Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Une personnalité qui s’affirme

La face avant du nouveau Captiva répond à l’une des principales caractéristiques actuelles de la marque Chevrolet. Les calandres de ses véhicules se veulent désormais plutôt proéminentes.

Une personnalité qui s’affirme

La nouvelle mouture du Captiva se veut plutôt agressive et sportive. Chevrolet a toutefois décidé de soutenir ses ventes avec une prime de lancement pouvant aller jusqu’à 4 900 euros. Le constructeur table sur 2 000 unités vendues cette année en France.

Ses concurrents sont prévenus. Chevrolet sera encore très agressif sur le plan tarifaire en 2010 : la marque, qui couvrira deux tiers du marché cette année avec d’autres lancements à venir, a, en effet, décidé d’accorder des primes conséquentes aux premiers acheteurs de certaines versions de son nouveau SUV Captiva, un modèle “écoulé” à quelque 120 000 exemplaires en Europe, depuis sa mise sur le marché courant 2006 (30 000 en 2010 dont 2 500 en France). Ces remises, destinées à soutenir les ventes du nouveau modèle mais aussi, peut-être, à le positionner au mieux par rapport à l’Opel Antara, n’enlèvent pourtant rien à ses qualités et spécificités.

Si le nouveau Captiva est toujours équipé de sept places et ne se différencie quasiment pas de son aîné au niveau de la face arrière, il affiche en revanche un look on ne peut plus agressif et sportif à l’avant, avec notamment un spoiler plus enveloppant, des phares prismatiques et une calandre double entrée beaucoup plus proéminente. Il emprunte ainsi l’un des signes de reconnaissance actuel de la marque. A l’intérieur, il se distingue entre autres par la présence d’un frein parking électrique, d’un compteur rétro-éclairé de couleur bleue et de très nombreux espaces de rangements, son coffre affichant toujours une volumétrie importante, que tous les sièges passagers soient rabattus ou non (jusqu’à la ligne de vitrage, ses capacités oscillent dans une fourchette allant de 769 à 1 577 litres).

Mieux insonorisé que son aîné et systématiquement équipé de certains éléments de confort et de sécurité, parmi lesquels une solution bluetooth, un limiteur de vitesse en descente, un système d’aide au démarrage en côte, un pack de six airbags, un antipatinage et un ABS, il donne surtout accès à de toutes nouvelles motorisations, en l’occurrence deux turbo Diesel 2.2 litres de 163 ou 184 ch et un V6 essence de 3.0 litres de 258 ch (la production de ce dernier a été programmée sur la seconde partie de l’année).

Deux tiers des ventes avec le turbo Diesel de 163 ch

Le bloc de 163 ch est disponible en deux ou quatre roues motrices et celui de 184 ch uniquement en 4WD, le premier étant, par ailleurs, proposé avec les finitions LS, LT et LT+ et le second avec, en plus, une finition richement dotée dénommée LTZ. Il s’agit, quoi qu’il en soit, de motorisations avec lesquelles la marque souhaite réaliser l’essentiel de ses ventes : les blocs Diesel 163 ch 2WD et 184 ch 4WD affichent des consommations moyennes en cycle mixte de respectivement 6,4 et 6,6 litres aux 100 km (7,5 et 7,7 litres avec une boîte de vitesse automatique) et ils rejettent respectivement 170 et 174 grammes de CO2/km (198 et 203 grammes avec une boîte automatique). Chevrolet estime que deux tiers des ventes du nouveau Captiva se feront avec le turbo Diesel de 163 ch et un tiers avec celui de 184 ch sur 2011, la marque tablant cette année sur 2 000 unités vendues en France. Et elle est plutôt confiante : l’an dernier, le segment SUV a progressé de 24 % en France pour afficher une part de marché de 6,85 % (elle s’est établie à 9,79 % de janvier à octobre 2010 en Europe, contre 8,66 % en 2009 et 9,11 % en 2008).
Ses offres de lancement n’en pourraient pas moins intégrer à terme ses tarifs catalogue : les automobilistes risquent de ne pas très bien comprendre qu’à une ou deux journées près, on leur refuse une prime de 4 500 ou 4 900 euros. Surtout l’année où la marque fête ses 100 ans ! Ils ont jusqu’au 31 mars pour bénéficier d’une remise de 4 900 euros s’ils commandent un Captiva 163 ch 2WD LS et d’une autre de 4 500 euros s’ils optent pour un Captiva 184 ch LTZ : ces modèles sont ainsi accessibles à respectivement 22 990 et 29 490 euros.

-------------------------
La Chevrolet Captiva en bref

Date de lancement : Printemps
Segment de marché : SUV
Objectif de ventes : 2 000
Principaux concurrents du Captiva 163 ch 2WD LS
(27 890 €) :

Opel Antara 2.0 CDTI 150 Edition Pack 4 X 2 (32 400 €),
Kia Sportage 1.7 CDRi Premium (28 290 €),
Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 4WD Pack Edition 7 places (37 490 €)
Prix : de 27 890 à 35 290 € - Diesel


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Brexit : une opportunité pour l’industrie automobile française ?

A l’occasion du FEAL 2018, congrès sur l’industrie automobile du futur, la question du Brexit sur les activités industrielles britannique et européenne a été posée. Pour plusieurs intervenants,

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page