Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
AramisAuto cède à la tentation du VO

Guillaume Paoli, directeur associé d’AramisAuto.

AramisAuto cède à la tentation du VO

Connue et reconnue comme un acteur du Net spécialisé dans la vente de VN, la société AramisAuto développe activement, depuis plus de deux ans, son offre de VO, qu’elle entend renforcer ces prochains mois en structurant son approche après-vente.

“Nous avons parfaitement conscience que, sur le VN, nos perspectives de croissance à long terme sont limitées, sauf si la distribution venait à être chamboulée. Aujourd’hui, nous nous concentrons fortement sur le développement du VO”, intervenait l’an passé, dans le cadre de notre table ronde, Guillaume Paoli, directeur associé d’AramisAuto. Pilier de la rentabilité de nombreux distributeurs, le véhicule d’occasion s’est très vite imposé également comme un relais de croissance indéniable pour le mandataire automobile. “Aramis est née il y a dix ans et nous envisagions déjà à l’époque de développer une activité de vente d’occasion, car la distribution automobile repose tout autant sur le VN que le VO. Ainsi, 60 % des acheteurs initient leur démarche sur le Net. Le marché de l’occasion est quatre fois supérieur, voire davantage, au marché du VN à particuliers, qui ne représente en France que 1,2 million d’unités environ. Il constitue donc un fort potentiel. Compte tenu de notre positionnement, cela faisait sens d’y aller, mais ce développement ne s’est véritablement concrétisé qu’il y a deux ans et demi. Cela a donc pris du temps car, à notre avis, il est plus compliqué de vendre des VO que des VN”, explique Guillaume Paoli. Le lancement, en septembre 2010, du site Internet www.reprise-illico.com, destiné à reprendre les voitures d’occasion des particuliers, constituait une étape importante dans ce développement. “Reprise Illico se développe bien et a permis de reprendre plusieurs milliers de voitures l’an passé, mais cela ne suffit pas à faire tourner l’activité, reconnaît Guillaume Paoli. Le défi consiste à mettre en place un process industriel qui permette de gagner de l’argent à la revente tout en proposant un prix cohérent.” Réalisé en partie auprès des particuliers, le sourcing est complété par des achats auprès des marchands, des loueurs, des constructeurs…

La difficile maîtrise
de l’après-vente
Pleinement opérationnelle et désormais en phase d’optimisation sur la partie commerciale, la société doit encore affiner son outil de reprises et, surtout, renforcer son organisation concernant le reconditionnement des véhicules. “Plus que le sourcing, la véritable problématique qui accompagne ce développement repose sur le reconditionnement. Nous sommes un acteur multicanal de la vente de véhicules, mais nous n’assurons pas l’entretien et l’après-vente. Aussi, nous avons bâti un réseau d’agents de marques, de distributeurs indépendants ou de garages, qui répondent à un cahier des charges unique, pour assurer ces activités”, informe Guillaume Paoli. Depuis quelques mois, AramisAuto confie notamment un volume de ses VO à la plateforme Gemy VO, qui prend en charge, chaque année, en moyenne 5 000 véhicules dans ses ateliers de Villevêque. “Nous essayons plusieurs systèmes, c’est l’une des facettes, complexe, du métier du VO. A ce jour, nous n’avons pas de solution nationale qui repose sur un partenariat avec un acteur de l’après-vente, mais nous n’excluons pas d’y venir. C’est en réflexion”, ajoute le dirigeant. Le VO, qui a représenté en 2011 autour de 60 et 70 % des volumes de ventes d’AramisAuto, soit entre 8 000 et 10 000 unités, représente donc une grosse partie de l’activité : 60 % des véhicules vendus l’an passé avaient moins de 30 000 km et 70 % moins de trois ans. Le kilométrage moyen des occasions vendues par AramisAuto a affiché 30 296 km. “Le marché de l’occasion est très hétérogène, fragmenté, et nous voulons saisir l’opportunité de proposer une offre large, avec un bon service aux clients et des prix bas. Pour résumer, notre volonté est de proposer des prix de particuliers avec la garantie et le sérieux d’un professionnel. Nous sommes en phase de conquête sur cette activité, donc, actuellement, nous vendons en général moins cher que dans les réseaux, avec un bon niveau de garantie”, souligne Guillaume Paoli, qui envisage une croissance à deux chiffres de ses ventes de VO en 2012.
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Citroën C5 Aircross se dévoile

Citroën a choisi le parc de Saint-Cloud, en région parisienne, pour la première présentation de son SUV du segment C en Europe. Avec le C5 Aircross, véritablement lancé en fin d'année, la marque

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page