Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
GLK se démocratise

Le GLK version 2012, légèrement revu à l’extérieur, mais plus profondément à l’intérieur, devrait permettre à l’étoile de peser davantage sur le marché des SUV compacts.

GLK se démocratise

Apparu en 2008, le GLK montrait, sur le marché, quelques signes de décalage, qui lui faisaient perdre des ventes. Mercedes revoit aujourd’hui sa copie, ce qui n’est pas pour déplaire à la direction française de la marque.

Le nouveau GLK marque la volonté de Mercedes de peser (réellement) sur le segment des SUV compacts. Car tandis que les BMW et autres Audi voient leurs ventes progresser régulièrement depuis des années, Mercedes stagne, ses parts de marchés reculant donc, mécaniquement. Intolérable, pour Marc Langenbrinck, directeur de Mercedes-Benz Cars France, qui a fait du renouveau de la marque sa priorité. Et parmi les chantiers qui lui incombent, il y a la progression des ventes de modèles 4-Matic et de SUV. Quand aujourd’hui le réseau étoilé parvient péniblement à faire 2 500 GLK, il se vend tout juste le double de X3 ou de Q5. Pourtant, ce n’est en aucun cas une question de qualité, le GLK se montrant à l’aise aussi bien sur route que dans les chemins. Tout au plus reprochera-t-on à l’ancien GLK son manque de “fun” et un déficit de communication certain.

Du coup, la nouvelle génération de GLK ne mise pas sur la révolution stylistique. Le véhicule se révèle particulièrement proche de son prédécesseur. Ses formes s’arrondissent néanmoins quelque peu, et son dessin cubiste s’amenuise d’autant, Mercedes ayant compris que la filiation avec le dinosaure G ne servait pas les objectifs commerciaux du GLK…

L’évolution est un peu plus flagrante à l’intérieur, où la rusticité a fait place à un peu plus de raffinement, ce qui rapproche le GLK de ses concurrents. De quoi peut-être séduire une clientèle plus jeune. D’autant que les efforts consentis sur le positionnement global de l’engin se retrouvent également sur les tarifs, mieux travaillés pour faire face à la concurrence allemande de ce segment.

Un intérieur plus raffiné

En étant réaliste et pragmatique, il faut bien admettre que l’ancienne planche de bord du GLK fleurait bon l’austérité. Du coup, les designers en charge de l’aménagement intérieur l’ont entièrement redessinée, lui donnant des allures plus proches de celle d’une berline. Notamment grâce à de nouvelles buses d’aération rondes, d’un volant sport à trois branches et d’un éclairage d’ambiance indirect à fibres optiques et LED, proposé pour la première fois sur le GLK. Une ambiance générale moins baroudeuse donc, ayant pour objet d’élargir la clientèle.

Positionnement moteur intéressant

Au niveau des motorisations proposées dans l’Hexagone, le vaste programme se décline en six versions Diesel et une version essence, “pour la forme”, sous l’appellation 350 4Matic BlueEFFICIENCY, animé par le V6 à technologie BlueDIRECT.

Mais la quasi-totalité des ventes se fera bien sûr avec les blocs au gazole, à commencer par le nouveau 350 CDI 4Matic BlueEFFICIENCY, qui affiche une puissance de 265 ch (+ 15 % par rapport à l’ancienne version) et une consommation mixte de 7 l en moyenne, en recul de 17 %. Les émissions de CO2 se réduisent pour leur part de 9 %, ce qui offre une réduction de l’Ecotaxe de 1 000 euros. Concernant l’autre nouveau groupe motopropulseur, le 250 BlueTEC 4Matic, il conserve des performances identiques, mais parvient néanmoins à satisfaire d’ores et déjà à la norme Euro VI, pourtant seulement applicable en septembre 2014. La boîte accolée à ces deux moteurs est la désormais célèbre 7G-TRONIC PLUS.

Concernant les GLK 4x2, deux motorisations sont disponibles, le 200 CDI et le 220 CDI équipés d’une boîte manuelle à six rapports. A noter, enfin, l’ensemble des motorisations du GLK est doté du Stop & Start ECO de série.

----------
Le GLK en bref

Date de lancement : Juin 2012
Segment de marché : 4 X 4 Premium
­­Principales Concurrentes du GLK 250 BlueTEC 4Matic 250ch 48 200 € :
Audi Q5 3.0 TDi 245 ch : 55 200 € ;
BMW X5 xDrive 3.0d : 56 900 €
Prix :
de 51 900 à 64 800 € - Essence
de 36 500 à 65 100 € - Diesel


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA appelé à respecter ses engagements sur l'emploi en Allemagne

Dans un contexte de possible réduction des effectifs, Angela Merkel met la pression sur le groupe PSA afin qu’il respecte ses engagements de préserver tous les emplois dans les usines allemandes.

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page