Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nissan Note : Le Note dans la cour des “petites”

Le nouveau Note a été dessiné et conçu spécifiquement pour le marché européen, et bénéficie d’une face avant qui lui est propre.

Nissan Note : Le Note dans la cour des “petites”

Le constructeur nippon a décidé d’introniser son nouveau Note au cœur du segment des citadines, sur lequel il nourrit de fortes ambitions.

Le concept “Invitation”, présenté à Genève en 2012, préfigurait la deuxième génération du Nissan Note, dont le prédécesseur avait été introduit sur le marché en 2006. Fabriqué depuis cet été dans l’usine Nissan de Sunderland, qui fabrique la Micra et bientôt le nouveau Qashqai, le Note entamera sa commercialisation à l’automne dans l’ensemble des pays européens. Calé entre la Micra et le Juke, le modèle a pour mission de “repositionner la marque au cœur du segment des Citadines”. “Le nouveau Note n’est pas simplement le remplaçant du Note actuel, mais une voiture différente, avec un positionnement de marché complètement distinct”, affirme Paul Willcox, Sales & Marketing Senior Vice President Nissan en Europe. Un repositionnement qui détonne pour un véhicule que l’on classait jusqu’ici dans la catégorie des minispaces. Nissan aurait-il alors révolutionné son nouveau Note ? Pas tant que cela. Si la nouvelle version gagne en dynamisme sur le plan stylistique et reçoit l’apport de nouvelles technologies, son envergure reste globalement identique au précédent modèle, avec une longueur de 4 100 mm, une hauteur de 1 530 mm et un empattement de 2 600 mm*. La nouvelle mouture se distingue également par un coffre d’une contenance de 325 litres, pouvant atteindre 411 litres avec les sièges arrière rabattus, ou encore un espace aux genoux de 64 cm pour les passagers arrière. Des caractéristiques finalement plus proches de certains minispaces et surtout assez éloignées de la Polo ou encore de la Fiesta, que le constructeur cite volontiers comme concurrentes directes. “Il nous fallait définir une cible et notre stratégie est de positionner le modèle face à la Ford Fiesta. Le prix visuel sera équivalent, mais nous offrirons des technologies et des avantages clients additionnels, d’une valeur moyenne de 500 euros”, explique Etienne Henry, vice-président stratégie produits et développement au sein de Nissan International.

Un prix d’entrée abaissé

De fait, par rapport aux citadines du marché, le constructeur peut se targuer d’offrir quelques arguments de poids et un rapport qualité/prix attractif. Le modèle d’entrée de gamme débute à 13 490 euros (Visia 1,2 l 80 ch) et inclut de série le système Stop & Start, 6 airbags, les lève-vitres électriques à l’avant et un régulateur-limiteur de vitesse. Le précédent modèle démarrait à 14 900 euros dans sa version Visia 1,4 l 88 ch. Le nouveau Note, dont le cœur de gamme devrait se situer entre 16 000 et 17 000 euros, est proposé avec quatre niveaux de finition : Visia, Acenta, Connect Edition et Tekna. Le système Safety Shield, qui permet de surveiller les angles morts, de prévenir les franchissements de ligne ou encore de détecter des objets en mouvement à l’arrière, fait son apparition sur le véhicule. Le produit adopte le système Nissan AVM – Vision 360°, déjà vu sur le Qashqai et le X-Trail. Cette technologie repose sur quatre mini-caméras, implantées au niveau de la calandre, du hayon et des deux rétroviseurs extérieurs, qui affichent à l’écran l’environnement immédiat du véhicule. Ce dernier intègre également le système NissanConnect 2.0, qui regroupe en une seule interface les fonctions de navigation GPS et de connectivité Bluetooth, USB et iPod/iPhone.

16 000 Note en année pleine en France

Le Note est animé par trois blocs : 1,2 l essence de 80 ch, 1,2 l DIG-S suralimenté de 98 ch et le nouveau 1.5 dCi de 90 ch. Ce dernier moteur se distingue par des émissions de CO2 de 92 g/km et une consommation mixte de 3,6 l/100 km.

Nissan, qui a doublé depuis 2008 sa part de marché et son volume de ventes sur le segment des citadines en Europe, entend ainsi poursuivre son offensive avec une gamme rajeunie et élargie. Le constructeur s’est fixé pour objectif d’atteindre un volume de 270 000 unités et une part de 5,67 % sur le segment B en Europe en 2013. En année pleine, il entend commercialiser un total de 102 000 Note. En France, le constructeur vise 16 000 immatriculations de son modèle, soit une part de 2 % du segment. Dans sa meilleure année, la Note avait atteint 10 000 unités.

*Contre 4 100 mm, 1 550 mm et 2 600 mm pour la première version.

---------
EN BREF - Le Nissan Note

Date de lancement
Octobre
Segment de marché
Citadines ou minispaces
Objectif
16 000 en année pleine
Principaux concurrents du Nissan Note 1.5 dCi 90 ch BVM Connect Edition à 18 390 €
• Ford B-Max 1.5 TDCi 95 FAP Trend 20 200 €
• Toyota Verso-S 90 D-4D Dynamic 19 400 €
• Ford Fiesta 1.6 TDCi 95 FAP Titanium 5 p. 18 650 €
Prix
Essence
de 13 490 à 19 790 €
Diesel
de 15 790 à 19 590 €


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page