Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai i20 : Pour sortir de l’ombre

Hyundai i20 : Pour sortir de l’ombre

En retouchant sa petite citadine, le constructeur coréen compte bien la faire changer de dimension. Jusqu’ici quasi invisible sur son segment, la i20, dotée de nouveaux équipements et d’une face avant modernisée, veut apporter son écot à la croissance de Hyundai.

Hyundai poursuit sa cure de jouvence. Après le lancement des nouvelles i30 et i40, et en attendant celui du nouveau Santa Fe, le constructeur coréen vient de commercialiser une version restylée de sa citadine i20. Avec des ventes en progression de 15 % depuis le début de l’année, Hyundai compte bien poursuivre sur cette dynamique et gagner encore quelques parts de marché (+ 0,6 point, à 1,40 % en 2012). Remplaçante de la Getz en 2009, la première génération de la i20 n’a jamais vraiment trouvé son public. Avec cette version restylée, l’objectif du constructeur est clair : s’attaquer réellement au segment B et à ses leaders. Hyundai veut d’ailleurs augmenter les ventes du modèle de 50 %.

Un design revu et corrigé

Pari ambitieux pour lequel Hyundai a mis de nombreux atouts de son côté. Avec un design retravaillé, d’abord. Fini le temps de la petite citadine vieillissante et sans charme. Si les changements sont limités, la i20 deuxième du nom s’affiche plus moderne et plus séduisante. La partie arrière n’a que peu changé – seules les optiques ont été modifiées –, mais l’avant s’offre une deuxième vie. Reprenant une nouvelle calandre déjà apparue sur la i40 SW, la i20 se dote d’optiques et d’antibrouillards redessinés, plus affirmés et plus modernes. Le pare-chocs, lui aussi, a été modifié. Avec un dessin plus proéminent, il fait gagner 55 mm en longueur à la citadine, seul changement notable en termes de gabarit. Par ailleurs, Hyundai ne propose pas de version trois portes. Considérant sa part de marché potentielle trop faible, la marque se contente d’une version cinq portes qui compile la majorité des ventes de ce segment.

Un intérieur soigné, mais sans GPS

Côté habitable, si l’omniprésence des plastiques austères pourra en décourager certains, leur qualité et leur sobriété montrent bien la volonté de Hyundai de séduire le plus grand nombre. La position de conduite s’avère bonne, y compris pour les grands gabarits qui apprécieront l’excellente visibilité. Une fois au volant, le conducteur appréciera le volant multifonctions, mais regrettera le placement trop incertain des boutons du bas. Au chapitre des équipements, l’offre s’améliore sensiblement et se rapproche des standards allemands, comme nous avons pu le constater grâce à l’essai de notre i20 “Premium”. Ouverture et démarrage sans clé, régulateur et limiteur de vitesse, système Bluetooth, commande vocale et un radar de recul projeté dans le rétroviseur intérieur se retrouvent de série. Seul défaut, et pas des moindres, l’absence de GPS, y compris sur la version haut de gamme à 18 800 euros.

Une direction imparfaite

Pour ce prix, Hyundai propose une motorisation Diesel 1,4 litre CRDi de 90 ch. Si Hyundai annonce une consommation à 4,1 l/100 km, la tendance constatée est plus proche des 5 litres de moyenne dès lors que l’on mélange ville, embouteillage et voie rapide. Côté conduite, deux défauts nous ont sauté aux yeux : d’une part, des suspensions beaucoup trop raides pour une citadine et, d’autre part, une direction d’une extrême légèreté qui, si cela constitue un atout en ville, s’avère déstabilisant lors de trajets extra urbains. Disponible entre 12 750 et 18 800 euros, cette citadine reste moins chère que la plupart de ses concurrentes, à niveau d’équipement égal. Au final, si cette i20 s’adresse avant tout à une clientèle urbaine, sa polyvalence est un atout indéniable pour lui permettre d’entrevoir un succès plus large. Bien sur, les best-sellers du genre semblent garder une longueur d’avance sur elle. En revanche, la i20 peut légitimement prétendre faire jeu égal avec une Skoda Fabia ou une Fiat Punto Evo, par exemple, et se rapprocher ainsi de son objectif.

------------
Le Hyundai en bref

Date de lancement : Disponible
Objectif : Entre 8 000 et 10 000 en année pleine
Principales concurrentes de la i20 CRDI diesel de 90 ch : 18 800 €
Peugeot 208 1.6 e-HDI FAP Féline 5p. 20 950 € ;
Toyota Yaris 90 D-4 Lounge 5 p. 18 950 € ;
Skoda Fabia 1.6 TDI75 FAP Elegance 5p. 17 500 € ;
Fiat Punto Evo 1.3 JTD95 Mjt Lounge Dual 5 p. 20 490 €
Prix :
de 12 750 à 15 100 € - Essence
de 14 650 à 18 800 € - Diesel


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page