Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L’atout inattendu

Depuis 2002, Hyundai a écoulé 18 000 Matrix en France, soit une moyenne de 2 000 par an. L’importateur entend doubler ses ventes sur ce marché dès cette année.

L’atout inattendu

Commercialisée sur un segment hyper concurrencé, mais surtout lancée 10 mois après sa cousine, la Kia Venga, avec laquelle elle partage sa base technique, la Hyundai ix20 surprend par sa fraîcheur et affiche des arguments qui devraient lui permettre d’atteindre sans difficultés les objectifs annoncés par son importateur en France.

Depuis le virage généraliste opéré par Hyundai et la naissance de la “i-family”, voilà plus de trois ans, la gamme du constructeur coréen s’appuyait sur ses crossovers, ses berlines et ses citadines. Un catalogue aussi cohérent que classique, qu’une quête de supplément d’âme fait actuellement évoluer. Une mue identitaire dont on a observé les prémices avec la sortie de l’ix35 l’an dernier, et qui se poursuit aujourd’hui sous les traits de l’ix20. Véhicule installé sur un marché dans lequel le constructeur avait véritablement besoin d’affirmer sa présence.

En 2002, ce segment des minispaces ne représentait que 0,4 % du marché global avec un peu plus de 8 500 unités. Le Matrix suffisait alors pour glaner quelques immatriculations. Ce n’est plus le cas. L’an dernier, ce marché a représenté 4,95 % des ventes totales de VP, avec un volume de 111 487 unités. Soit une croissance de 1 200 % en 8 ans ! Une source de volume non négligeable, toutefois trustée à 65 % par trois modèles : le C3 Picasso, le Renault Modus et l’Opel Meriva, qui ont, en effet, pesé 72 291 immatriculations sur ce segment l’an dernier. Alors tirer son épingle du jeu dans ces conditions n’apparaît pas sans difficultés. Pourtant, Hyundai a déjà immatriculé plus de 500 exemplaires de son ix20 sur ses deux premiers mois de commercialisation. De quoi donner quelques raisons d’espérer et, pourquoi pas, de voir plus loin que les 4 000 unités que l’importateur espère écouler en France cette année. Une ambition légitime, tant l’ix20 regorge d’arguments.

Des arguments à tous les étages

En termes de style, d’abord. L’ère du design, disons peu fédérateur, qu’arboraient Matrix ou Pony, est bien lointaine. L’ix20 confirme la volonté de Hyundai de mettre en avant d’autres valeurs que le seul pouvoir d’achat. Un parti pris d’autant plus porteur qu’en sus de ses lignes séduisantes, le modèle conserve un avantage concurrentiel non négligeable. Notamment grâce à un taux d’équipement compétitif. Toit panoramique, système de son et d’électronique embarquée qui n’est pas là pour faire le nombre, navigation agréable, malgré une vitesse de re-calcul des itinéraires parfois mesurée, caméra de recul, aide au démarrage en côte… Autant d’équipements qui ne sont une évidence ni pour les véhicules du segment, ni pour la marque. “Ce sont des agréments qui n’étaient pas, jusque-là, dans le territoire de Hyundai”, reconnaissait d’ailleurs récemment Patrick Gourvennec, directeur général d’Automobiles Hyundai France. Une richesse de l’offre qui vise notamment à attirer une nouvelle clientèle, le leitmotiv actuel du constructeur.

Sous le capot, l’attractivité est aussi de mise. Avec les blocs 1,4 l 90 ch et 1,6 l 125 ch essence, mais aussi et surtout avec les deux alternatives Diesel proposées par la marque. Hyundai commercialise en effet son moteur 1,4 l CRDi en version 75 ch ou 90 ch. Deux motorisations qui affichent une même consommation moyenne de 4,3 l/100 km en cycle mixte, pour des émissions de 114 g CO2/km en moyenne. Un argument de poids rendu notamment possible par la présence, en série, d’un système de microhybridatyion sur les moteurs Diesel.

Un vent de fraîcheur

De surcroît, le produit ix20 reçoit l’appui d’un dispositif “commercial et marketing” de poids : l’offre Triple 5. Apparu chez Hyundai Europe avec la sortie de l’ix35, et aujourd’hui déployé sur l’intégralité de la gamme du constructeur coréen, le programme de fidélisation devrait, en effet, constituer un argument de plus pour faire pencher la balance du côté de la marque au moment de la décision d’achat. Cinq ans de garantie complète et cessible, 5 ans d’assistance européenne, 5 ans de contrôle visuel annuel gratuit. “Ce sera incontestablement un de nos meilleurs atouts pour performer”, confirme Patrick Gourvennec.

L’évolution stylistique de Hyundai franchira un nouveau cap avec la sortie du Veloster en avril prochain, puis celle de l’i40 ensuite, mais aussi celle du Coupé Genesis, dans un avenir plus proche. Autant de modèles qui feront résolument souffler, eux aussi, un vent de fraîcheur sur la gamme du constructeur. 

------------
La Hyundai ix20 en bref

Date de lancement : novembre 2010
Segment de marché : Monospace compact (B-MPV)
Les principales concurrentes de la Hyundai ix20 1,4 CRDi 90 BlueD Pack Sensation (20 990 €) :
Kia Venga 1,4 CRDI 90 FAP Active (18 190 €),
Opel Meriva 1,3 CDTI 95 FAP ecoFlex Cosmo (21 050 €)
Objectifs de ventes : 4 000
Prix :
de 15 990 à 17 290 € - Essence
de 17 890 à 23 490 € - Diesel


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page