Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Un break qui étend les possibles

L’an dernier, le segment D a progressé de 16,3 % et représenté 6,5 % du marché français.

Un break qui étend les possibles

Le constructeur coréen lance aujourd’hui une version break de sa future berline i40. Une arme de poids dans sa conquête du marché… des sociétés.

“Il nous fallait une véritable présence sur le segment D. Car tant qu’un constructeur n’est pas sur ce marché, il est considéré comme un spécialiste et non comme un généraliste”, insiste Patrick Gourvennec, directeur général d’Automobiles Hyundai France. Soit. Voilà d’ailleurs quatre ans et la sortie de l’i30 que Jean-Claude Debard, président de la marque en France, répète à l’envie que Hyundai est précisément un constructeur généraliste. En revanche, on imagine mal l’industriel coréen étoffer sa gamme simplement pour gagner ses galons en la matière. Produit à Ulsan, en Corée, l’i40 SW est du reste un véhicule que le constructeur destine exclusivement à l’Europe. La raison ? Le marché des entreprises.

Si Hyundai jouit aujourd’hui de produits à même de séduire loueurs et sociétés, il manquait clairement une routière pour proposer une offre globale aux gestionnaires de parc. L’i40, et particulièrement sa version SW, doit ainsi endosser ce rôle. La marque entend d’ailleurs vendre les deux tiers de son volume du modèle auprès des entreprises. Notamment grâce à la version Pack Business Blue Drive, sans conteste la version la plus vertueuse de toutes les propositions du modèle. Equipée d’un bloc 1,7 CRDi 115 ch Blue Drive, celle-ci n’émet, en effet, que 113 g CO2/km pour une consommation de 4,3 l/100 km. Une prouesse pour un véhicule de ce gabarit. Incontestablement bien positionné en terme de rapport prix / équipements, ledit véhicule devrait afficher un TCO des plus compétitifs, et ainsi séduire clairement les entreprises.


Un segment 90 % diéselisé

Côté motorisations, la marque propose ce bloc Diesel de 115 ch également dans une version dénuée de système ISG (Integrated Stop & Go), un tantinet moins vertueuse que son homologue Blue Drive. Dans l’offre “mazoutée” du constructeur, Hyundai propose enfin ce même moteur 1,7 l CRDi “gonflé” à 136 ch. Un modèle que la marque croit davantage à même de parler aux particuliers. Notons que, sur le segment où le Diesel représente 90 % des ventes, Hyundai propose aussi une motorisation essence. Le constructeur gratifie, en effet, son modèle du bloc 1,6 l GDI récemment commercialisé sur Veloster, mais dans une version 135 ch, contre 140 ch sur le petit Coupé. Comme le Veloster, l’i40 SW accueille d’ailleurs elle aussi la boîte DCT-6, la nouvelle transmission à double embrayage à 6 rapports du constructeur qui va peu à peu s’étendre à la plupart des modèles de la marque.

Des atouts qui ne feraient de ce véhicule qu’une froide opportunité économique s’ils ne s’ajoutaient pas à une impression flatteuse que dégage l’ensemble. Design soigné et statutaire, à l’intérieur comme à l’extérieur, habitabilité conséquente, taux d’équipement des plus compétitifs dès le premier niveau de finition, comportement routier agréable… L’i40 SW apparaît comme une belle surprise et une vraie concurrente sur un segment dans lequel le Citroën C5 Tourer truste plus de 20 % du marché, la Renault Laguna Estate 12 % et où la Peugeot 508 SW va être bien plus qu’un trouble-fête.


1 500 VN en 2011

Le constructeur coréen espère écouler 60 000 unités de son i40 SW chaque année en Europe. En France, l’ambition de la marque est de s’adjuger 2,5 % du segment avec un volume de 4 000 VN en année pleine (breaks + berlines). Hyundai entend même écouler 1 500 exemplaires de cette seule version SW d’ici la fin de l’année.

Dans l’Hexagone, les versions break représentent 38 % des ventes globales du segment D, alors que la moyenne du segment au niveau européen est de 54 %. Le constructeur devrait à terme coller à cette tendance. La berline arrivera, quant à elle, en toute fin d’année.

-------------------------------------
LE HYUNDAI I40 EN BREF

Date de lancement :
septembre 2011

Segment de marché : D (151 264 VN en 2010)

Les principaux concurrents du Hyundai i40 SW 1,7 CRDi 115 Pack Sensation (26 950 euros) :
Citroën C5 Tourer 1,6 HDi 110 FAP Attraction (26 000 euros),
Ford Mondeo SW 2,0 l TDCi 140 ch FAP Titanium (30 100 euros),
Opel Insigna Tourer 2,0 CDTi 110 FAP Edition (26 800 euros),
Toyota Avensis SW 126 D-4D FAP Executive (30 450 euros)

Objectif de ventes France : 1 500 en 2011

Prix :
Essence :
24 900 €
Diesel : De 26 950 à 35 400 €

--------
ZOOM

L’i40 SW inaugure le Hyundai VIP Service


Au programme Triple 5 dont bénéficie le véhicule, comme le reste de la gamme, la marque profite du lancement de l’i40 SW pour lancer une nouvelle offre de service : le Hyundai VIP Service. Un programme qui propose à son titulaire de bénéficier du convoyage gratuit de son véhicule pendant les opérations d’entretien.
 


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page