Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
En Miission

Avec la Mii, mais aussi les futures déclinaisons de la Leon, SEAT va fortement augmenter sa couverture de marché et, naturellement, voir ses ventes augmenter.

En Miission

Avec l’arrivée de la mini-citadine Mii, SEAT entre sur un segment à fort potentiel. Lancée au printemps 2012 dans l’Hexagone, la Mii sera le fer de lance de la marque avant que la nouvelle Leon ne lui emboîte le pas.

Alors que l’avenir se dessine sous les traits des concepts IBe, IBX ou IBL, dans l’immédiat, SEAT rime avec Mii. En effet, le constructeur espagnol vient de présenter sa mini-citadine dérivée de la Volkswagen up!

“La Mii est l’alliée idéale du mode de vie citadin d’aujourd’hui, affirme James Muir, le président de SEAT. Elle transporte l’identité de SEAT sur le segment des petites citadines et devrait remporter d’importantes parts de marché. La Mii est un atout supplémentaire pour la marque SEAT et un pas en avant pour notre stratégie d’entreprise, poursuit-il. Avec elle, nous lançons la plus vaste offensive de l’histoire de la marque.” Il est vrai que SEAT va vivre une année 2012 beaucoup plus “chargée” qu’à l’habitude avec, en plus de la montée en cadence de la Mii, le lancement de la nouvelle Leon, mais aussi le facelift de l’Ibiza ou encore le retour de la Toledo. Des nouveautés primordiales en Europe, mais également dans le reste du monde puisque SEAT est appelée à s’internationaliser de plus en plus, avec une présence plus forte en Amérique latine et, surtout, en Chine, où l’actuelle Leon et l’Ibiza feront leur apparition dès 2012. Mais revenons à la Mii.

Trouver sa place sur ce segment

Avec la Mii, SEAT revient sur le segment des mini-citadines où il fût présent de 1997 à 2005 avec l’Arosa. Une expérience, certes, mais qui ne sera ni un avantage ni un inconvénient pour le constructeur espagnol. SEAT va donc réécrire son histoire sur ce segment. La Mii sera d’abord lancée en Espagne, d’ici la fin de l’année, avant de découvrir les autres pays d’Europe, dont la France, au printemps 2012. Une organisation et des lancements décalés, nécessaires afin que cette triplette de mini-citadines ne se télescope pas dans les showrooms et l’esprit des clients, mais aussi sur les chaînes de l’usine de Bratislava où ces cousines sont produites. Il en sera d’ailleurs de même avec la version 5 portes qui est attendue, pour les trois véhicules, courant 2012. Chacune va devoir trouver son univers et SEAT a choisi d’offrir à sa clientèle trois niveaux de finitions (Mii, Reference et Style) combinables avec deux packs styles, baptisés Chic et Sport. La personnalisation sera au centre de l’offre.

“Un concentré d’intelligence”

Avec ses 854 kg et blocs 3 cylindres essence de 60 et 75 ch, la Mii affichera des performances environnementales de premier ordre avec des émissions de CO2 de 105 et 108 g/km. La version Ecomotive, d’ores et déjà annoncée, fera encore mieux avec 97 g/km grâce à une consommation annoncée de 4,2 l. Certains marchés, friands de gaz naturel, auront même droit à une variante GNV se limitant à 86 g/km. Des valeurs références donc, mais qui ne sont pas obtenues au détriment d’autres éléments comme l’habitabilité, le confort ou la sécurité. Comme ses cousines, la Mii disposera du City Safety Assist, qui permet, sous les 30 km/h, un freinage d’urgence automatique afin d’éviter les accidents. Le système d’infotainment est aussi un élément important, simple et pratique, permettant de combiner la navigation, la téléphonie main libre à commande vocale et un ordinateur de bord. “La Mii est un vrai concentré d’intelligence, explique Matthias Rabe, vice-président R&D SEAT. Ce système nomade démontre qu’il est possible de conjuguer technologies et fonctionnalités innovantes, valeur ajoutée et prix attractif.”

Avec la Mii et l’offensive promise par James Muir, SEAT s’arme pour doubler ses ventes d’ici à 2018. En effet, comme les autres marques du Groupe, SEAT doit contribuer à la croissance annoncée dans le cadre du plan initié par Martin Winterkorn, plan qui devrait conduire le groupe au leadership mondial. Ainsi, SEAT, qui a vendu 339 500 unités en 2010, doit augmenter la cadence pour atteindre 800 000 unités à l’horizon 2018.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page