Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mazda réinvente sa berline

La Mazda6 est le fer de lance du constructeur pour faire progresser sa pénétration sur le marché des entreprises.

Mazda réinvente sa berline

Renouvelant le segment des berlines et dotant la Mazda6 d’un pack technologie et confort très complet, le constructeur entend prendre des parts importantes dans les entreprises.

S’il est coutumier pour les aficionados de la marque de déclarer que Mazda prend à contre-pied les mastodontes de l’industrie automobile pour afficher son côté exclusif, la première impression que l’on éprouve face à la nouvelle Mazda6 semble leur donner raison. En effet, quand tout le monde parle de restriction, la berline de Mazda s’offre 13 cm de plus en longueur par rapport à la version précédente, à 4,86 m, pour un empattement de 2,83 m. L’impression de confort ainsi délivrée n’est plus une impression puisque les deux versions berline et wagon s’arrogent la première place du segment en termes de longueur aux jambes et de largeur aux genoux. Une nouvelle qui nous va bien quand tout le monde s’ingénie à nous mettre les genoux en quinconce ! Et qui sierra bien aux gestionnaires de flottes pour lesquels ce véhicule devrait être une vraie alternative à certaines allemandes. Comme l’indique Philippe Geffroy, président de Mazda France, “Sur le marché des entreprises, nous sommes encore trop peu présents, entre 30 et 40 %, du fait d’un déficit de notoriété. Cependant, ce produit est particulièrement adapté à cette clientèle, et même si nous sommes confrontés à une concurrence assez violente (confer les rabais de certains gros faiseurs), nous devrions performer avec ce produit. Nous ciblons donc des flottes à notre dimension, et travaillons aussi, localement, avec les concessionnaires auprès des chefs d’entreprise de PME.” Une démarche que les atouts du véhicule en termes de consommation, devraient bien soutenir comme en témoigne le prix MAAF Auto Environnement obtenu par la Mazda6 2,2 l Diesel Skyactiv 150 ch BVM, dans la catégorie des voitures “Thermiques de plus de 100 ch” : “Dans cette version, la Mazda6 se distingue, en effet, grâce à des chiffres particulièrement bas dans cette catégorie de véhicules avec respectivement 4,1 l/100 km, 108 g de CO2/km et 47 mg de NOx/km”, précise-t-on chez le constructeur.

Skyactiv pour vaisseau ­Enterprise !

Dévoilée par le CX-5, véhicule pilote et véritable concentré d’innovations, la technologie Skyactiv s’est naturellement invitée sur la Mazda6. En effet, cette technologie, qui commence par alléger considérablement le poids des composants, renforce les structures en augmentant sa proportion d’acier haute résistance. En profitent la caisse, le châssis, ou encore les suspensions. Ajoutons à cela une direction assistée électrique plus précise et une suspension très réactive et nous aurons une berline à la tenue de route excellente et assurant un véritable confort de conduite. Parallèlement, un soin tout particulier a été porté au design (le fameux langage stylistique “Kodo - l’Ame du Mouvement” inspirée de la gestuelle des animaux sauvages), qui débouche sur des lignes plus épurées. L’aérodynamisme s’en trouve grandement amélioré et affiche un Cx de 0,26, le tout concourant à une consommation faible, d’autant que la Mazda6 bénéficie en avant-première du système de récupération de l’énergie à la décélération, le i-eloop, un must qui fait dire à Philippe Geffroy : “Bientôt, avec des systèmes comme la récupération d’énergie à la décélération, ce sera au ralenti que les voitures consommeront le plus et non plus en roulant “en charge””. Il faut préciser, en outre, que les motorisations, elles aussi, sont nouvelles – apparues sur le CX-5 - et combinent puissance et sobriété. Avec le CX-5, cette nouvelle Mazda 6 et les toutes prochaines, la marque devrait changer de braquet, Philippe Geffroy en est convaincu : “La marque se reconstruit avec, certes, des moyens à sa mesure, mais avec des approches différentes, pour se faire entendre par rapport aux grosses machines. Dans les belles années, nous vendions 18 000 voitures et avions un taux de notoriété spontanée supérieur à 10 %. L’an dernier nous avons commercialisé dans les 6 000 véhicules avec une notoriété d’1 % mais de 50 % en assistée. Nous avons donc de très belles perspectives devant nous, d’autant que nous devons lancer six à sept produits nouveaux d’ici à 2016.”

----------------
Mazda6 en bref

Date de lancement
Disponible
Segment de marché
Berline et break familiaux du segment M2. 135 000 unités en 2012 en France
Objectif*
1 300 unités en 2013
Principales Concurrentes de la Mazda6 2.2 SkyActiv-D 150 ch Elegance : 30 050 €
• VW Passat 2.0 TDi 140 ch Confortline : 31 100 €
• Opel Insignia 2.0 CDTi EcoFlex 140 ch Cosmo : 31 600 €
• Peugeot 508 2.0 HDi 140 Allure : 32 450 €
Prix
Essence : de 32 250 à 37 000 €
Diesel : de 28 500 à 38 100 €

*Estimations JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page