Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes CLS : Une vision bien réelle

Mercedes CLS : Une vision bien réelle

Une année aura été nécessaire pour transformer un rêve de Salon en réalité. Le Vision CLS de Francfort est devenu la Classe CLS. Avec ce coupé 4 portes, disponible depuis le 1er octobre, Mercedes parie sur une autre approche du coupé mariant style et fonctionnalité. "Le CLS Vision...

...est un concept très abouti en termes de carrosserie. La décision de production n'est pas encore prise, mais si nous en avons confirmation, ce concept pourrait devenir une réalité en fin d'année 2004" Dixit François le Clec'h, directeur général VP Mercedes-Benz, Maybach, Smart, durant une entrevue lors du Salon de Francfort en septembre dernier. A l'époque du Salon allemand, les dirigeants avaient annoncé que l'engouement du public déterminerait l'avenir du projet. "Nous voulions prendre la température, se souvient Hans-Dieter Futschik, directeur du design, et les réactions du public ont dépassé nos attentes ." Pour cette idée de "niche inoccupée", soufflée par le marketing, Jürgen Hubbert, membre du directoire de DaimlerChrysler, voulait que "Mercedes prenne une génération d'avance dans le monde des coupés". Cette phrase est devenue, un an après, la tête de pont de la communication autour du CLS "de série". Et ce n 'est pas le seul point commun!

Le concept Vision CLS est omniprésent

Eclairé telle une starlette dans les allées de Cinecitta, le concept Vision CLS nous rappelle combien la version commercialisée aujourd'hui en est proche. Hans-Dieter Futschik révèle ainsi l'objectif du bureau de style à l'époque : "Nous devions concilier dynamisme, puissance et fonctionnalité ." Et il faut reconnaître que l'équipe du design est arrivée à ses fins tant le CLS en impose. "Nous avons donné une nouvelle dimension émotionnelle à Mercedes ", se félicite le directeur du design. Un design qui constitue un incontestable atout que même les deux portes arrière n'arrivent pas à atténuer. Deux portes à l'arrière pour un coupé peuvent apparaître comme une trahison, mais la marque étoilée a voulu mettre en avant la fonctionnalité d'une telle architecture et utiliser au mieux l'espace disponible. Toutefois, s'il est exact que monter à l'arrière de ce coupé est un jeu d'enfant et que l'espace y est plutôt généreux, ceux qui mesurent plus de 1,80 m seront plus à l'aise au volant. Un phénomène évidemment lié à la garde au toit, et qui explique aussi l'abandon du toit panoramique en verre du concept de Francfort. "En conservant le toit panoramique du concept, explique le directeur du design, nous aurions perdu près de 20 mm de garde au toit ." En revanche, l'ambiance intérieure et le poste de conduite sont très proches de ceux du concept. On retrouve notamment l'instrumentation de la Classe E. Mais la berline star de Mercedes a donné bien plus.

Le CLS existera en Diesel

Bien que la plate-forme du CLS soit issue de la Classe E, elle a néanmoins demandé 50 %de pièces spécifiques, notamment pour adapter des suspensions plus basses et des voies plus larges. Pour d'autres éléments, comme les freins ou les mécaniques, les ingénieurs ont pioché dans la banque d'organes de la marque. Ainsi, les freins du coupé sont ceux de la Classe E mue par un V8. Une mécanique atmosphérique déjà connue qui équipe donc le CLS 500 avec ses 306 ch et son couple de 460 Nm. Pour le CLS 350,Mercedes a choisi le nouveau V6 de 3,5 l de cylindrée découvert sur la nouvelle génération du SLK. Après quelques craintes vu le gaba- rit et le poids du coupé, cette motorisation développant 272 ch se montre finalement parfaitement à l'aise. Pour les amateurs de sensations fortes,il faudra attendre janvier 2005 pour pouvoir prendre le volant de la version 55 AMG dotée du 5,5 l Kompressor de 476 ch ! Les deux moteurs disponibles pour l'heure sont associés à la boîte 7G-Tronic qui permet, selon les chiffres du constructeur, de faire baisser la consommation de 12 %. Et le Diesel ? Sempiternelle question pour une fois justifiée. En effet, il ne faut pas oublier que le concept Vision CLS de 2003 était équipé d'un bloc 6 cylindres CDI, développant 265 ch et 560 Nm de couple, dont la première application va être officielle- ment lancée durant le Mondial de l'Automobile. La réponse va donc de soi : patience ! Mais au milieu de ce tableau quasi idyllique et cette démonstration d'optimisation des organes existants chez Mercedes, la question de la fiabilité méritait d'être posée après que la Classe E, principale contributrice au projet, eut connu des problèmes. "Nous avons tiré les leçons du passé, lance Joachim Lindau, responsable des tests sur le CLS, nous avons multiplié les tests et utilisé des solutions éprouvées."

