Premium en France. Au niveau international, Audi vient de battre un nouveau record historique, avec 1 003 900 ventes à fin novembre. 

---------------
L’ A1 en bref

Date de lancement : 9 septembre
Segment de marché : Citadines premium
Objectif France : 5 000 unités en 2010 - 14 000 unités en 2011
Principales concurrentes de l’A1 1.6 TDi 105 Ambition 22 300 € :
Mini Cooper D 110 21 300 € ;
Citroën DS3 1.6 HDi 110 Sport Chic 21 500 € ;
Alfa MiTo 1.6 JTD 120 Sélective 21 600 €
Prix :
de 16 400 à 26 350 € - Essence
de 18 400 à 25 300 € - Diesel


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page