Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Auris Touring Sports : Toyota enfonce le clou

Auris Touring Sports : Toyota enfonce le clou

En dotant sa compacte d’une version break et qui plus est disponible en hybride, Toyota veut marquer les esprits et prouver que sa stratégie verte tient la route, réussissant notamment à réduire l’importance des autres motorisations au sein de sa gamme.

Un de plus ! Avec l’Auris Touring Sports, la version break de la compacte familiale Auris, Toyota garnit non seulement sa gamme d’un nouveau véhicule, mais propose surtout un nouveau modèle de son catalogue en version hybride en plus des deux autres motorisations classiques. Car s’il y a bien un créneau sur lequel s’est engagé le constructeur nippon, et semble se tenir, c’est bien sur l’hybridation de ses véhicules.

Une stratégie approuvée par le réseau

Une démarche qui semble non seulement tenir la route, mais le couronne aussi de succès. Dans le monde, les ventes cumulées de modèles hybrides Toyota et Lexus dépassent, depuis le lancement de la première Prius en 1997, les 5,5 millions d’unités. Rien qu’en 2012, ces mêmes ventes ont atteint 1,2 million d’unités, soit le double de 2011 ! En France, le succès est également au rendez-vous : le Japonais revendique déjà 83 000 ventes cumulées grâce aux 10 modèles Toyota et Lexus proposés sur le territoire. A fin août, les ventes approchaient déjà les 20 000 unités, en hausse de 160 % par rapport à la même période l’an passé. A l’heure qu’il est, les véhicules hybrides pèsent 37 % du total des ventes de Toyota France et représentent désormais 20 % du total des ventes d’hybrides du constructeur en Europe, faisant ainsi du marché hexagonal le premier en la matière pour Toyota. C’est dire si cette stratégie semble trouver son public. Un choix également approuvé par ses distributeurs : Toyota France a été récompensée (première place) à la dernière Cote d’Amour des constructeurs, enquête de satisfaction menée par le CNPA auprès des concessionnaires. Ceux-ci soulignent notamment l’attractivité de la gamme. Pas de raison que cela change avec l’Auris Touring Sports, sixième modèle hybride de la marque, qui devrait d’ailleurs représenter 80 % des ventes de ce même modèle.

Une hybride volumique

Mais le break nippon possède aussi d’autres atouts. Sa silhouette, déjà, qui s’avère plus généreuse et attractive, comme c’est souvent le cas d’ailleurs, que la version berline. Nous retiendrons aussi le toit panoramique Skyview très agréable pour ce style de voiture, dont la principale qualité doit demeurer l’espace à bord, la fonctionnalité ou le volume de chargement. Si son empattement est identique à celui de la berline (2,60 mètres), le Touring Sports est sans conteste un break dépassant en longueur sa petite sœur de 28,5 cm pour atteindre les 4,65 mètres. Du coup, une fois les sièges arrière rabattus, le volume de chargement peut atteindre les 1 658 litres (530 en mode normal), soit seulement 13 litres de moins que l’Avensis Combi, et un poids de 1 345 kg qui n’affecte pas son comportement routier, sur lequel il n’y a rien à déplorer ni de quoi s’extasier. Ce n’est pas là qu’on l’attend.

En effet, le principal atout de l’Auris Touring Sports reste sa motorisation hybride. Avec un taux de CO2 de 85 g/km, la voiture affiche aussi un rejet de NOx quasi nul. Quant à sa consommation, le constructeur indique un cycle mixte de 3,7 l/100 km, quelque peu inférieur à la réalité, certes, mais très raisonnable, et c’est bien là le principal si on ajoute à cela que cette version bénéficie du bonus écologique de 10 % ouvert à tous les acheteurs, mais aussi une exonération de la TVS pendant 8 trimestres. De quoi séduire les entreprises.

----------
Auris Touring Sports en bref

Date de lancement
16 septembre
Segment de marché
Break Compact (M1)
Objectif 2014
14 000 Auris dont 23 % en version break
Principales Concurrentes de la Toyota Auris Touring Sports Hybride Dynamic
136 ch : 26 000 €

• Renault Megane Estate dCi 130 Energy Zen : 26 850 €
• Kia Cee’d SW 1.6 CRDI 128 Premium : 25 650 €
• Volkswagen Golf SW 1.6 TDI 105 ch BlueMotion Confortline : 26 560 €
Prix
Essence : de 18 900 à 25 300 €
Diesel : de 20 800 à 27 600 €


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Seat prépare son réseau à l'arrivée de la marque Cupra

C'est à Barcelone que Seat a présenté Cupra, auparavant griffe sportive devenue marque à part entière, animée par un plan produits et une stratégie de réseau en construction. En France, 20 concessionnaires

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page