Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jouer la différence !

Jouer la différence !

Adaptée de la nouvelle Chrysler 300, la Lancia Thema détonne par son look. La marque compte d’ailleurs sur cet atout différenciant pour s’imposer sur le segment E, très germanique…

Le rapprochement avec Chrysler permet à Lancia d’attaquer des segments où la marque était jusqu’alors absente ou plus présente. Des synergies entre les deux groupes s’opèrent, tant sur le partage des compétences technologiques que des plates-formes, et une fusion a été réalisée sur les réseaux de distribution, “pour gagner en efficacité”, précise Lancia. Toutefois, la marque assure que son positionnement reste centré sur la notion d’élégance et sur un design différenciant. De plus, la direction souhaite “rendre la marque accessible, sans massacrer les prix, avec un positionnement en access Premium”.

Cette logique a été adoptée pour la nouvelle Ypsilon 5 portes, dont le prix a été revu à la baisse grâce à des économies d’échelle et une production en Pologne. Aujourd’hui, la gamme s’enrichit du Voyager et de la Thema, qui viennent prendre la relève des discrètes Phedra et Thesis. Sur le premier modèle, il s’agit d’un simple changement d’écusson, avec quelques modifications intérieures par rapport au modèle de Chrysler. Le nom Voyager a été conservé car il dispose d’une forte notoriété, après le Renault Espace. Le dessin de la calandre a été affiné, avec un bouclier qui a été adapté aux normes de sécurité européennes.

Ambiance à l’italienne

En revanche, pour la Thema, Lancia a apporté davantage de modifications. Ainsi, la berline reprend la plate-forme LX de Chrysler, qui a investi dans celle-ci un milliard de dollars afin de produire la nouvelle Chrysler 300. Lancia déclare s’être inspiré du modèle Flaminia, et bien sûr de l’ancienne Thema. Pour rappel, ce dernier modèle a été vendu, en France, à 21 000 unités entre 1984 et 1994.

Son look reste toujours fortement US, avec une calandre imposante. Mais, le travail le plus important s’opère dans l’habitacle. Les versions Executive et Platinum ont été pensées en exclusivité pour l’Europe, avec un choix de matières de meilleure qualité, dégageant une ambiance plus italienne. On retrouve par exemple du cuir Poltrona Frau. De plus, les ingénieurs se sont attachés à améliorer certains éléments comme l’insonorisation. Ainsi, les vitres sont en triple épaisseur et des isolants ont été rajoutés. Le rendu final se révèle très cosy, avec un bon niveau de finition et de qualité perçue, à la hauteur du segment sur lequel la berline évolue.

Que des V6

Côté moteurs, le segment compte 85 % de Diesel et 86 % de boîtes automatiques. De plus, 53 % des modèles disposent d’un V6 sous le capot. L’offre de Lancia s’adapte donc aux règles du marché et propose, depuis janvier, trois motorisations : deux Diesel Multijet V6 3.0 de 190 ch et 239 ch ainsi qu’un V6 Essence de 286 ch, provenant de chez Chrysler. Ce dernier bloc adopte une boîte à 8 rapports, de ZF Trading, afin de faire baisser la consommation et le rejet de CO2. Lancia a d’ailleurs prévu de proposer cette boîte sur les Diesel, mais l’adaptation nécessite un temps de développement de douze à quinze mois. Ces versions ne seront donc disponibles que dans le courant de l’année 2013.

Le segment E des grandes berlines haut de gamme connaît depuis dix ans une baisse de 50 % de ses volumes, pour atteindre environ 25 000 unités, dont 87 % des ventes sont captées par les Allemands. Lancia annonce qu’il ne compte pas concurrencer ces marques, mais plutôt toucher les 13 % restants, composés des Cadillac CTS, Jaguar XF ou encore Volvo S80. Autrement dit des conducteurs qui cherchent une voiture différente. Les objectifs du constructeur italien se limitent donc à 400 unités par an.

Avec une gamme de 6 modèles, Lancia couvre 60 % du marché français, et de nouveaux projets se révèlent déjà en route. Le constructeur prévoit en 2012 la sortie de l’Ypsilon 3 portes, et l’arrivée de la Flavia Cabriolet en juin. Il faudra attendre 2013 pour connaître véritablement le nouvel ADN du groupe, avec la commercialisation d’une nouvelle berline, remplaçante de la Lancia Delta et de la Chrysler 200, conçue pour répondre aux attentes des deux marques. “Le groupe compte sur le savoir-faire de Lancia pour crédibiliser la montée en gamme de Chrysler”, assure-t-on chez Lancia. Suivant cette même logique, un crossover doit venir compléter la gamme l’année prochaine, et le remplacement du Voyager est programmé pour 2014.

----------------

La thema en bref

Date de lancement : disponible
Segment de marché : grande berline haut de gamme (E)
Objectif : 400 unités
Principales concurrentes de la Lancia Thema 3.0 Multijet V6 239 ch (46 900 €) :
Cadillac CTS 3.0 V6 (48 215 €)
Volvo S80 D5 (41 650 €)
Mercedes Classe E 350 CDI (58 450 €)
BMW 530d (54 450 €)
Audi A6 3.0 TDI (44 790 €)
Prix :
50 900 € : Essence
de 43 900 à 50 900 € : Diesel
 


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page