Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Lexus IS 300h : Pour changer les habitudes

Lexus IS 300h : Pour changer les habitudes

Avec cette IS de troisième génération, enfin proposée en hybride, Lexus revient en force sur le segment des berlines. De quoi sortir de l’anonymat ?

Des atouts indéniables et une offre de LLD

Les dirigeants d'entreprise et gestionnaires de flottes doivent aussi s'intéresser à la Lexus IS 300h ! S'agissant d'un modèle hybride, elle permet de bénéficier d'un bonus écologique équivalent à 10% de sa valeur plafonné à 4000€ et d'être exonéré de TVS pendant huit trimestres. L'IS 300h permet en outre de respecter l'environnement et d'être économe en carburant : le véhicule affiche une consommation en cycle mixte de 4,3 l/100 et rejette seulement 99 grammes de CO2/km, et ce, y compris dans sa finition Business. Cette dernière est proposée à partir de 40500€ et inclut toute une série d'équipements (caméra de recul avec lignes de guidage, ports USB, connectivité Bluetooth, système de navigation 7"…). Mais les dirigeants et responsables de flottes peuvent aussi opter pour un financement en LLD : Toyota et Toyota Financial Services ont lancé une offre spécifique sur ce modèle à 449€/mois pour 48 mois ou 80000 kilomètres (maintenance et perte financière incluses).

---------------------
L'essai

Après les nouvelles GS et LS en 2012, Lexus lance la troisième génération de l’IS. Dévoilé à Détroit en début d’année, puis à Genève ce printemps, le troisième pilier de la gamme en France, derrière les CT 200h et RX 450h, est disponible depuis la mi-juin. Si, pour l’année 2013, les ventes devraient rester limitées à quelques centaines d’unités, cette nouvelle berline hybride pourrait représenter un millier d’immatriculations en année pleine. En attendant sa montée en puissance prévue pour 2014, Lexus France devra toutefois gagner du terrain cette année puisque le constructeur table sur 3 400 à 3 500 unités. Mais revenons sur cette nouvelle IS 300h, qui marque également le changement de braquet de Lexus afin de gagner en visibilité. Au-delà d’événements Premium, tels le salon du Design de Milan ou encore le Festival de Cannes, cette visibilité passera également par le style. Et en l’espèce, cette IS, dont nous avions pu imaginer les lignes grâce au concept FF-CC présenté lors du dernier Mondial de Paris, tire le meilleur parti du langage stylistique L-Finesse, mais emprunte aussi, dans l’habitacle, à l’hyper sportive LFA. On y retrouve, notamment sur la finition F-Sport, une instrumentation centrale amovible selon le mode de conduite choisi. Un détail qui témoigne du soin apporté à l’ergonomie et à la finition de l’ensemble. L’habitacle est, lui, devenu plus vaste grâce notamment à un empattement allongé de 70 mm, dont 50 dédiés aux seules places arrière. Mais l’un des principaux atouts de cette troisième génération se cache sous le capot.

Première IS à goûter à l’hybridation

Contrairement à l’IS lancée en 1999, équipée d’un 6 cylindres en ligne, puis à celle du millésime 2006 qui avait tenté de se convertir au Diesel, celle-ci joue la carte hybride pour la première fois. Il y aura certes un 6 cylindres essence (IS 250) au catalogue, mais elle ne devrait représenter que 2 % des ventes : 98 % des clients choisiront donc l’IS équipée de la deuxième génération du Lexus Hybrid Drive. Ce groupe motopropulseur associe un 4 cylindres essence de 181 ch à un moteur électrique de 143 ch fournissant une puissance cumulée de 223 ch. De quoi parcourir le 0 à 100 en 8,3 secondes, mais surtout de ne consommer que 4,3 litres pour 100 km, synonyme d’émissions de 99 g de CO2/km. Certes, la propulsion en 100 % électrique est limitée, mais le système électrique vient sans cesse “soulager” le bloc thermique pour arriver à ce résultat. Durant notre essai, dont les routes étaient bien loin d’un cycle d’homologation avec, notamment, le passage du tunnel du Mont-Blanc où encore du col du Grand-Saint-Bernard, notre IS 300h a affiché une moyenne de 6,6 litres. Ces routes ont aussi mis en avant les qualités routières de cette berline qui offre un subtil mélange de fermeté sportive et de confort. Notons que l’IS reprend en large partie les trains roulants développés pour la GS, sa grande sœur. Seul bémol, mais inhérent à la technologie hybride Toyota, la sensation de boîte CVT même si ce n’en est pas une. Malgré cela, cette Lexus représente une réelle alternative aux modèles Premium allemands que peuvent être les Audi A4, BMW Série 3 ou Mercedes Classe C équipés d’un bloc Diesel. Pour cette raison, la marque met notamment en avant un “coût de possession imbattable”.

Hybride contre Diesel

Un argument de poids dans l’univers des flottes où le TCO règne en maître et même chez les particuliers qui représentent aujourd’hui 54 % de la clientèle des trente distributeurs Lexus dans l’Hexagone. Parmi les atouts, il y a naturellement le bonus écologique équivalent à 10 % de la valeur du véhicule plafonnée à 4 000 euros ou encore les huit trimestres d’exonérations de la TVS, auxquels il faut ajouter, selon Lexus, la faiblesse des coûts d’entretien du fait de la technologie hybride qui ne compte pas d’embrayage, de démarreur ou d’alternateur ou qui permet de ménager certains organes comme les plaquettes et les disques de freins. Ainsi, Lexus estime que le client fait une économie d’environ 5 600 euros sur 36 mois d’exploitation et 90 000 km parcourus, soit 156 euros par mois. Le coût de détention mensuel est donc de 57 euros alors que celui de concurrentes Diesel oscille entre 165 et 215 euros. Le réseau va donc devoir être pédagogue et expliquer ces avantages car les habitudes sont tenaces. Lexus dispose ainsi d’un nouvel atout pour encore améliorer son mix hybride qui est déjà de 95 %. Mais les choses ne sont pas finies car l’IS sera bientôt déclinée en coupé, comme peut en témoigner le concept LF-CC, et la gamme nippone pourrait bientôt compter sur un autre coupé, plus statutaire, comme le laisse penser le concept LF-LC. De plus, parions que Lexus ne restera pas longtemps absente du stratégique segment des SUV compacts et de la technologie hybride Plug-in.

--------------
EN BREF - L’IS 300h

Date de lancement
14 juin
Segment de marché
Berlines hybrides segment D
Objectif 2014
1 000 unités
Principales concurrentes de l’IS 300h Pack : 39 400 €
• Mercedes Classe C 220 CDi 170 ch BVM6 Elegance : 39 050 €
• Audi A4 2.0 TDi 177 ch Ambiente Plus BVM6 : 39 760 €
• BMW 320d 184 ch Modern : 41 250 €
Prix
Hybride
de 37 900 à 53 000 €
Essence
de 42 700 à 49 000 €


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page