Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le réseau, l’autre homme fort de VW aux US

En avril 2012, Volkswagen et Audi ont ouvert leur nouveau flagship sur la 11e avenue à New York.

Le réseau, l’autre homme fort de VW aux US

Avec 30,6 % de gagnés en 2012, le groupe Volkswagen affiche la plus forte croissance du marché américain. Les nouveaux modèles “américains”, telle la Passat, ne peuvent expliquer seuls ce succès. En effet, le réseau de distribution de la marque a lui aussi largement évolué.

Avec plus de 9 millions d’unités vendues en 2012 et une part de marché VP mondiale de 12,8 %, le groupe Volkswagen poursuit sa route, sans dévier, vers le sommet. Et dans ce développement, “les Etats-Unis deviennent une pierre angulaire”, a lancé Martin Winterkorn en ouverture du salon de Détroit. Il faut dire que le groupe y enregistre de bons résultats. En effet, Volkswagen Group of America a effacé en 2012 des records de ventes vieux de plus de quarante ans ! Avec 580 286 immatriculations sur le marché américain, soit une croissance de 30,6 %, après 20 % gagnés en 2010 et 26 % en 2011, le groupe dépasse de 2 899 unités un ancien record remontant à 1970. Les marques Volkswagen, avec 438 133 unités (+ 35,1 %), et Audi, avec 139 310 unités (+ 18,5 %), sont les principaux artisans de ces résultats même si Bentley et Lamborghini affichent des croissances respectives de 23,3 % et 52,9 %. Un succès qui ne doit rien au hasard. En effet, le groupe allemand a choisi il y a cinq ans de faire un “reset” total. Une réinitialisation. Les dirigeants ne pouvant accepter une si faible performance sur un territoire aussi porteur. Depuis 2008, l’investissement consenti s’est élevé à 4 milliards. Le siège social a déménagé à Washington, le groupe a construit une usine dans le Tennessee et propose des produits plus en phase avec les attentes des clients. Le concept CrossBlue, un SUV mid-size présenté cette année, témoigne de ces développements spécifiques à l’Amérique du Nord. La Passat, premier véhicule “américain” produit dans l’usine de Chattanooga, est un vrai succès puisqu’elle représente déjà 27 % des ventes de la marque, juste derrière la Jetta avec 39 %. Ce couple de berlines tricorps tire vraiment la marque avec une croissance de 52 % en 2012. Pour revenir au CrossBlue, au-delà de la prometteuse technologie hybride qu’il cache, il annonce surtout l’arrivée de Volkswagen sur le deuxième plus important segment du marché américain, avec 29 % des ventes.

Un réseau de plus en plus exclusif

Mais dans ce succès, qui a permis de voir les ventes de la marque Volkswagen de 109 % entre 2009 et 2012, se cache également un autre homme fort : le réseau de distribution. Composé aujourd’hui de plus de 610 points de vente, ce dernier investit et croit en la marque, comme en témoigne cette statistique : aujourd’hui, deux tiers des concessions sont exclusives, alors qu’elles étaient moins de la moitié il y a cinq ans. Les ventes moyennes par site ont quasiment doublé, à plus de 700. La croissance du business Volkswagen demeure donc forte, mais elle le devient encore plus pour les sites qui ont changé de main ou qui ont engagé des travaux pour répondre aux dernières normes de représentation. Naturellement, les open points récemment couverts affichent des taux de croissance encore supérieurs à la moyenne.

Le constructeur a donc méticuleusement préparé son retour sur le marché américain et force est de reconnaître que les résultats sont là et devraient durer, même si le groupe a annoncé des objectifs très prudents pour l’année en cours. En effet, Christian Klingler a rappelé que le groupe visait 600 000 unités cette année aux Etats-Unis. Pour mémoire, en 2012, le groupe a atteint 580 286 unités, mais seulement 17 400 des 35 000 Porsche vendues ont été comptabilisées car le constructeur de la 911 n’a officiellement intégré le groupe Volkswagen que depuis le 1er août dernier. Donc, en ajoutant les 17 600 Porsche vendues avant cette date, le groupe aurait réalisé 597 800 unités. L’objectif assigné à Jonathan Browning, le patron du groupe aux Etats-Unis, semble donc à portée de main d’autant que Christian Klingler estime que la croissance devrait rester de mise aux Etats-Unis. Quant aux ambitions mondiales, le responsable des ventes et du marketing mondial du groupe souhaite réaliser au moins la même performance que le marché en 2013. Un marché annoncé en hausse.
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le Top 10 des pays producteurs de véhicules en 2017

En 2017, environ 80 millions de véhicules particuliers ont été produits dans le monde. Zoom sur les dix pays producteurs les plus importants selon l’ACEA.

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page