Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Leon ST : la famille est complète

Leon ST : la famille est complète

Avec la Leon ST, Seat vient de lancer la troisième silhouette de la gamme. De quoi conserver et même améliorer la dynamique enregistrée par ce modèle en 2013. Dans les showrooms depuis le 15 janvier, elle sera également un vecteur de croissance sur le marché des entreprises.

Des atouts et de fortes ambitions de ventes sur 2014

Seat a de fortes ambitions en matière de ventes à professionnels avec la nouvelle Leon ST. Le constructeur la propose d'ores et déjà dans une finition business ("Style Business") et il a lancé il y a peu une offre de financement en LLD sur cette dernière finition en partenariat avec Volkswagen Bank (avec un contrat sur 36 mois et 60000 kilomètres, le véhicule est ainsi accessible avec des mensualités de seulement 299€ TTC, les mensualités incluant systématiquement un contrat de maintenance avec véhicule de remplacement et la perte financière ou PF). En finition Style Business, la Leon ST inclut d'office des équipements tels qu'un ordinateur de bord, un radar de recul, des projecteurs Full LED et une connectivité Bluetooth.

"Dotée du bloc 1.6 TDi 110 ch, la nouvelle Leon ST ne consomme que 3,3 l/100 km et ne rejette que 87 grammes de CO2/km", souligne François Larher, le chef de service ventes aux entreprises et VO de Seat. Elle est en outre proposée avec un kit de réversibilité VP/VS et elle fait partie d'un modèle essentiel pour la marque en matière de ventes à professionnels. "Hors LCD, nos ventes à professionnels 2013 ont été réalisées à hauteur de 42% avec des Ibiza et à hauteur de 36% avec des Leon", confirme François Larher.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les entreprises sont toujours plus nombreuses à opter pour une Leon : les ventes à sociétés de la marque avec ce modèle sont passées de 400 unités en 2012 à 1100 unités en 2013. "Nous tablons sur 2000 ventes totales de Leon en 2014 et nous estimons que les professionnels y participeront à hauteur de 25%", relève par ailleurs Nicolas Butti, le directeur des ventes de Seat. Tous modèles confondus, le constructeur table cette année sur 4000 ventes à professionnels, soit une hausse d'un peu plus de 33% par rapport à 2013 (sur ce dernier exercice, ses ventes auprès des grands comptes et des PME-TPE ont progressé de respectivement 20% et 40%).

Et autant dire que le réseau participera fortement à l'objectif de ventes à professionnels que s'est assigné le constructeur sur 2014. Le nombre de ses fleet centers – Fleet Expert Dealers – doit passer de 17 à 24 unités entre la fin 2013 et la fin 2014. "Des unités devraient voir le jour notamment à Brest, Montpellier, Tours et Saint-Etienne", conclut le directeur des ventes de Seat. Le responsable estime par ailleurs que la rentabilité du réseau sera positive sur 2013 et en amélioration par rapport à 2012.

----------------
L'ESSAI

Même si le retour aux bénéfices n’est pas pour cette année, Seat semble sur la bonne voie. En effet, durant l’exercice 2013, le constructeur de Martorell aura vu ses ventes progresser de 10,6 % avec plus de 355 000 véhicules vendus. Des chiffres positifs aussi bien en Europe qu’à l’international. Ainsi, sur un marché européen en légère baisse, la marque espagnole progresse de 9,4 % avec 273 200 unités écoulées. C’est 27 500 de plus qu’en 2012. Notons les très bonnes performances de Seat en Allemagne (+ 20,3 %, avec plus de 76 600 unités), en Angleterre (+ 17 %, 47 500 unités) ainsi que sur son marché (+ 6 %, 58 900 unités). La progression est encore plus forte hors Europe avec 13 % de gagnés, notamment grâce à l’Algérie (+ 26,9 %), devenue le 6e marché de la marque, ou le Mexique (+ 0,4 %), qui est, lui, le 5e. Et la Leon est une des raisons, notamment en Europe de l’Ouest, de ces bons résultats. En effet, lancée voilà tout juste un an, la nouvelle compacte a totalisé 102 800 ventes, soit une hausse de 44,4 %. Celle qui est appelée à devenir le deuxième pilier de la gamme, avec l’Ibiza (- 7,7 %, 154 100 unités), a donc bien débuté sa carrière. Un succès que Jürgen Stackmann, le président de Seat, veut encore amplifier en 2014 avec une gamme Leon quasi complète. En effet, toutes les variantes de carrosseries sont maintenant disponibles avec l’arrivée de la ST.

