Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai en route pour les 50 000

Alors que les ventes d’i30 sont tombées l’an dernier à 3 000 unités en France, la sortie de la nouvelle mouture du modèle doit permettre à elle seule de mettre Hyundai sur la route de ses objectifs.

Hyundai en route pour les 50 000

Avec la reprise en main de sa distribution dans l’Hexagone par la maison mère coréenne, Hyundai entamera cette année un chemin qui doit rapidement permettre à la marque d’approcher les 3 % de parts de marché en France.

“Le constructeur a décidé de réinvestir pour aller chercher les parts de marché qui nous apparaissent naturelles par rapport à notre plan produits”, explique Deok-Jeong Im, président de Hyundai Motors France. La position que la marque estime naturelle en France, comme en Europe d’ailleurs, c’est d’intégrer le top 5 des marques. “Ce qui est de fait plus compliqué en France qu’ailleurs étant donné les trois grands faiseurs nationaux”, précise Allan Rushforth, vice-président et COO de Hyundai Motor Europe. “Notre vision est d’atteindre les 50 000 VN d’ici 2014, de viser 3 % de marché, puis d’accéder au Top 5 du marché à moyen-long terme”, confirme pourtant Patrick Gourvennec, directeur général de la marque en France. Un objectif pour lequel Hyundai se met aujourd’hui en mouvement. “En 2012, nous ferons peut-être 33 000 ou 34 000 VN, mais ce n’est pas le plus important. Nous voulons, avant tout, redynamiser la marque et consolider tous les secteurs afin de tendre vers cet objectif”, poursuit-il.

Le produit et le développement réseau en clé de voûte

Une ambition “raisonnable”, nous annonce-t-on, même si, en l’espèce, nous parlons ici d’une éventuelle hausse de 65 % des ventes sur un an. Pour y parvenir, la marque pourra compter sur l’i40, l’i40 SW et le Veloster en année pleine, mais aussi sur le nouveau Coupé Genesis en mars et le nouveau Santa Fe en septembre et, surtout, sur le lancement de la nouvelle i30. La version 5 portes débarquant en mars, le break en juillet, puis la 3 portes en fin d’année. Hyundai promet même deux autres surprises en cours d’année. “C’est l’i30 qui doit prendre le “lead” de notre croissance”, martèle pour sa part Allan Rushforth. Le modèle est en tous les cas très attendu par le réseau. L’an dernier, celui-ci a en effet vu ses ventes reculer de 44 %.

Le réseau devrait justement lui aussi apporter son écot à la croissance voulue par la marque. Patrick Gourvennec entend, en effet, aller récupérer les 12 000 VN “perdus” en 2011 à cause des secteurs non couverts. Le constructeur vient d’ailleurs de lancer un plan de recrutement important dans le but de densifier sa capillarité dans l’Hexagone. “Nous avons aujourd’hui 160 contrats pour 136 investisseurs. Notre objectif est de compter rapidement 190 contrats pour 160 partenaires”, détaille Patrick Gourvennec. 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page