Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Dokker Van, la cheville ouvrière de Dacia

Dokker Van, la cheville ouvrière de Dacia

La marque low cost du groupe Renault lancera fin novembre son premier véritable véhicule utilitaire, nommé Dokker Van, qui aura pour cible les artisans et les mono-possesseurs. Comme souvent, il sera accompagné d’une version ludospace. Conçus sur la plate-forme du Lodgy, ces deux nouveaux produits auront pour mission première de conforter les positions de Dacia au Maroc, en Turquie et en Europe.

L’usine de Tanger n’aura pas mis longtemps à accoucher de ses premiers véhicules. Quelques mois seulement après le monospace Lodgy, le groupe Renault entamera en novembre la commercialisation, en France, des Dokker Van et Dokker. Ces deux nouveaux produits, qui partagent plus de 80 % de pièces avec le Lodgy, permettront à Dacia d’attaquer le marché des fourgonnettes et celui des ludospaces, tous deux fortement dominés par les marques françaises. La version Van, que l’on peut présenter comme le premier vrai véhicule utilitaire badgé Dacia, permettra à la marque low cost de prendre position dans le cœur du marché. Un marché du VUL que Dacia avait toutefois investi en 2007 en lançant son Logan Van, un break tôlé dérivé de la Logan, suivi du Logan Pick-up. Une première incursion, discrète, qui a permis à la marque de se placer et de vanter au passage ses performances en termes de coût d’utilisation auprès d’une nouvelle cible de clients professionnels.

Dépasser les 5 000 unités ­annuelles avec le Dokker Van

En 2011, sur les 94 158 véhicules commercialisés par Dacia sur le marché français, les véhicules utilitaires ont représenté 5 000 unités, soit une pénétration de 1,2 % et une 11e place sur le marché hexagonal. Le Logan Van et le Pick-up ont chacun représenté 2 000 unités, auxquelles sont venus s’ajouter 1 000 Duster VUL. Au cumul des six premiers mois, Dacia a distribué 2 558 véhicules utilitaires, soit une variation négative de 4,5 % par rapport à la même période l’an passé, mais une part de marché confortée à 1,2 point. “Notre performance en utilitaires est relativement convenable car nous n’avons pas véritablement investi ce marché. Le Logan Van représentait une opportunité rapide de proposer un véhicule utilitaire sans consentir des investissements trop importants. Nous l’avons lancé sans vraiment le pousser, d’autant que ses caractéristiques ne correspondaient pas vraiment aux standards du marché et l’offre carrossée était très réduite”, reconnaît Alain Lehman, directeur de la marque Dacia en France. Le Logan Van sera progressivement retiré de la commercialisation pour laisser place au Dokker Van, dont les prises de commandes seront ouvertes à la rentrée de septembre. Le véhicule investira 30 pays européens et méditerranéens. La version ludospace devrait représenter le gros des ventes au Maroc et en Turquie, mais l’usine de Tanger, calibrée pour fabriquer 170 000 véhicules sur une année, dont le Lodgy, devrait concevoir dans des proportions équilibrées les versions VP et utilitaire. Dans un second temps, Dacia ne manquera pas d’exploiter le potentiel international du Dokker et du Dokker Van, en particulier dans les pays émergents.

Un prix moyen estimé entre 10 500 et 11 000 euros pour le VUL

Avec un prix de départ fixé à 9 400 euros (HT) pour le ludospace et 7 990 euros (HT) pour la version Van, le Dokker tranche dans le vif. Simplicité, absence de superflu, arbitrage économique sur chacun des composants (pas de moteur Diesel 110 ch, porte vitrée à l’arrière, absence de poignées de maintien…), les recettes qui ont fait le succès des modèles Dacia ont une nouvelle fois grandement présidé au développement du véhicule. Mais il serait réducteur et malhonnête de réduire le Dokker à son seul prix. En effet, le véhicule affiche un ensemble de prestations, esthétiques, technologiques et mécaniques, absolument respectables. Ressenti qui confirme la montée en gamme des produits Dacia et la volonté de la marque de dépasser le seul argument “low cost”, limité, pour privilégier le rapport qualité/prix sur un marché donné. Et sur le marché hexagonal des véhicules utilitaires, particulièrement concurrencé, l’équation prix est particulièrement serrée. Afin de maintenir sa compétitivité, le constructeur a dû composer avec les remises et les opérations commerciales allouées tous azimuts par les constructeurs généralistes depuis janvier. “Nous avons précisément fixé le prix du véhicule en tenant compte des remises importantes proposées par les marques concurrentes sur la cible des artisans et des mono-possesseurs. Peut-être que notre compétitivité sera moindre que ce qu’elle a été, mais derrière le tarif il y a aussi une vraie prestation. De plus, malgré des primes très fortes sur le segment B, la Sandero poursuit sa croissance”, défend Alain Lehman. Pour le Dokker Van, une version Ambiance (75 ch, Diesel) vient compléter une version de base très minimaliste et devrait donner le ton autour de 10 000 euros. Selon les dirigeants, le prix moyen devrait se situer entre 10 500 et 11 000 euros. Le modèle ludospace affichera, quant à lui, environ 12 000 euros. Les deux véhicules devraient afficher des valeurs résiduelles identiques aux autres modèles de la gamme, soit un écart positif de 8 à 10 % par rapport aux concurrents.

Une offre carrossée dès la commercialisation

Le véhicule viendra directement concurrencer le Fiat Doblo et les fourgonnettes de PSA, mais aussi le Renault Kangoo. A la traditionnelle question de la cannibalisation entre Dacia et Renault, Alain Lehman a opposé cette même réponse, régulièrement formulée par la marque : “Nous nous posons logiquement des questions mais, à ce jour, nous n’avons pas subi de cannibalisation entre les modèles VP Dacia et l’offre Renault : 75 % des gens qui achètent une Dacia n’ont pas envisagé la marque Renault et nous touchons essentiellement des personnes provenant du marché de l’occasion. Dokker est là pour aller chercher des volumes complémentaires.” Si la gamme utilitaires Renault conserve une grande longueur d’avance en termes de diversité et de choix, Dacia entend profiter des agréments de la marque au losange pour proposer, dès la commercialisation, une offre de véhicules carrossés représentative. Le Dokker Pick-up, transformé par la société Kollé, sera ainsi disponible dès novembre. “Nous avons demandé aux carrossiers d’ajuster leurs prestations à la marque Dacia et d’être 20 % moins chers que les autres marques. Nous allons établir un vrai plan de communication sur le VUL, ce que nous n’avions pas fait avec le Logan Van, et mettre en avant notre offre carrossée”, souligne Alain Lehman. La marque entend mettre sur pied en 2013 une caravane qui sillonnera la France pour présenter l’ensemble de l’offre Dokker Van. Avant l’introduction du véhicule dans le réseau, Dacia s’attachera à former les 300 vendeurs dédiés aux basiques du véhicule utilitaire.

---------------
Le Dokker Van en bref

Date de lancement : Novembre 2012
Segment de marché : Fourgonnette
Principaux Concurrents du Dokker Van :
Fiat Doblo Cargo Mjt90 Pack 15 430 € (HT) ;
Renault Kangoo Confort dCi75 15 550 € ;
Nissan NV200 dCi90 Visia 15 000 €
Prix :
9 990 € - Dokker Van 1.5 dCi 75 eco2
11 190 € - Dokker Van Ambiance 1.5 dCi 75 eco2


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page