Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

"Christian Klingler a doré les lettres de noblesse du commerce et du marketing au sein du groupe, ancré dans une très forte tradition d’ingénierie"

Xavier Chardon, directeur exécutif des ventes Europe de la marque Volkswagen - L’ancien “kid” de PSA est désormais un manager de premier ordre de Volkswagen. Il évoque avec nous les raisons qui ont motivé son choix et Christian Klingler, les deux étant étroitement liés !

JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. Quel souvenir gardez-vous de votre première rencontre avec Christian Klingler ?
Xavier Chardon.
Nous nous sommes rencontrés pour la première fois par l’intermédiaire d’Alain Favey, un dimanche à Paris. C’est à cette occasion que nous avons fait connaissance. Nous nous sommes revus un peu plus tard sur un Salon automobile, puis, naturellement, à Wolfsburg dans le cadre du processus de recrutement à proprement parler. Je ne vais pas rentrer dans le détail de nos entrevues, mais pour que vous compreniez ce qu’elles m’ont inspiré, je peux vous dire ceci : si j’ai changé de groupe et de marque après dix-huit ans de fidélité, ce qui n’est pas négligeable, cela tient en grande partie à la force de conviction de Christian Klingler. L’attrait du groupe Volkswagen et de ses marques est indéniable, mais ce sont vraiment la vision et l’ambition que Christian Klingler m’a présentées qui m’ont convaincu de partir pour cette nouvelle aventure.

JA. Sans prétendre à l’exhaustivité, quelles sont selon vous les principales qualités de Christian Klingler ?
XC.
Tout d’abord, je tiens à souligner que c’est un très bon choix du jury car si Christian Klingler est naturellement un très grand professionnel de l’automobile, ce n’est pas pour autant le plus médiatique. Il fait valoir une excellente connaissance de la distribution et fait rare et remarquable, en l’appréhendant dans sa dimension mondiale, avec toute sa variété. Il possède aussi une culture du client très prégnante et précise qui transforme actuellement en partie le groupe Volkswagen, qui s’en trouve renforcé. Christian Klingler a doré les lettres de noblesse du commerce et du marketing au sein du groupe, ancré dans une très forte tradition d’ingénierie. En outre, il a une véritable hauteur stratégique. D’une certaine manière, il me rappelle Claude Satinet, un autre manager qui m’a beaucoup marqué, dans l’implacable logique de son raisonnement et dans son aptitude à challenger ses équipes. Il vous amène à vous dépasser, il vous amène un cran plus loin que ce que vous auriez fait tout seul.

JA. Justement, comment définiriez-vous son mode de management ?
XC.
Vu l’étendue du groupe et de son champ de responsabilités, vous pouvez aisément imaginer qu’il a de grandes qualités de délégation. Mais il parvient aussi à tout suivre à distance avec beaucoup de précision et de pragmatisme. En fait, sa devise pourrait être : “Tout ce qui n’est pas mesurable n’a pas de valeur”. Il place ses collaborateurs dans une logique naturelle d’obligation de résultats et d’engagement à tenir les objectifs définis. Au niveau du commerce par exemple, où nous mettons en œuvre de nombreux projets, tout s’appuie sur des mesures clients très concrètes. C’est vraiment l’un des sceaux de Christian Klingler. Par ailleurs, il a parfaitement conscience de la valeur de la dimension humaine et il veut les meilleures équipes dans les marques comme dans les réseaux, bref, partout. De surcroît, il a une véritable capacité à anticiper, ce qui se révèle précieux dans un monde qui change vite et parfois de manière inattendue. Et face aux circonstances, il sait mettre en action les équipes extrêmement rapidement. En fait, il fixe le cap et le rythme. C’est à la fois très exigeant et très rassurant.

JA. Vu son expérience passée, on imagine qu’il a une vision particulière du marché français, pouvez-vous le confirmer en tant que “frenchy” ?
XC.
Oui, Christian Klingler est d’ailleurs très francophile. Il possède une très grande connaissance de la France et cela dépasse largement le seul cadre de l’automobile. Il a ainsi une très vaste culture de notre pays. Il apprécie aussi sa gastronomie et c’est un œnophile averti. D’ailleurs, son réseau de relations en France est tout simplement impressionnant.

JA. Aux yeux de certains, il pourrait apparaître réservé, voire froid, est-ce une fausse impression ?
XC.
Oui, je crois que c’est une fausse impression. En fait, il est tout simplement très direct dans les contacts. Avec lui, les relations sont donc directes, mais simples. Au-delà du stratège, c’est un vrai homme d’action. Et contrairement à certains dirigeants que l’on peut rencontrer dans des groupes de cette envergure, il n’a absolument pas un égo surdimensionné. S’il apparaît réservé, c’est peut-être tout simplement parce qu’il ne cherche pas à se mettre en avant.

JA. Quels sont les objectifs prioritaires qui vous ont été fixés dans votre périmètre ?
XC.
Nous savons que le marché européen va être compliqué… Cependant, nous devons poursuivre notre croissance, mais il ne s’agit pas d’une course échevelée aux volumes : nous raisonnons en parts de marché et en croissance rentable. Par ailleurs, nous devons encore améliorer la qualité des services clients, car c’est la clé de voûte de la fidélisation.

JA. On sait que l’image de Volkswagen est plutôt forte et positive en Europe, mais est-elle homogène dans les différents pays que vous couvrez ?
XC.
L’image de Volkswagen est assez homogène en Europe. C’est sans doute en Espagne que son niveau est le plus élevé. D’une manière générale, nous sommes perçus comme la marque généraliste la plus proche du Premium. C’est très précieux, car cela justifie aussi le positionnement prix que beaucoup nous envient.
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page