Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Cascada : Le cabriolet qui tombe à pic

Opel Cascada : Le cabriolet qui tombe à pic

Après le Mokka et l’Adam, mais aussi trois nouvelles mécaniques, Opel lance son nouveau cabriolet 4 places : le Cascada. Le blitz soigne son image avec un modèle qui représente une alternative sérieuse dans cet univers dominé par les Premium.

Le Cascada fait partie des 23 nouveaux produits que va lancer Opel d’ici à 2016. La mécanique qu’il inaugure, un nouveau bloc essence turbo de 1 600 cm3 développant 170 chevaux, fait lui aussi partie du vaste plan d’investissement (4 milliards d’euros) annoncé il y a peu (voir JA n° 1181) qui verra la naissance de treize nouveaux moteurs regroupés en trois familles. Le Cascada inaugure donc ce bloc essence, que l’on retrouvera également sur l’Astra dès le mois de juillet, date à laquelle le Zafira va, lui, bénéficier du nouveau bloc 1.6 Diesel dans sa variante 136 ch. Une nécessité pour respecter l’objectif que s’est fixé Opel : réduire ses émissions de CO2 de 27 % d’ici 2020. Mais revenons au cabriolet Cascada, le dernier-né de la gamme qui tombe des chaînes de l’usine de Gliwice, en Pologne.

Une offre unique entre ­généralistes et Premium

Un cabriolet 4 places dans la gamme Opel n’est pas vraiment une surprise, ce type de carrosserie ayant disparu du catalogue depuis près de deux ans avec l’arrêt de l’Astra TwinTop. Opel peut même se targuer d’une certaine tradition dans ce segment des grands cabriolets puisque, dans les années 50, 70 et même 80, il y eut les Kapitän, Rekord et Monza. Pour son retour sur ce segment, le blitz a bien fait les choses. Par exemple, la capote en toile, qui peut s’abaisser en dix-sept secondes jusqu’à 50 km/h, et sa technologie proviennent de l’univers Premium. Le gage d’une meilleure isolation thermique, mais aussi phonique puisque le bruit dans l’habitacle a été réduit de 3 décibels. Notons également que ce nouveau système ne pèse que 50 kg et permet de préserver un bon volume de coffre de 280 à 380 litres selon la position de la capote. De quoi satisfaire une clientèle exigeante, le Cascada se posant comme une alternative compétitive aux cabriolets 4 places Premium. Un positionnement qui se retrouve également dans la dotation des deux finitions disponibles en France, Cosmo et Cosmo Pack.

Opel vise 3 % du marché du cabriolet

Au chapitre technique, les ingénieurs ont soigné ce cabriolet. Pour une caisse plus rigide de 41 % en torsion et 27 % en flexion, ils ont choisi un train avant à pivot découplé, issu de l’Insigna OPC. De quoi offrir un bon comportement, mais aussi un certain plaisir au volant, même si, ici, le plaisir s’entend différemment que pour une petite sportive. Parmi les autres équipements pouvant illustrer cette volonté, on retrouve aussi le châssis FlexRide avec ses trois modes de conduite. Quant aux mécaniques, la gamme demeure finalement assez large. En effet, en plus du 1.6 Sidi Turbo 170, qui offre 22 % de couple supplémentaire que le 1.6 précédent tout en consommant 20 % de moins, l’offre débute avec le bloc essence 1.4 Turbo 140 ch et se poursuit avec le 2.0 CDTi dans ses versions 165 et 195 chevaux. Des mécaniques Diesel qui dominent les premières commandes avec environ 60 % du mix. En effet, début juin, avant même le lancement commercial, le réseau, qui disposait de 155 exemplaires, a déjà enregistré une centaine de commandes. Un bon début sur un marché toutefois relativement restreint puisqu’en France, l’année dernière, il s’est vendu environ 23 000 cabriolets et coupés-cabriolets. Dans ce contexte, Opel veut grignoter 3 % du segment avec environ 700 immatriculations. Après l’Adam et le Mokka, qui ont une mission davantage tournée vers les volumes, comme en témoignent les 100 000 commandes enregistrées par le Mokka en Europe à fin avril, Opel veut maintenant soigner son image.

------------
En bref - La Cascada

Date de lancement
Juin
Segment de marché
Cabriolets 4 places
Objectif 2013
700 unités
Principaux concurrents du Cascada 1.6 SIDI Turbo 170 ch Cosmo Pack : 34 950 €
• Renault Megane CC 1.2 Tce 132 ch GT-Line : 29 650 €
• Lancia Flavia 2.4 170 ch : 36 900 €
• Audi A5 Cabriolet 1.8 TFSi 170 ch Ambiente : 42 880 €
Prix
Essence
de 29 900 à 35 950 €
Diesel
de 33 500 à 38 150 €


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page