Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Franchise : un secteur qui a toujours la cote

La franchise affiche un CA médian en progression, qui est passé de 510 000 euros en 2010, à 520 000 euros en 2011 (440 000 en 2009).

Franchise : un secteur qui a toujours la cote

L’étude annuelle réalisée par la Fédération française de la franchise révèle, une nouvelle fois, que ce secteur a bien résisté à la crise, créant même des emplois. De plus, le nombre de franchiseurs et de franchisés progresse, notamment dans les services de l’automobile.

Un ralentissement économique ? Encore une fois, les franchiseurs et leurs franchisés ne l’ont pas ressenti. C’est ce que précise la Fédération française de la franchise, après avoir mené l’enquête auprès de ses membres pour la onzième année consécutive. Comme d’habitude, ces chiffres sont issus de données déclarées par les membres, car le code NAF pour les franchisés reste identique pour tous les acteurs du commerce.

Ainsi, la franchise continue de croître, en nombre d’enseignes comme en nombre de centres. “Cette croissance se fait de façon très saine, sans développement démesuré ou anarchique”, précise Guy Gras, président de la FFF. Tous les secteurs n’ont pas, bien sûr, la même dynamique. Au final, les indicateurs sont plutôt à la hausse, certains étant stables (hôtellerie), et seulement quelques-uns régressant (l’immobilier, l’équipement de la maison).

L’automobile fait partie des hyperactifs, avec une bonne croissance entre 2010 et 2011, comptant 7 313 franchisés contre 6 133 l’année d’avant, avec un nombre de réseaux qui a, lui aussi, augmenté pour passer de 52 à 61 enseignes. L’étude de la FFF inclut, dans le secteur automobile, autant les services (location, nettoyage, VO) que la réparation automobile (centres-autos).

Les franchisés gagnent plus
Côté finances, la franchise affiche un CA médian en progression, passé de 510 000 euros en 2010 à 520 000 euros en 2011 (440 000 en 2009). Cette constatation a été relevée par la dernière enquête annuelle sur la franchise de la Banque Populaire et de la FFF, réalisée auprès d’entreprises franchisées du 12 au 21 juillet et de franchiseurs du 1er août au 16 septembre, en partenariat avec le Figaro Economique. Parallèlement, cette analyse a révélé que les franchisés sont optimistes à 77 %, leurs sujets d’inquiétude portant moins sur le contexte économique actuel que sur le comportement de la clientèle face à la concurrence et aux nouvelles technologies.

Effectivement, pour les centres-autos, par exemple, la concurrence des sites de vente de pièces en ligne, ou encore de pneumatiques, a profondément modifié le marché. Les centres-autos, qui ont toujours mis en avant leurs prix attractifs par rapport à la réparation traditionnelle (MRA, agents ou concessionnaires), ont trouvé avec l’e-commerce des acteurs qui jouent également sur des offres tarifaires agressives. Internet est devenu pour le consommateur un référent de prix. Les magasins physiques comptent donc sur leurs services et la proximité vis-à-vis du client pour faire la différence. Dans tous les cas, “l’enjeu pour les acteurs de la franchise consiste à créer de nouveaux business qui intégreront autant les magasins que le Web, assure Guy Gras. Plus de 90 % des réseaux possèdent un site Web sous la bannière du franchiseur, mais qui profite aux franchisés. Il faut s’adapter aux problématiques des consommateurs”.

Le développement économique de la franchise s’est d’ailleurs accompagné de nombreuses embauches. En effet, la FFF précise que le nombre d’employés par point de vente a atteint 9 personnes en 2011, contre 7 en 2010.

Confiant dans l’avenir
Performances économiques et embauches traduisent le bon moral des entrepreneurs de la franchise. Des investissements ont été réalisés pour dynamiser leurs activités. Ces bons résultats dopent un peu plus les candidats à la franchise. Le profil du franchisé n’a pas beaucoup évolué, mais la FFF note une recrudescence de commerçants indépendants qui souhaitent s’adosser à une enseigne.

D’autant que, pour obtenir des crédits, les banques se montrent extrêmement réfractaires, demandant des cautions de plus en plus solides. Une étude Ifop, réalisée par KPMG et CGPME, souligne que les besoins en financement des PME restent toujours importants. Ainsi, 66 % de l’échantillon de 403 dirigeants d’entreprise ont au moins un crédit à faire, notamment pour l’exploitation de leur affaire (matériel, locaux, etc.). Les difficultés d’accès au financement se font pourtant sentir pour 30 % d’entre eux. Leurs banques demandent de plus en plus de solutions de cofinancement. Dans le cas de la franchise, les banques se révèlent plus réactives. L’apport du franchiseur donne de la crédibilité. Pour autant, les temps de validation se sont allongés, même avec un business plan bien conçu. La crise a rendu la prise de décision plus longue.

Malgré tout, selon une étude réalisée par le CSA pour la FFF en 2011, 77 % des franchisés sont optimistes quant à l’avenir de leur affaire dans les deux ans à venir et s’estiment mieux armés pour résister à la crise.

Franchise Expo, le rendez-vous incontournable
Toute personne souhaitant se lancer dans la franchise, ou simplement créer son entreprise, est susceptible de passer par le salon Franchise Expo. L’événement s’adresse autant aux personnes commençant à peine leur exploration dans le monde de la franchise qu’à ceux ayant déjà un projet plus mature. L’année dernière, le salon Franchise Expo Paris, organisé par Reed Expositions France et la FFF, a enregistré une fréquentation en hausse de 5 %, avec plus de 32 000 visiteurs durant les quatre journées d’ouverture. Pour l’édition 2012, les organisateurs comptent sur plus de 450 enseignes exposantes, réparties dans 75 secteurs d’activités, et tablent sur une fréquentation aussi bonne qu’en 2011. Dans le domaine de l’automobile, on retrouve aussi bien du pneu, avec Point S, que des centres-autos, avec Speedy, Feu Vert, Norauto, Midas, et Asian Auto Parts, ou des services avec Ada, Car Go, Ucar ou American Car Wash.

Au-delà des enseignes, les conférences, tables rondes et sessions de formation restent des piliers du salon pour attirer des visiteurs. Petite variante cette année, des journées thématiques vont le rythmer. Ainsi, le dimanche 18 mars sera une journée “Entreprendre au pluriel” avec des conférences dédiées aux femmes et aux couples. Le lundi 19 mars sera consacré aux quadragénaires et quinquagénaires, tandis que le mardi 20 s’adressera aux jeunes voulant créer leur entreprise. Enfin, le dernier jour, le mercredi 21, mettra en avant les solutions pour animer la vie commerçante d’un centre-ville. Les organisateurs proposeront également aux visiteurs de tester leurs projets en passant un oral. Concrètement, le futur entrepreneur disposera de cinq minutes pour convaincre son interlocuteur de la viabilité et de l’avancement de son projet. Cette session sera suivie d’une dizaine de minutes pour conseiller le candidat dans sa présentation, en vue de convaincre par la suite de véritables partenaires.

Comme à chaque édition, un pays se trouve mis à l’honneur. C’est le Royaume-Uni qui sera sous les feux de la rampe cette année. Dans ce pays, la franchise compte 897 réseaux et 36 000 points de vente, réalisant un chiffre d’affaires de 12,4 milliards de livres, soit un peu moins de 15 milliards d’euros.
 

Copyright photo : Sté Phane Laure


Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page