Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La Focus de la maturité

La production européenne de la nouvelle Focus a commencé dans l’usine de Saarlouis (Allemagne) et commencera mi-2011 dans l’usine de St Petersbourg (Russie).

La Focus de la maturité

Il était temps d’offrir à ce modèle emblématique une nouvelle vie. La troisième Focus a pour ambition de renouer avec le succès et retrouver la place qui lui revient sur le marché. Voici la Focus 2011, qui préfigure, par ailleurs, la nouvelle image voulue par la marque.

2010 fut une année en demi-teinte pour Ford. La première moitié de l’exercice se montra conforme aux attentes du constructeur, tandis que le second semestre vit la frénésie s’emparer du marché. Prime à la casse oblige, certains constructeurs n’ont pas hésité à présenter des offres sans pareil, pour écouler des volumes avant la fin de l’aubaine gouvernementale… Ford, n’ayant pas voulu jouer la surenchère, a pâti de la situation et ses ventes ont chuté.

C’est dans ce contexte que la Focus entame sa troisième vie. Dès 1998, la première version avait détonné dans le paysage en raison d’une silhouette en rupture. La Focus sera même élue voiture de l’année, en 1999. La seconde version, revue en 2004, avait ensuite déçu, par des lignes, sinon ratées, disons contestables, qui n’avaient finalement pas rencontré leur public.

La nouvelle Ford Focus se positionne sur le très concurrencé segment C des berlines compactes, où 23 véhicules se partagent le gâteau et où les indétrônables Renault Megane, Peugeot 308 et VW Golf ne céderont pas facilement leurs places en France… Et on les comprend ! Le segment représente toujours 13 % du marché global, même s’il baisse inexorablement… Dans ce contexte, Ford France, par la voix de Jean-Luc Gérard, son président, souhaite, au moins, maintenir la position de troisième importée qu’enregistre la Focus dans l’hexagone, derrière la Golf et l’Opel Astra, même si ses volumes (11 000 unités en 2010) la placent en sixième position, toutes marques confondues.

La nouvelle Focus sera disponible dès le mois d’avril dans les concessions de la marque, pour des objectifs raisonnables de 12 000 ventes en 2011 en France (6 % du segment), contre 230 000 en Europe. Concernant le mix produits, la silhouette 5 portes devrait rencontrer 83 % du public, et 16 % pour le SW. Les miettes restant pour la 5 portes, une silhouette décidément tombée en désuétude en France, mais qui continue à satisfaire sur certains marchés, raison pour laquelle elle est maintenue au catalogue.

Revenir au premier plan sur le segment des compactes, soit. Pour ce faire, il fallait tout d’abord revoir le design de l’ensemble, tout en relevant un défi particulièrement ardu. En effet, la Focus 2011 doit séduire tous les marchés, avec 80 % de pièces communes. Et l’on sait combien il est difficile de satisfaire à la fois un client européen, asiatique et nord américain… Le résultat de ce challenge prend la forme, sinon d’un modèle de beauté, au moins d’un véhicule un peu différent de ses consœurs, sur un segment où il ne fait pas bon prendre des risques…

La longueur de l’auto reste identique à celle de sa devancière, mais sa hauteur diminue par rapport à la version 2004. Ce qui lui donne une allure plus trapue.

Technologie tous azimuts

Mais là où la révolution s’opère, c’est à l’intérieur de cette nouvelle Focus. Là encore, plus rien à voir avec la petite berline familiale consensuelle de 1998. Qu’il s’agisse de l’esthétique, de la conduite ou de l’équipement, la Focus a dépoussiéré son intérieur et sa clientèle la plus jeune devrait apprécier. A bord, c’est un véritable cockpit d’avion qui vous accueille. On n’avait plus vu cela depuis l’étonnant tableau de bord de la Honda Civic. Ici, l’exercice de style va moins loin, mais l’équipement de notre version d’essai nécessitera quand même une concentration de plusieurs heures afin d’en tirer la quintessence… Les vendeurs auront donc réellement des arguments. Voici quelques exemples, sous la forme d’un inventaire qui fait aujourd’hui référence sur le segment : caméra de recul, régulateur de vitesse adaptatif, boîte à double embrayage, système Stop&Start, verrouillage et démarrage mains libres, prise arrière 220 V, surveillance de la pression des pneus, détecteur de franchissement de ligne, éclairage adaptatif, avertissement de présence dans les angles morts, lecture des panneaux de signalisation, stationnement semi-automatique, système de détection de collision avec freinage automatisé à faible vitesse, détection de la baisse de vigilance du conducteur, aide au maintien dans la file de circulation. Ouf ! Aucune des concurrentes ne présente l’ensemble de ces prestations… Bien sûr, tout cela ne figure pas sur le modèle d’entrée de gamme, mais le client peut faire le choix de la majorité de ces options par le biais d’un pack au prix de 1 100 euros. Et ce n’est pas fini ! Dès septembre prochain, la Focus recevra le système SYNC, soit un large écran tactile regroupant toutes les fonctions multimédia de l’auto, et même une connexion 3G qui reliera l’auto à Internet pour des infos météo, trafic…

Malheureusement, en contrepartie de tous ces bénéfices technologiques, la pléthore de commandes déstabilise quelque peu et complexifie l’usage de l’interface homme-machine…

Sous le capot

Les motorisations accueillent un nouveau bloc turbo essence à injection directe EcoBoost de 1,6 litre, développant 150 ou 180 ch. Mais le plébiscite ira logiquement aux moteurs Diesel Duratorq 1,6 et 2,0 litres TDCi, nettement améliorés en termes de consommation, et développant désormais 95, 115, 140 ou 163 ch. Particulièrement souples à l’utilisation, ils se révèlent également tout à fait étonnants de silence dans l’habitacle. Un agrément de conduite soutenu par un exceptionnel comportement routier. Rivée au sol, équilibré au freinage, la Focus reste un modèle de tenue de route. On ne déplorera que les sensations gommées par une direction électrique, avare en retour d’informations. 

----------------
La Ford Focus en bref

Date de lancement :  Avril 2011
Segment de marché : C, berlines compactes, 200 000 unités en 2010
Objectifs : 12 000 ventes en 2011
Principales Concurrentes de la Ford Focus 1.6 Trend 95 ch 20 550 € :
Opel Astra Enjoy 1.3CDTi : 20 550 € ;
Citroën C4 Confort HDi : 21 600 €; 
VW Golf 1.6 TDI : 20 800 €
Prix : de 18 850 à 27 600 € en 5 portes


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page