Amplifier la dynamique Leon

Un nouvel atout pour Seat en France également où l’année 2013 a été plus difficile avec un recul des ventes de 8,9 %, à 22 039 immatriculations. Toutefois, ce résultat global en baisse est nuancé par Alexandre Lacombe, le directeur de Seat France, qui fait remarquer que la marque a progressé sur le canal des particuliers tout en réduisant les VD de 14 % et les LCD de 22 %. Le choix d’un business plus vertueux. Cela étant, dans ce contexte, la Leon a pleinement rempli son rôle avec une croissance de plus de 66 %, à 6 838 unités. Le directeur de Seat France estime que cette nouvelle variante break est “une vraie proposition nouvelle”, qui devrait représenter 2 000 unités dont 60 % destinées aux entreprises. Une proposition nouvelle sur un marché du break relativement stable depuis plus de dix ans, malgré les assauts des monospaces et SUV, représentant environ 13 % du marché ouest-européen. En France, le segment des breaks compacts reste lui aussi relativement stable autour de 30 000 unités. Naturellement, les françaises dominent, le best-seller étant la Mégane Estate, qui s’est écoulée à plus de 11 200 unités en 2013, en attendant la nouvelle 308 SW annoncée pour 2014. Parmi les marques importées et les concurrentes potentielles de la Leon ST, la Kia Ceed SW a représenté 2 186 immatriculations (+ 38,4 %), la nouvelle Golf SW, lancée en septembre dernier en France, a totalisé 1 740 unités alors que la Ford Focus a connu une mauvaise année avec seulement 1 459 unités, en baisse de plus de 40 %. Il y a donc des places à prendre pour Seat. Mais ce modèle devrait également permettre à la marque d’accompagner certains de ses clients et ainsi faire “vieillir” sa clientèle.

Pas que du volume

Facturé 1 150 euros de plus que la berline, cette Leon ST repose naturellement sur la même base technique, tout en ayant gagné 45 kg et 27 cm sur le porte-à-faux arrière. Un surplus d’espace et de matière que les designers ont bien maîtrisé en préservant les lignes et le caractère initial du modèle. Une synthèse qui permet à cette Leon ST d’offrir entre 587 à 1 470 litres de volume utile. Ce n’est pas les meilleures valeurs de la catégorie, mais elle reste dans le cœur du marché. A l’image de la berline, la ST pourra compter sur une palette de mécaniques larges et efficientes avec notamment la version 1.6 TDi 110 ch Ecomotive, dont les rejets de CO2 se limiteront à 85 g/km. Au chapitre équipements, ce break inaugure dans la gamme Leon la suspension pilotée DCC et sera bientôt disponible avec une transmission intégrale baptisée 4Drive sur les TDi 105 et 150 ch ou encore avec le bloc 1.4 TSi 150 ch ACT avec désactivation de cylindres. Naturellement, ces évolutions sont où seront d’ici peu aussi sur les autres silhouettes de la gamme. Avec ce break, une première pour la Leon, la gamme n’a jamais été aussi large. Et ce n’est pas fini puisque, lors du prochain salon de Genève, Seat présentera les versions Cupra et Cupra 280 de sa compacte. En attendant la Cupra R.

---------------
La Leon ST en bref

Date de lancement
15 janvier
Segment de marché
Break compact ; 30 000 unités en 2012
Objectif*
2 000 unités en 2014
Principales concurrentes de la Leon ST 1.6 TDi 105 S&S Style : 24 630 €
• Kia Cee’d SW 1.6 CRDi 110 ch Style : 22 750 €
• Opel Astra ST 1.7 CTDi 110 ch EcoFlex Edition S&S : 24 400 €
• Renault Mégane Estate 1.5 dCi 110 ch Zen : 25 650 €
• VW Golf 1.6 TDi 105 ch Confortline : 26 560 €
Prix
Essence : de 19 335 à 29 030 €
Diesel : de 21 775 à 31 435 €

*Estimations JA


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page