Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Les ambitions “Citanesques” de Mercedes-Benz

Le Citan est équipé de quatre motorisations, dont trois Diesel - 108 CDI (75 ch), 109 CDI (90 ch), 111 CDI (110 ch) - et une essence 112 (114 ch). Les Citan 108 et 109 CDI sont déjà disponibles en livraison tandis que les variantes 111 CDI et 112 arriveront l’été prochain.

Les ambitions “Citanesques” de Mercedes-Benz

Fruit de la coopération industrielle avec Renault, le Citan vient compléter la gamme utilitaire de Mercedes-Benz et surtout explorer un nouveau segment de marché relativement porteur. Avec un positionnement prix “raisonnable”, plutôt cohérent avec le marché et l’image de marque, le constructeur à l’étoile entend s’adresser aux mono-possesseurs.

Il est très rare que le lancement d’un nouveau véhicule utilitaire s’accompagne de la même ferveur et impatience qu’une Berline ou un Coupé. C’est comme ça. On se gardera bien d’affirmer que l’arrivée prochaine du Citan déchaîne les passions, néanmoins la fourgonnette badgée Mercedes-Benz a déjà fait le buzz avant même sa sortie commerciale. D’une part parce qu’il permet à Mercedes-Benz d’investir un segment de marché jusqu’ici inoccupé, ou partiellement délaissé par le retrait du Vaneo en 2005, et d’autre part parce qu’il s’agit du premier véhicule utilitaire issu de la coopération industrielle avec Renault. Inévitablement, l’annonce d’un tel projet, en 2010, n’a pas manqué de susciter les interrogations, l’incrédulité, voire peut-être aussi l’inquiétude chez certains. Après avoir longtemps entretenu le mystère sur le produit l’an passé, Mercedes-Benz a apporté plusieurs éléments de réponse en début d’année, en livrant d’abord le nom du véhicule, puis en fournissant ensuite quelques détails esthétiques et techniques. La présentation en avant-première mondiale du véhicule a lieu sur le stand du constructeur à l’IAA d’Hanovre. Une communication progressive qui a mis en exergue la volonté du constructeur de marquer la différence avec le produit d’origine, le Kangoo. “Notre petit utilitaire urbain ne pouvait et ne devait en aucun cas être un véhicule existant affublé après coup d’une étoile. En effet, Mercedes-Benz ne pratique pas le “Badge-Engineering””, avait d’ailleurs déclaré en mars dernier Volker Mornhinweg, directeur de Mercedes-Benz Vans.

Une face avant dynamique, un positionnement prix cohérent

Ainsi, le Citan a été retravaillé en adéquation avec “le design typique de Mercedes-Benz”. Un exercice inhabituel et délicat pour les équipes du centre de design de Stuttgart. “100 % de la planche de bord, 100 % de la face arrière et de la face avant sont distincts du Kangoo”, justifie Benoît Tallec, chef d’équipe design pour les véhicules commerciaux. A l’arrière, la vitre du Citan a été redessinée et les deux feux rabaissés. A l’avant, le véhicule intègre la calandre spécifique aux véhicules commerciaux de la gamme Mercedes-Benz, symbolisée par une grande étoile chromée. “Nous avons réduit au maximum et au millimètre près les volumes, les dimensions et les masses superflues du Kangoo afin d’offrir au Citan un nez plus dynamique et sportif”, détaille Benoît Tallec. Ce dynamisme est avéré. Le véhicule en impose vraiment grâce, principalement, au travail réalisé sur la face avant. Si l’image de marque de Mercedes-Benz est préservée, le positionnement Premium qu’elle cultive sur le marché des VP perd en revanche de sa valeur sur le segment des véhicules utilitaires. Le Citan n’échappe pas à cette règle. “Nous aurions pu faire une planche de bord plus chargée et enrichir encore davantage le véhicule, seulement notre volonté était d’adopter un positionnement raisonnable sur le marché”, explique Philippe Glarner, directeur commercial véhicules utilitaires légers. En effet, plus encore que le design et les caractéristiques techniques, c’est véritablement le positionnement commercial du produit qui va dicter son rayonnement sur le marché. Mercedes-Benz ne pouvait pas se permettre d’arriver avec un véhicule utilitaire affichant un tarif excessif et reproduire l’erreur qui avait précipité l’arrêt du Vaneo.

Les versions “Mixto” et “Combi” en complément

Le Citan affiche un prix d’entrée de gamme de 14 760 euros (HT) pour la version compact essence (112), et monte à 15 780 euros (HT) pour le modèle long Diesel (108 Cdi). Le mix de vente se situera, évidemment, nettement plus haut. “Le prix du Kangoo est un des éléments qui a présidé à la fixation du prix mais nous avons aussi tenu compte des coûts de production et surtout établi une analyse globale du marché. Nous sommes parfaitement conscients du contexte de concurrence et de guerre commerciale très fort entre les marques mais, actuellement, nous sommes dans le marché, même si celui-ci est très fluctuant”, affirme Philippe Glarner. En position de conquête, le constructeur vient directement se positionner face au Caddy de Volkswagen et cible une clientèle de mono-possesseurs, “qui ont une préoccupation image pour leur véhicule”. Après un premier lancement en Allemagne, en marge du salon d’Hanovre, le Citan sera ensuite introduit en Europe, mais aussi en Turquie, en Norvège, en Suisse, en Australie et en Afrique du Sud. En France, il sera commercialisé dans les réseaux VI et VUL de la marque à partir du 25 octobre en version longue et ultra-longue, le modèle compact n’arrivant qu’en 2013. Le véhicule est également décliné en version “Mixto”, un modèle cinq places modulable adapté aux transports de collaborateurs, et en version “Combi”, également un cinq places basé sur la version longue et doté d’une banquette arrière rabattable ainsi que de portes coulissantes.

En avril dernier, un objectif de part de marché situé entre 4 et 5 % avait filtré du rassemblement organisé par Mercedes-Benz. Fin août, Volker Mornhinweg n’a pas souhaité se prononcer sur les cadences de production ou les objectifs commerciaux. “Nous voulons accompagner la croissance et passer à l’offensive sur un segment des fourgonnettes qui représente 700 000 unités en Europe et qui devrait progresser de 2 % par an en Europe de l’Ouest d’ici 2020”, a-t-il annoncé. Sur le premier semestre, Mercedes-Benz a commercialisé 120 547 véhicules utilitaires dans le monde, soit une baisse de 1,2 % par rapport à la même période en 2011. Le chiffre d’affaires de l’activité VUL s’est établi à 4,5 milliards d’euros, en hausse de 7,2 %, tandis que le résultat opérationnel a atteint 365 millions d’euros (- 3,7 %).

--------------
Le Citan en bref

Date de lancement : octobre
Segment de marché : Fourgonnette
­­Principaux Concurrents :
Caddy Van TDi102 : 16 750 € ;
Kangoo Confort dCi75 : 15 550 € ;
Transit Connect T200 Court TDCi90 : 16 450 €
Prix :
16 100 € - Long 109 CDI 90 ch
17 510 € - Extra-long 109 CDI 90 ch
18 433 € - Mixto 109 CDI 90 ch
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page