Le CLS est un cross-over avide de conquête

En plus d'être un coupé qui ne peut laisser indifférent, le CLS est également un modèle de gestion des coûts. En effet, l'investissement consenti pour ce dérivé représente environ 1/4 de celui nécessaire pour une voiture totalement nouvelle. Cependant, la rentabilité n 'est pas plus importante du fait d'une production nettement inférieure. Ainsi, la marge dégagée par un tel produit reste proche de la Classe E qui est, rappelons-le, le modèle qui pèse le plus dans les bénéfices de la marque allemande. Ce nouveau coupé sera produit dans l'usine de Sindelfingen à une cadence annuelle qui devrait dépasser les 48 000 unités. Les marchés américain et allemand devraient capter à eux seuls près de 50 %de cette production, laissant le reste à l'Europe, l'Asie et le Moyen-Orient. En France, les ambitions sont mesurées avec 400 CLS attendus d'ici à la fin de l'année par DaimlerChrysler France et 1 700 en 2005,comme nous le confirme Hervé Kautzmann, directeur marketing produit Mercedes-Benz VP, dans l'entretien ci-contre. Si, aujourd'hui, le coupé frappé de l'Etoile, en bon cross-over, trouve incontestablement face à lui le nouveau coupé BMW Série 6 ou le Jaguar XK, il veut également faire de la conquête sur des segments plus conventionnels. Ainsi, si la cannibalisation dans la gamme Mercedes n'est toutefois pas à exclure, Mercedes espère séduire de nombreux clients, ceux de BMW et d'Audi en tête, sur le segment des berlines.

Christophe Jaussaud

QUESTIONS À

Hervé Kautzmann, directeur marketing produit Mercedez-Benz VP

Journal de l'Automobile. Comment le réseau va-t-il présenter le CLS à la clientèle ?
Hervé Kautzmann. Le CLS est un concept innovant puisqu'il est le premier coupé 4 portes du marché. C 'est un nouveau style de coupé, unique en son genre. Contrairement aux coupés traditionnels, il ne s 'agit pas d'un 2 +2,mais d'une vraie 4 places avec 4 sièges individuels et un accès direct aux places arrière. Il allie le design sportif et racé du coupé au confort et la fonctionnalité d'une berline. Au sein du portefeuille des gammes Mercedes-Benz, il se positionne entre les coupés CLK et CL avec des motorisations 6 et 8 cylindres essence.

JA. Le CLS se positionne dans votre gamme entre la Classe E et la Classe S. N 'y a-t-il pas un risque de cannibalisation ?
HK. Notre objectif est clairement affiché : nous voulons conquérir de nouveaux clients avec la Classe CLS ! Son style avant-gardiste et son concept innovant devraient séduire une clientèle nouvelle pour la marque, recher- chant à la fois un niveau élevé de confort pour 4 personnes et un design exclusif et extrêmement dynamique. Notre volonté est de réaliser un taux de conquête de 60 %. Au sein de notre clientèle Mercedes,la cannibalisation devrait principalement provenir des possesseurs de Classe E et de CLK.

JA. Quels sont vos objectifs commerciaux pour 2004 et 2005 ?
HK. Notre objectif est de 400 ventes en 2004, sachant que le CLS sera commercialisé début octobre. En 2005, nous prévoyons 1 700 véhicules.

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page