Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
“D’ici dix ans, le business auto se situera aussi dans les nouveaux pays émergents”

Alois Ludwig, directeur général de ZF Services Monde.

“D’ici dix ans, le business auto se situera aussi dans les nouveaux pays émergents”

ZF vient de terminer sa réorganisation au plan mondial. Le groupe de Friedrichshafen est maintenant en ordre de marche pour affronter ses objectifs de croissance à dix ans. Alois Ludwig, directeur général de ZF Services, évoque l’avenir de son groupe et ses pistes de croissance.

Journal de l’Automobile. La fusion des entités ZF et ZF Services, débutée en 2007, est maintenant achevée au niveau mondial. Pouvez-vous revenir sur votre organisation ?
Alois Ludwig.
Désormais, chez ZF, nous avons quatre divisions principales que sont Powertrain (embrayages, boîtes de vitesses…), Chassis (amortisseurs, pièces de suspension et direction), Véhicules commerciaux et, enfin, Industrie, incluant marine, aviation, éolien, agricole…
Et nous avons, en transversal, ZF Services, la Business Unit qui se charge de l’aftermarket de toutes ces divisions.

JA. Comment voyez-vous l’avenir de ZF Services en termes de répartition géographique, et continuez-vous de croire au potentiel de l’Europe, et de la France en particulier ?
AL.
Bien entendu, sans quoi nous ne serions pas ici, en France, sur le salon Equip Auto ! Plus globalement, auparavant, nous parlions de trois business principaux, l’Amérique du Nord, le Japon et l’Europe. Puis nous avons commencé à évoquer les pays dits émergents, les fameux BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Aujourd’hui, leur développement est digéré chez nous, et nos implications locales sont consolidées. Pour les quinze prochaines années, il s’agit de se positionner dans des pays encore très exotiques pour le business auto, comme le Vietnam, la Colombie, le Nigeria, le Cambodge… Bref, nous nous intéressons clairement aux pays jadis considérés comme le tiers-monde.

JA. Ce qui signifie ?
AL.
En 2025, il est prévu que le groupe triple son chiffre d’affaires. Pour la division Services, cela signifie également tripler notre activité. Et même si nous parvenons à maintenir une certaine croissance en Europe, elle restera mécaniquement faible, car nous disposons déjà de grosses parts de marché sur ce continent. C’est la raison pour laquelle nous investissons dans les pays cités plus haut. Nous avançons doucement, même si nous avons déjà ouvert nos premiers ateliers ou bureaux de représentation au Vietnam ou encore à Bogota, en Colombie. Quant au Nigeria, le marché potentiel est colossal, mais le pays est encore assez instable politiquement. Pour ZF, la stratégie reste clairement définie et orientée vers ces pays à l’horizon 2025. En outre, autre symbole, notre plus grosse usine de suspensions sera mexicaine, d’ici deux à trois ans. Elle existe déjà à Guadalajara, mais ses capacités vont énormément s’accroître, de 15 millions d’unités à 32 millions.

JA. Vous avez tissé de nombreux partenariats ces dernières années, notamment avec Bosch ou encore Knorr Bremse. Cela fait-il partie intégrante de votre stratégie et envisagez-vous de poursuivre dans cette voie ?
AL.
Progresser ou se maintenir sur un marché ou sur un business coûte beaucoup d’argent, qu’il s’agisse de l’activité proprement dite ou de la communication, des formations, sans parler des RMI (Repair and Maintenance Informations), qui nécessitent des investissements absolument déments. Nous pensons que, pour nous inscrire dans ce nouveau schéma, nous pouvons nous associer avec un nombre restreint de partenaires industriels et ainsi partager les coûts. Et puis, le partage de cultures d’entreprises différentes permet de présenter des solutions plus qualitatives au marché. Si nous faisons une formation purement ZF, par exemple sur la suspension, nous nous focalisons sur les amortisseurs. Alors que si nous nous associons avec Bosch pour monter cette même formation, nous allons intégrer une dimension électronique par exemple, très intéressante pour les clients.

JA. Pouvez-vous nous en dire un peu plus au sujet de votre implication sur le remanufacturing et plus précisément sur le programme Coreman Net, encore un partenariat avec Bosch d’ailleurs !
AL.
Nous avons repris la distribution intégrale des produits aftermarket de notre joint-venture avec Bosch, ZF Lenksysteme. Or, les composants de direction concernés (pompes de direction et autres organes) sont issus de remanufacturing à près de 95 %. Aussi, si nous voulons préserver la disponibilité de ces pièces, avec un excellent taux de service, nous devons déployer des solutions innovantes de récupération de vieille matière. Il est donc devenu capital de nous assurer que la majorité des pièces transitent par notre filière de remanufacturing, avec ses process. C’est une question de qualité de la rénovation, mais également de responsabilité et d’image. Une pièce bien rénovée par nos soins ou mal rénovée par quelqu’un d’autre porte toujours notre marque, d’où l’intérêt de maîtriser son traitement.
C’est tout l’objet du système Coreman Net. Un outil informatique pour organiser la collecte de vieille matière. Ce projet commun de Bosch et ZF Services a pour objectif d’améliorer de façon significative la reprise des pièces via un intervenant unique.

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page