Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
L’Outlander fait le premier saut

L’Outlander fait le premier saut

Présenté en première mondiale lors du dernier salon de Genève, l’Outlander troisième génération entame sa commercialisation européenne ce mois-ci. Plus de dix ans après son introduction dans la gamme Mitsubishi, il est le premier produit défini dans le cadre du plan “Jump 2013”.

En lançant la première génération de son SUV en 2001, Mitsubishi a ouvert une brèche dans laquelle de nombreux constructeurs se sont engouffrés. Sur un segment de marché hautement stratégique et rentable, le constructeur nippon a démontré son savoir-faire, validé par le rapprochement industriel avec le groupe PSA accouchant des Peugeot 4007 et Citroën C-Crosser. Compromis idoine entre les historiques 4x4 et l’offre de voitures particulières, l’Outlander a trouvé sa place dans l’offre du constructeur nippon. Plus de 960 000 unités ont été vendues depuis son introduction, dont deux tiers de l’Outlander deuxième génération qui est arrivé sur le marché en 2006. Deux ans après le lancement de l’ASX, crossover compact, le véhicule marque un tournant et entame un nouveau cycle dans le plan produits de la marque. Le business plan “Jump 2013”, qui comprend notamment le lancement de la Mirage, vise à accroître la dimension internationale et environnementale de la marque. L’Outlander, qui a réalisé en 2011 ses meilleures performances commerciales en Russie, en Chine, aux Etats-Unis, et en Allemagne pour l’Europe, entend capitaliser sur l’héritage technologique et l’engineering de Mitsubishi pour respecter ses engagements, mais surtout faire face à une concurrence solidement armée sur le segment des crossovers et à un marché des SUV compacts en pleine mutation, symbolisé par les probants résultats de l’ASX. En 2009, déjà, le constructeur avait procédé à une première montée en gamme de son modèle afin de mieux préparer l’arrivée de l’ASX et s’adapter aux mutations du marché. Avec le nouvel Outlander, Mitsubishi franchit un palier supplémentaire. Le constructeur se targue notamment d’être le premier à proposer un véhicule conçu dès le départ pour accueillir soit un moteur à combustion (Diesel ou essence), soit un groupe propulseur hybride rechargeable. D’ailleurs, Mitsubishi a dévoilé également lors du Mondial de l’Automobile cette version hybride rechargeable, baptisée “Outlander PHEV”, qui sera lancée au Japon en décembre 2012 et introduite en France courant 2013. Ce véhicule offrira une autonomie supérieure à 800 km et des émissions de CO2 inférieures à 50 g/km.

Une troisième génération optimisée et mieux équipée

Plus spacieux, grâce notamment à une troisième rangée désormais pourvue de “vrais” sièges fractionnables 50/50, mieux équipé avec le régulateur de vitesse adaptatif, les systèmes anticollision ou d’alerte de franchissement de ligne, et doté d’un habillage renforcé, le véhicule conserve les mêmes dimensions que son prédécesseur et parvient même à afficher une réduction de poids d’environ 100 kg. En Europe, l’Outlander est disponible en deux motorisations : le moteur Diesel 2,2 l 150 ch “4N14”, inauguré en 2010 sur la précédente génération, et la nouvelle motorisation essence 2,0 l 150 ch MiVEC. Sur ces deux offres, un nouveau mode “ECO” est désormais disponible pour régler la climatisation, la gestion moteur et le mode de transmission intégrale. Le système Automatic Stop & Go fait également son apparition pour la première fois sur les versions boîte manuelle et transmission CVT. Au total, quatre transmissions sont proposées : boîte manuelle à 5 rapports, boîte manuelle à 6 rapports, transmission automatique à 6 rapports (qui arrivera en fin d’année) et transmission CVT. Disponible en version traction, l’Outlander bénéficie également de la nouvelle transmission intégrale “Multi-Select” qui contribue, entre autres, aux performances environnementales de l’Outlander. L’ensemble de ces évolutions permet au véhicule, dans sa version Diesel 5 places, de descendre sous les 130 g de CO2/km quand le prédécesseur affichait 165 g/km.

Une croissance de 50 % des ventes attendue en Europe

Ainsi armé, le constructeur nippon entend accroître les volumes de ventes du modèle de 50 % pour atteindre entre 25 000 et 30 000 unités par an en Europe à partir de 2013. Sur le marché hexagonal, Mitsubishi espère écouler 2 000 unités de son nouveau modèle en 2012. Pour 2012, afin d’atteindre l’objectif global de 8 000 unités, Mitsubishi table sur 600 à 1 000 unités.

------------
L’ Outlander en bref

Date de lancement : 27 septembre 2012
Segment de marché : crossover du segment D
Objectif : entre 1 000 et 2 000 unités en 2013
Principales concurrentes de l’Outlander 2.2 DiD Instyle 150 ch à 39 400 € (TTC) :
Honda CR-V 2.2 i-DTEC Luxury 37 450 €
Toyota RAV4 150 D-4D FAP Lounge 4WD 36 700 €
Hyundai Santa Fe 2.2 CRDi 4WD 40 350 €
Prix :
de 31 500 à 40 950 €


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page