Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
AramisAuto cède à la tentation du VO

Guillaume Paoli, directeur associé d’AramisAuto.

AramisAuto cède à la tentation du VO

Connue et reconnue comme un acteur du Net spécialisé dans la vente de VN, la société AramisAuto développe activement, depuis plus de deux ans, son offre de VO, qu’elle entend renforcer ces prochains mois en structurant son approche après-vente.

“Nous avons parfaitement conscience que, sur le VN, nos perspectives de croissance à long terme sont limitées, sauf si la distribution venait à être chamboulée. Aujourd’hui, nous nous concentrons fortement sur le développement du VO”, intervenait l’an passé, dans le cadre de notre table ronde, Guillaume Paoli, directeur associé d’AramisAuto. Pilier de la rentabilité de nombreux distributeurs, le véhicule d’occasion s’est très vite imposé également comme un relais de croissance indéniable pour le mandataire automobile. “Aramis est née il y a dix ans et nous envisagions déjà à l’époque de développer une activité de vente d’occasion, car la distribution automobile repose tout autant sur le VN que le VO. Ainsi, 60 % des acheteurs initient leur démarche sur le Net. Le marché de l’occasion est quatre fois supérieur, voire davantage, au marché du VN à particuliers, qui ne représente en France que 1,2 million d’unités environ. Il constitue donc un fort potentiel. Compte tenu de notre positionnement, cela faisait sens d’y aller, mais ce développement ne s’est véritablement concrétisé qu’il y a deux ans et demi. Cela a donc pris du temps car, à notre avis, il est plus compliqué de vendre des VO que des VN”, explique Guillaume Paoli. Le lancement, en septembre 2010, du site Internet www.reprise-illico.com, destiné à reprendre les voitures d’occasion des particuliers, constituait une étape importante dans ce développement. “Reprise Illico se développe bien et a permis de reprendre plusieurs milliers de voitures l’an passé, mais cela ne suffit pas à faire tourner l’activité, reconnaît Guillaume Paoli. Le défi consiste à mettre en place un process industriel qui permette de gagner de l’argent à la revente tout en proposant un prix cohérent.” Réalisé en partie auprès des particuliers, le sourcing est complété par des achats auprès des marchands, des loueurs, des constructeurs…

La difficile maîtrise
de l’après-vente
Pleinement opérationnelle et désormais en phase d’optimisation sur la partie commerciale, la société doit encore affiner son outil de reprises et, surtout, renforcer son organisation concernant le reconditionnement des véhicules. “Plus que le sourcing, la véritable problématique qui accompagne ce développement repose sur le reconditionnement. Nous sommes un acteur multicanal de la vente de véhicules, mais nous n’assurons pas l’entretien et l’après-vente. Aussi, nous avons bâti un réseau d’agents de marques, de distributeurs indépendants ou de garages, qui répondent à un cahier des charges unique, pour assurer ces activités”, informe Guillaume Paoli. Depuis quelques mois, AramisAuto confie notamment un volume de ses VO à la plateforme Gemy VO, qui prend en charge, chaque année, en moyenne 5 000 véhicules dans ses ateliers de Villevêque. “Nous essayons plusieurs systèmes, c’est l’une des facettes, complexe, du métier du VO. A ce jour, nous n’avons pas de solution nationale qui repose sur un partenariat avec un acteur de l’après-vente, mais nous n’excluons pas d’y venir. C’est en réflexion”, ajoute le dirigeant. Le VO, qui a représenté en 2011 autour de 60 et 70 % des volumes de ventes d’AramisAuto, soit entre 8 000 et 10 000 unités, représente donc une grosse partie de l’activité : 60 % des véhicules vendus l’an passé avaient moins de 30 000 km et 70 % moins de trois ans. Le kilométrage moyen des occasions vendues par AramisAuto a affiché 30 296 km. “Le marché de l’occasion est très hétérogène, fragmenté, et nous voulons saisir l’opportunité de proposer une offre large, avec un bon service aux clients et des prix bas. Pour résumer, notre volonté est de proposer des prix de particuliers avec la garantie et le sérieux d’un professionnel. Nous sommes en phase de conquête sur cette activité, donc, actuellement, nous vendons en général moins cher que dans les réseaux, avec un bon niveau de garantie”, souligne Guillaume Paoli, qui envisage une croissance à deux chiffres de ses ventes de VO en 2012.
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page