Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Skoda update

Skoda update

Avec la Citigo, Skoda débarque sur un nouveau segment et s’apprête donc à relever un autre défi. Cette mini-citadine, 6e modèle de la gamme qui sera une réalité en juin prochain, devrait permettre à Skoda d’atteindre ses objectifs.

Alors que Skoda vient de fêter ses 20 ans dans le giron du Groupe VOLKSWAGEN, la marque tchèque s’offre un joli cadeau avec l’arrivée d’un 6e modèle dans sa gamme. En effet, la Citigo, cousine des Volkswagen up! et SEAT Mii, vient d’être dévoilée. “La Citigo est le fer de lance de notre stratégie de croissance, a indiqué Winfried Vahland, président de Skoda Auto, elle ouvre la porte à de nouvelles perspectives sur un nouveau segment de marché.” En effet, contrairement aux autres marques, Skoda n’a encore jamais offert un tel produit. Les Tchèques seront les premiers, d’ici la fin de l’année, à pouvoir l’acheter, alors que les autres pays d’Europe, dont la France, devront attendre l’arrivée de l’été. Hormis dans les pays d’origine de la marque, l’Allemagne, l’Espagne et la République tchèque, les lancements s’échelonneront sur 2012 pour permettre à l’usine, dont la production a débuté le 10 octobre dernier pour la petite Skoda, de monter en cadence. Mais c’est également un moyen de ne pas brouiller les messages de chacune des marques. Message par ailleurs clair : avec cette nouveauté, le slogan corporate “Simply Clever” devient “City Clever”. Urbaine jusqu’au bout des ongles, mais pas seulement : “La Citigo sera un bon moyen de séduire des clients sur les marchés européens”, affirme le président de la marque.

“Notre excellent rapport qualité-prix reste notre principal argument”

Si, pour l’heure, la Citigo n’a pas encore dévoilé ses tarifs, gageons que les services marketing et définition produits de Volkswagen, SEAT et Skoda ont eu de multiples réunions pour différencier les modèles grâce à leur positionnement tarifaire. D’ailleurs, le directeur des ventes et du marketing de Skoda Auto, Jürgen Stackmann, de passage à Paris pour le 20e anniversaire de l’intégration de Skoda au groupe, l’a confirmé implicitement en évoquant la marque dans son ensemble : “Sur tous les marchés, notre excellent rapport qualité-prix reste notre principal argument”. Il n’y a donc pas de raison que cela change avec la Citigo. Pour séduire une large cible, centrée en partie sur les jeunes, Skoda a d’ores et déjà mis sur pied une gamme avec 4 niveaux de finitions : Easy, Active, Ambition et Elegance. Ceux-ci seront à marier avec les deux blocs 3 cylindres, de 60 et 75 ch, que le groupe a développés pour ses citadines. Comme ses cousines, les émissions de CO2 annoncées oscillent entre 108 g/km au maximum et 97 g/km pour la version GreenTec, le pendant les BlueMotion et Ecomotive chez Volkswagen et SEAT. Sur le chapitre équipement, de la même manière, la petite tchèque ne sacrifie rien, comme sur la sécurité avec des airbags latéraux thorax et tête, et le City Safe Drive, le freinage d’urgence en ville.

Un 7e modèle dévoilé à Genève

Même si la Citigo est primordiale pour Skoda, le constructeur tchèque n’a toutefois pas mis tous ses œufs dans le même panier et va à nouveau être sous les feux de la rampe lors du prochain salon de Genève. En effet, le concept MissionL, présenté à Francfort, va devenir une réalité commerciale sur les bords du lac Léman. Ce 7e modèle de la gamme sera positionné entre la Fabia et l’Octavia afin de mieux couvrir le marché. D’ici 2015, Skoda offrira ainsi une couverture de 80 % contre 66 % aujourd’hui. Ce nouveau modèle, dont une version tricorps sera lancée en Inde, sera disponible en Europe dans une version avec hayon, 5 portes. Il s’agira d’un nouveau vecteur de cette croissance chère à Jürgen Stackmann : “Nous devons progresser significativement dans les RIC, car les marchés sont porteurs, et gagner des parts de marché en Europe, même si l’évolution se fait forcément pied à pied dans cette zone.”

Skoda a ainsi des ambitions à la hauteur des objectifs qui lui ont été fixés par le Groupe VOLKSWAGEN. En effet, le constructeur tchèque vise 1,5 million de ventes à l’horizon 2018 contre 762 600 en 2010. Plus du double. Le marché français devra être au diapason puisque, là aussi, la marque vise un doublement de ses ventes. Mais Skoda a déjà surpris car il faut garder en mémoire le chemin parcouru en vingt ans. En 1991, elle avait vendu 172 000 unités ! Le directeur des ventes de Skoda Auto se montre donc confiant, “car notre positionnement stratégique sur les marchés et notre plan produit doivent nous permettre d’atteindre cet objectif”.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Seat prépare son réseau à l'arrivée de la marque Cupra

C'est à Barcelone que Seat a présenté Cupra, auparavant griffe sportive devenue marque à part entière, animée par un plan produits et une stratégie de réseau en construction. En France, 20 concessionnaires

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page