Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volvo V50 : Entre sagesse et dynamisme

Volvo V50 : Entre sagesse et dynamisme

L'arrivée du V50 dans la gamme Volvo devrait permettre au constructeur suédois de relancer ses ventes dans le segment des breaks. Le remplaçant du V40 se donne ainsi des allures plus dynamiques afin de séduire une clientèle encore plus jeune. Objectif : 2 850 immatriculations en France en 2004. Confort,...

...sécurité, famille nombreuse... Si le break Volvo bénéficie en général d'une bonne image, on ne l'identifie cependant pas vraiment à une clientèle jeune et sportive. C'est précisément à cette idée reçue que la marque suédoise a décidé de s'attaquer en lançant le V50. "Nous voulons d'abord fidéliser la clientèle du V40", commence le représentant français de la marque, qui s'empresse toutefois d'ajouter : "Mais nous voulons également conquérir la clientèle du segment M2." Il précise ensuite : "Nous souhaitons insister sur les jeunes couples qui ont ou qui vont avoir un enfant et qui veulent augmenter le volume de leur véhicule sans pour autant sacrifier au caractère dynamique." La ligne du "petit" break Volvo le confirme grâce à un avant raccourci au capot bombé et des lignes de toit légèrement courbées et fuyant vers l'arrière. Le constructeur n'hésite d'ailleurs pas à le qualifier de break de sport et, il faut bien le dire, il a doté son véhicule de motorisations lui permettant de prétendre à ce titre, notamment avec le moteur T5 de 220 ch. Pour son lancement, le V50 bénéficiera de quatre motorisations, trois essence et un Diesel. Ce dernier devrait représenter près de la moitié des ventes du V50 en Europe et pas moins de 90 % des ventes françaises.

En chiffres

Ventes de breaks en 2003 (unités)

  • Renault Laguna : 15 390 (- 20,3 %)
  • VW Passat : 6 709 (- 18,7 %)
  • Audi A4 : 5 853 (- 2,1 %)
  • Peugeot 406 : 4 521 (- 30,1 %)
  • Citroën C5 : 2 998 (- 34,8 %)
  • Ford Mondeo : 2 985 (- 26 %)
  • BMW série 3 : 2 052 (- 1,2 %)
  • Volvo V40 : 2 013 (- 19,6 %)
  • Alfa Romeo 156 : 1 811 (- 23,1 %)
  • Mercedes Classe C : 1 579 (- 13,4 %)
  • Volvo bénéficie de la coopération de PSA-Ford dans les moteurs Diesel

    Il s'agit d'un moteur 2,0 l turbodiesel de 136 ch issu de la coopération industrielle entre le groupe Ford et PSA Peugeot-Citroën ; d'autres véhicules l'ont ainsi déjà étrenné, notamment le Ford C-Max et la Peugeot 307. Sur le V50, ce Diesel se révèle tout à fait à son aise et garantit au conducteur suffisamment de couple en toutes circonstances. Il devrait être suivi dans le courant de l'année par une version moins puissante, un moteur 1,6 l Diesel, pour satisfaire les flottes d'entreprise. Pour se partager les miettes du mix produit, le V50 complétera sa panoplie avec un moteur 2,4 l essence de 140 ch, d'une version plus musclée, le 2,4 i de 170 ch, et enfin, pour les plus aventureux, du moteur T5 de 220 ch . A l'intérieur de l'habitacle, Volvo a fait des efforts de style pour l'habillage de son break. Ce qui retient le plus l'attention est la console centrale qui cache un petit espace logeable. Le coffre est de dimensions raisonnables, plus spacieux que celui de la V40, et est, une fois les sièges arrière rabattus, complètement plat. La sécurité n'est pas oubliée dans ce nouveau break. Le V50 inaugure le système Idis (système intelligent d'information du conducteur) qui a pour mission de retenir temporairement les informations provenant du système de navigation ou du téléphone intégré lorsque le trafic exige toute l'attention du conducteur (embouteillage, dépassement, etc.). Le système évalue lui-même ces situations en combinant plusieurs paramètres tels que les mouvements du volant, le fonctionnement des clignotants, les mouvements de la pédale d'accélération ou de frein. Avec ce nouveau modèle, le constructeur espère relancer les ventes de son break compact. Ainsi, alors que le V40 représentait, en France, environ 4 % des ventes de breaks du segment M2, loin derrière le Renault Laguna Estate, le Volkswagen Passat break ou encore l'Audi A4 Avant, le V50 devrait quant à lui s'arroger 6 % du segment. Pour cela, Volvo prévoit d'en immatriculer 2 850 en 2004 et environ 3 200 en année pleine. Il était grand temps pour le constructeur de trouver un successeur au V40, les ventes de celui-ci ayant chuté de 19,6 % entre 2003 et 2002. Ainsi, en 2003, Volvo n'en a vendu que 2 013 unités, contre 2 504 en 2002. Rappelons que, au niveau mondial, la marque suédoise compte vendre quelque 74 000 V50 par an, ses plus gros marchés étant l'Allemagne (15 000 unités) et la Suède (10 000 unités).

    Arnaud Dumas

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Peugeot de retour aux 24 Heures du Mans !

    Le groupe PSA vient d'annoncer que Peugeot serait de retour, en 2022, dans le championnat du monde d'endurance (WEC) qui compte dans son calendrier les 24 Heures du Mans.

    Benoît Alleaume, réseau Renault :

    Grâce au soutien du groupe Sofibrie, le constructeur au losange a inauguré son premier Renault City. Benoît Alleaume, directeur du réseau Renault, et Ivan Segal, directeur commercial France du groupe,

    Toujours trop de concessions en Europe selon ICDP

    Dans son dernier rapport sur la distribution automobile, ICDP conclut que la diminution du nombre de concessions en Europe n'est pas assez rapide pour maintenir la viabilité des réseaux.

    Les énergies alternatives représentent presque 1 voiture sur 10 en octobre 2019

    Les modèles 100 % électriques, hybrides rechargeables, hybrides et autres ont représenté quasiment 9,5 % des immatriculations totales en octobre 2019. Les électriques ont une nouvelle fois dépassé

    VW lance la production de l'ID.3

    En présence de la chancelière allemande, Angela Merkel, la première ID.3 est sortie des chaînes de l'usine de Zwickau le lundi 4 novembre 2019. VW a investi plus de 1,2 milliard d'euros pour convertir

    Le canal des particuliers malmené

    Le marché du véhicule particulier a affiché une croissance de 8,7 % en octobre 2019. Et ce n’est clairement pas grâce au canal des particuliers dont les immatriculations sont en recul de 7 % sur le mois.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page