Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les chaînons manquants

Les chaînons manquants

En 2010, la Porsche Panamera constituait tout simplement la seconde meilleure vente de son segment avec 600 voitures, à 12 % de part de marché, juste derrière la Mercedes Classe S. On peut imaginer pire comparaison…

L’hérésie évidente du Diesel

Voir une Porsche motorisée par un bloc Diesel, bien sûr, les puristes auront du mal à s’y faire… Pourtant, la contagion se poursuit… Après le Cayenne, la Panamera se voit donc affublée du V6 Diesel d’origine VW afin de séduire toujours plus de chefs d’entreprise, notamment attirés par une fiscalité avantageuse… Soit dit en passant, rassurez-vous, l’épidémie n’atteindra pas la 911 “sacrée”, qui vient de recevoir une nouvelle robe et un nouveau moteur essence en série limitée, un 4,0 l atmosphérique qui confère à la sportive un comportement tout à fait singulier pour une Porsche.

A découvrir donc, pour les chanceux qui auront la chance d’en croiser une (le modèle GT3 RS 4,0 l est limité à 600 exemplaires, dont seulement 35 pour la France). Fin de la parenthèse, revenons à des considérations disons… plus raisonnables.

Si la Panamera Diesel ne présente pas la noblesse des motorisations les plus illustres, elle n’en reste pas moins une Porsche, avec son âme et surtout son efficacité. La sonorité du bloc gasoil a été revue et, même à l’intérieur, il se révèle difficile de savoir dans quel modèle on roule.

En effet, 250 chevaux, c’est moins que la plus petite des Panamera essence de la gamme. Néanmoins, le couple, avec ses 500 Nm, rend l’auto particulièrement valorisante, soutenue par un châssis toujours quasiment exempt du moindre défaut. Mais, surtout, la consommation de l’engin de près de 2 tonnes fait basculer Porsche dans l’écologiquement correct, avec une annonce à 6,3 l lorsqu’il est chaussé de pneus Michelin à faible résistance au roulement. Une valeur que nous avons, pour notre part, pu valider aux alentours des 9 l. Ce qui reste une performance, obtenue grâce à la transmission Tiptronic et à la fonction Start-Stop de série.

La Panamera Diesel n’est disponible qu’en propulsion, pour la somme de 81 661 euros, ce qui représentera sans doute le plus grand frein à sa vente. En effet, Mercedes, Audi et BMW, rompus à l’exercice de la grosse berline Diesel, proposent des modèles haut de gamme d’aussi bonne facture avec, soit des moteurs encore plus performants, soit des équipements supérieurs, pour moins cher… Mais le prix est-il un critère pour qui veut une Porsche ?


L’hybride lui va si bien

Allier un moteur thermique à un moteur électrique est devenu presque un passage obligé pour tous les constructeurs, qu’ils soient généralistes ou plus élitistes. En cause, la performance environnementale bien sûr, la consommation, et surtout la caution morale de l’industriel qui s’implique pour préserver un monde meilleur.

Porsche ne déroge pas à la règle, et, là encore, après une version laboratoire sur le “gros” Cayenne, voici l’allégorie de l’hybridation sur la Panamera.

Si l’on peut douter de la pertinence de l’engin, sa découverte in situ laisse pantois. Les ingénieurs de la marque ont réalisé là un compromis de haut vol, en parvenant à conserver l’âme d’une Porsche, son plaisir de conduite, et la technologie hybride qui lui confère même encore quelques atouts supplémentaires.

La nouvelle Panamera S Hybrid affiche ainsi une puissance cumulée de 380 ch et une consommation de seulement 6,8 l aux 100 km en cycle mixte avec des émissions contenues à 159 g de CO2 par kilomètre. Des chiffres qui en font la Porsche la plus sobre de tous les temps et une nouvelle référence du segment des berlines hybrides haut de gamme en termes de spécifications. La Panamera S Hybrid reçoit un moteur essence V6 3.0 turbo de 333 ch, associé à une machine électrique de 47 ch. La batterie choisie est de type nickel-hydrure métallique (NiMh), tandis que la transmission est confiée à la boîte de vitesses Tiptronic S à huit rapports, qui bénéficie d’un étagement optimisé par rapport aux modèles Cayenne.

Sur route, cette vraie Porsche présente une autonomie en mode intégralement électrique d’environ 2 km, jusqu’à 85 km/h en fonction de la situation de conduite. Agréable, direz-vous, mais pas révolutionnaire. Un autre atout de l’hybridation par Porsche reste son utilisation à des régimes plus élevés grâce au mode “Croisière”. Conçu pour les autoroutes et les voies rapides, il permet de découpler et d’arrêter le moteur thermique en dehors des phases d’accélération, jusqu’à une vitesse de 165 km/h. Une sorte de roue libre entretenue… En matière d’équipement de série, la Panamera S Hybrid dispose d’une suspension active PASM et d’une monte pneumatiques Michelin à basse résistance au roulement (en option gratuite).

Avec ces deux nouvelles motorisations, Porsche ancre un peu plus la Panamera dans son segment et dans son époque. Il y en a maintenant pour tous les goûts… de luxe !

-----------------------------------
LA PANAMERA EN BREF

Date de lancement :
disponible

Segment de marché : berlines hybrides haut de gamme

Objectif France : 800 voitures (hybrides et Diesel) en année pleine

Principales concurrentes
de la Panamera S hybrid 380 ch 107 794 € : BMW Serie 7 Activehybrid 465 ch : 126 900 € ; Mercedes Classe S 400H 299 ch : 92 300 € ; Lexus LS 600H 394 ch : 126 500 €
Prix :
Diesel : 81 661 €
Hybrid : 107 794 €


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Un record pour Kia en Europe

La marque coréenne vient de boucler le meilleur premier trimestre de son histoire en Europe avec 131 434 immatriculations enregistrées (+5,2 %). Pas de record en France, mais une belle croissance : +16,5

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page