Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Hyundai i10 : Culture plus

Hyundai i10 : Culture plus

La Hyundai i10 reviendrait-elle en grande forme ? Européenne-née, la citadine hausse son niveau de prestation et vise le statut de référence du segment.

Plus de 500 millions d’euros auront été investis par Hyundai, sur notre continent en 2013. Une somme qui ne fait que confirmer l’intérêt du Coréen pour le marché européen. L’usine d’Izmit compte parmi les récents bénéficiaires. L’unité de production turque a reçu une enveloppe de 470 millions d’euros dans le but de se préparer à l’arrivée de la nouvelle i10. Depuis septembre dernier, cette deuxième génération de l’entrée de gamme de Hyundai (la troisième si l’on inclut l’Atos Prime de 1999, N.D.L.R.) vient donc prendre place aux côtés de l’i20 sur les chaînes d’assemblage, qui devraient doubler les cadences, à 200 000 unités annuelles.

Après avoir lancé 13 produits entre 2008 et 2012, et marqué un court temps de pause, l’i10 sonne la prochaine charge, en tant que première des 22 nouveautés produits à sortir d’ici à 2017. Elle n’en sera pas la moins importante, loin de là. Officiellement sur le segment A, elle travaille de fait un segment qui pèse 8 % du marché français. En réalité, ce produit 100 % européen de la conception à la consommation, se définit comme un “entre-deux” : ses dimensions offrent, en effet, une habitabilité comparable à celle du segment supérieur.

Du pouvoir de conquête

En amont du projet, Hyundai a conduit une étude sur les défauts rédhibitoires de l’ancienne génération d’i10. Il s’est avéré que, dans 32 % des cas, le design était cité par les prospects et, dans 12 %, le manque d’équipements. Le constructeur a décidé d’y remédier. Il a d’abord “cassé” le style de “midget” très au goût des consommateurs asiatiques. Ensuite, il a doté la citadine de ce bagage de fonctions de série, si représentatif des deux constructeurs coréens. Prenant les up!, Twingo, Spark, Yaris et autres Panda pour modèles, l’i10 s’est employée à faire aussi bien et souvent mieux que ses concurrentes, dans bien des compartiments. Ce qui est d’autant plus frappant dans l’habitacle (habillage des contre-portes, confort des sièges, isolation phonique…).

Jusqu’à aujourd’hui, l’i10 cumulait 14 000 exemplaires, dans l’Hexagone. Si on ajoute l’Atos Prime, le parc avoisine les 25 000 voitures. Dès sa première année pleine, cette dernière version entend se livrer à 4 000 unités. L’enjeu pour Hyundai France réside dans la maîtrise de ce produit de conquête, qui ne séduit pas moins de 82 % de nouveaux clients, soit bien au-dessus de la normale.

La bataille se mènera avec deux motorisations carburant à l’essence. “90 % du marché se fait sur cette énergie et Euro 6 va modifier la variante prix”, justifie Franck Pichot, le directeur marketing produit de la filiale française. Seront donc proposés un bloc de 1 l (66 ch et 108 g de CO2/km) et un de 1,2 l (87 ch), emprunté à l’i20. Celui-ci sera associé, au choix, à une boîte mécanique (114 g de CO2/km) ou automatique (142 g).

Efficace sobriété… mais trop excessive ?

Aussi, l’i10 se présentera uniquement en déclinaison 5 portes. En accord avec sa logique “Modern Premium”, Hyundai la considère telle une citadine chic. Elle en a les attributs avec ses trois finitions, dont les assez complètes Evidence et Pack, mais face aux références du marché et à leurs standards hauts en couleur, les sept teintes retenues par Hyundai paraissent un peu sobres, pour ne pas dire fades, tandis que le toit ouvrant sera réservé à des séries spéciales.
Comme à son habitude, Hyundai joue la carte du rapport qualité-prix. Outre une anecdotique version d’appel à 9 950 euros, la grille des prix s’échelonne, de fait, entre 10 800 et 13 750 euros. On notera la possibilité de bénéficier d’un système de navigation Garmin, semi-intégré, moyennant 300 euros, une première pour Hyundai en France. En ce qui concerne le mix de ventes, il devrait être équilibré entre les motorisations. La clientèle sera, quant à elle, largement constituée de particuliers. L’i10 se gardant de faire de l’ombre à l’i20 sur le marché des flottes.

-----------
i10 en bref

Date de lancement
Novembre
Objectif 2014
4 000
Principales concurrentes i10 1.2 Pack Sensation 87 ch 13 000 €
• Renault Twingo : 1.2 LEV 75 Initiale 14 800 €
• Toyota Yaris : 69 VVT-i Tendance 5 p. 14 800 €
• Volkswagen up! : 1.0 75 ch High up! 5 p. 14 620 €
Prix
Essence : de 9 950 à 13 750 €


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ventes/France : la

Alors que la croissance des immatriculations s'est accélérée en novembre, avec un gain de 8,5%, la contribution à ce résultat des ventes tactiques explique en partie ce phénomène.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page