Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW ActiveHybrid 3 : Docteur Hybrid et Mister Active !

Les premières livraisons de l’ActiveHybrid 3 sont attendues pour le 20 septembre 2012.

BMW ActiveHybrid 3 : Docteur Hybrid et Mister Active !

BMW lance la variante hybride de sa Série 3. Reprenant la technologie de la Série 5, l’ActiveHybrid 3 en exacerbe encore les traits de caractère, pouvant ainsi verser dans la sportivité ou le silence du 100 % électrique.

En attendant les i3 et i8, la gamme BMW s’électrise peu à peu. En effet, l’offre hybride s’élargit aujourd’hui avec l’arrivée de l’ActiveHybrid 3. Et pour une évidente question de coût, la Série 3 partage donc ses dessous technologiques avec la Série 5 (et bientôt avec la Série 7 qui demeure pour l’heure une Mild Hybrid avec un V8 “aidé” par un petit moteur électrique), faisant ainsi figure d’exception dans l’univers des “petites” berlines familiales hybrides avec son 6 cylindres essence et ses 340 ch. Non que cette association n’existe pas, la S 400 Hybrid, l’Infiniti M35h ou la Lexus LS 600h sont équipées d’une telle mécanique thermique, mais aujourd’hui, la tendance est plutôt au 4 cylindres avec des puissances cumulées inférieures. Un choix notamment fait par Audi pour ses A8, A6 et Q5 Hybrid ou encore par Mercedes qui, pour sa Classe E, a choisi des 4 cylindres essence et Diesel. Pourquoi un tel choix de la part de BMW ? En plus des économies d’échelle nécessaires et du dogme de la sportivité indéboulonnable à Munich, les ingénieurs munichois, mais aussi le commerce, ont choisi le fameux 6 cylindres en ligne maison et la boîte 8 rapports. Ils représentent, en effet, à ce jour, la chaîne de traction la plus diffusée, notamment sur les marchés émergents, car elle couvre quasiment tous les modèles de la gamme BMW, de la Série 3 à la Série 7 en passant par la famille X ou les coupés. Autant de modèles essence très prisés en Chine, mais aussi aux Etats-Unis, car même si le downsizing est une réalité avec l’arrivée d’un 4 cylindres turbo de 245 ch sur la 328i, les 6 cylindres des 330i et 335i demeurent les best-sellers sur ce marché.

Une hybridation intégrée dès la conception

Avec l’ActiveHybrid 3, les habitués de la 335i vont ainsi retrouver une auto encore plus performante, avec notamment un 0 à 100 km/h abattu en 5,3 s grâce au boost du moteur électrique, mais capable de consommer jusqu’à 25 % de moins malgré les 135 kg supplémentaires de la greffe hybride. En effet, en zone urbaine, cette Série 3 hybride peut afficher 5,3 l et, sur la moyenne du cycle européen, la consommation annoncée est de 5,9 l, représentant 139 g de CO2 émis, alors qu’une 335iA affiche une moyenne de 7,2 l et 169 g de CO2. Ces bons chiffres doivent beaucoup à la possibilité de rouler jusqu’à 4 km en 100 % électrique. Une situation de roulage qui se présente régulièrement et encore davantage une fois le mode EcoPro sélectionné. En revanche, en choisissant le mode Sport et même Sport +, naturellement, l’électrique devient un support, venant aider le 6 cylindres pour encore plus de performances. Il y a vraiment deux voitures en une. Le moteur électrique, délivrant une puissance équivalente à 55 ch et 210 Nm de couple, prend donc place entre le moteur thermique et la boîte, comme sur l’ActiveHybrid 5, mais en revanche la batterie et ses 46 kg sont mieux intégrés car dès la conception de la Série 3, cette version hybride était étudiée. Ainsi, les 96 cellules de la batterie lithium-ion sont logées juste derrière le train arrière, sous le plancher du coffre, permettant ainsi de ne pas trop perdre d’espace et même d’abaisser le centre de gravité de l’auto.

“L’ActiveHybrid 3 n’est pas un véhicule alibi”

Cette ActiveHybrid 3 ne manque pas d’atouts et BMW se montre ambitieux même s’il a été impossible d’avoir une idée des volumes de production envisagés. Toutefois, le responsable du programme a indiqué qu’ils seraient élevés car ce véhicule “n’est en rien un véhicule alibi”. Toutefois, si l’on peut penser que le succès sera effectivement au rendez-vous, durablement, en Asie ou en Amérique du Nord, en Europe et particulièrement en France, cette Série 3 d’un nouveau genre risque de rester cantonnée à un rôle de démonstrateur de savoir-faire. En effet, au royaume du Diesel et des ventes aux entreprises, l’ActiveHybrid 3, aussi performante et efficiente soit-elle, aura du mal à trouver sa place. A moins qu’en cette période troublée pour l’automobile française, la fiscalité soit profondément revue. Mais rien n’est moins sûr.

-------------
L'ActiveHybrid 3 en bref

Date de lancement : 20 septembre 2012
Objectif * : 500 unités en année pleine
Principales Concurrentes de l’Active Hybrid3 340 ch Modern : 59 600 € :
Lexus CT 200h 136 ch F Sport : 36 700 €
Audi Q5 Hybrid 245 ch : 55 800 €
Prix : de 54 600 à 62 750 € - ActiveHybrid 3
* Estimation JA

 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page