Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Automechanika 2012 : Rencontres au sommet

Automechanika 2012 : Rencontres au sommet

L’édition 2012 du salon international de la pièce et de l’équipement a rempli, une nouvelle fois, son pari : réunir sous un même toit, le plus grand nombre possible d’exposants et de visiteurs du monde entier.

A jongler entre les crises passées ou celles annoncées, les organisateurs de salons ont fort à faire pour monter des manifestations d’envergure mondiale sans… crise de nerfs. Cette année encore, le must des salons dédiés à la pièce et à l’équipement automobile a su convaincre les exposants en nombre, plus de 4 500, et séduire ce qu’il faut de visiteurs pour rendre les premiers heureux, à savoir 148 000 personnes issues de 174 pays. Aux dires des dirigeants des sociétés présentes, cette version a véritablement mis en lumière l’internationalité du salon et permis à certains de rappeler quelques vérités. A savoir que le marché européen intéresse énormément de monde et, malgré le fait qu’il ait beau subir des moments douloureux, sa clientèle attire les investisseurs et acheteurs d’Amérique du nord, d’Asie et d’ailleurs. D’autre part, il ne faut pas oublier que le salon de Francfort est aussi celui de l’innovation technologique. Comme le rappellent les équipementiers dont les interviews émaillent ce dossier, même si les marchés porteurs se situent au-delà de l’Europe de l’Ouest, le nerf de la guerre, à savoir les centres de recherche et développement sont encore localisés ici. Et si Automechanika se veut la grande vitrine des produits et des solutions de rechange comme de l’équipement de garage et des services associés, c’est aussi celui de l’innovation technologique. Montrer “aux réparateurs et aux distributeurs” qu’on est là, à leurs côtés, pour les accompagner lorsque les dernières technologies arriveront dans leurs ateliers, en présentant ce qui est en train de se monter sur les véhicules d’aujourd’hui, tel est le credo des équipementiers première monte, qui ont une division rechange.

Des tendances et des coutumes

Lors de la précédente édition, on sentait comme un air vigoureux parcourir les allées, on sortait –pensait-on– de la crise, et on arborait les tenues environnementales avec le sourire. Parallèlement, la lutte contre la contrefaçon et la promotion de la pièce d’origine dominaient les conversations et les affichages. Cette année –à part Renault et hors propos – la défense de la pièce d’origine s’est faite plus discrète, sans doute parce que les grands acteurs, en affichant leur présence en première monte, implicitement apportaient cette garantie. Cela n’a pas empêché quelques grands noms de rappeler que le combat est loin d’être terminé. Cependant, on notera qu’une grande partie des messages portait sur d’une part, toutes ces pièces qui ont été travaillées pour gagner en CO2, en consommation d’essence, en poids, etc. Et d’autre part, sur les services permettant de simplifier le travail des réseaux de distribution et de réparation, tout en leur permettant d’augmenter leur chiffre d’affaires et leurs marges. Cette direction allant même vers les pièces remanufacturées, près d’une cinquantaine de sociétés exposantes, étant référencées à l’Apra (Automotive Parts Remanufacturers Association). Aussi, les nouveaux médias se sont définitivement installés sur le salon. Commander ses pièces sur le catalogue de son smartphone ou voir le contenu de la boîte sur le QR-code… les geeks étaient aussi invités !

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page