Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
S-Cross : Suzuki veut sa part

S-Cross : Suzuki veut sa part

Sur un segment des crossovers compacts toujours plus concurrentiel, Suzuki a lancé le S-Cross avec un certain succès. Il est aussi le premier étage d’une fusée qui doit conduire la marque à 30 000 immatriculations en France.

Avec 15 936 voitures vendues en 2013 en France, Suzuki a certes enregistré une baisse de 3,4 %, mais la marque japonaise grignote toutefois des parts de marché. Chahuté sur le segment des 4x4, Suzuki a pu compter sur sa gamme de citadines avec 11 519 unités du trio Alto, Splash et Swift. Pour sa part, le SX4, sorti en 2006, qui sera bientôt complètement remplacé par notre SX4 S-Cross, s’est vendu à 1 755 exemplaires en 2013, contre 2 530 une année auparavant. Un résultat qui justifiait donc de revoir son positionnement sur le marché, ce qui est maintenant chose faite, puisque le S-Cross, sur ses deux premiers mois de commercialisation, a déjà séduit plus de 1 200 clients, et accompagne ainsi dignement la sortie de scène du SX4.

Côté ambitions, Suzuki n’en manque pas en France. Stéphane Magnin, directeur commercial de la marque, espère doubler les ventes à l’horizon 2017, soit pas moins de 30 000 unités. Les 200 points de vente actuels du réseau sont prévenus ! Plus proche de nous, l’année 2014 devrait permettre d’écouler 19 000 voitures, dont 5 600 S-Cross. Sans oublier que Suzuki compte bien sur le Mondial de l’Automobile, en octobre prochain, pour créer le buzz autour de la citadine A-Wind (présentée pour la première fois à Genève) et du IV-4, qui remplacera à terme le Grand Vitara.

Vocation familiale

Le S-Cross est donc le nouveau crossover de Suzuki, conçu pour en découdre avec les poids lourds du secteur (Peugeot 3008, Nissan Qashqai, Mitsubishi ASX, Opel Mokka et Kia Sportage). Le nippon veut naturellement sa part d’un segment qui ne cesse de progresser. S’il conserve une partie du patronyme de son prédécesseur, le véhicule a été complètement revu par rapport au SX4 précédent, puisque ses dessous sont désormais issus de la Swift. Exit donc la plateforme commune que Suzuki partageait avec Fiat sur le Sedici.

Le S-Cross est la première Suzuki à vocation réellement familiale, comprenez par là qu’il peut accueillir 5 personnes et leurs bagages. Avec un des meilleurs volumes de coffre de la catégorie, soit 430 litres.

Extérieurement, difficile d’ignorer la ressemblance avec le best-seller de Nissan. Pourtant, l’allure ramassée du S-Cross lui confère un charme singulier. Il mesure en effet 8 cm de moins que le Qashqai, et c’est en cela que sa ligne le différencie. A l’intérieur, la sobriété, voire la rusticité, est de mise. Pas de fioritures esthétiques inutiles dans l’habitacle. Les sièges, la planche de bord, sont de belle facture, semblent robustes, mais sans grande originalité stylistique à l’heure où les constructeurs généralistes recherchent plutôt à nous surprendre sur ce point. Suzuki a donc choisi de miser sur un certain classicisme qui rassure et inspire la qualité.

Offre moteur réduite

Seules deux motorisations sont disponibles sous le capot du S-Cross. Nous avons essayé le 1.6 Diesel issu du groupe Fiat. Ses émissions de CO2, contenues à 114 g grâce au Stop & Start, lui permettent d’afficher l’une des valeurs les plus basses de la catégorie en 4x4, qui permettra peut-être à Suzuki de s’ouvrir au marché des entreprises.

Malheureusement, ce bloc s’est révélé décevant en termes d’insonorisation, en comparaison des standards en vigueur chez la concurrence. Par ailleurs, on regrette le manque de vigueur du véhicule, d’autant plus qu’il a une vocation familiale. En effet, les 120 chevaux se révèlent à la peine pour relancer correctement les 1 300 kg du S-Cross. Impossible de passer sous silence la transmission intégrale “AllGrip” de nouvelle génération, remplaçant l’ancienne I-AWD. Cette technologie s’utilise avec une molette à quatre positions évocatrices, sélectionnables sur la console centrale. En “Auto”, position la plus souvent utilisée, l’accent est mis sur la consommation, avec un fonctionnement en deux roues motrices. En “Sport”, la motricité est accrue. Le mode “Snow” est quant à lui destiné à la progression sur route de moindre adhérence. Enfin, un verrouillage du différentiel central sur la position Lock permet une répartition du couple à 50/50 entre les deux essieux, pour les situations délicates.

--------
Le SX4 S-Cross en bref

Date de lancement

Novembre 2013
Segment de marché
Crossovers
Objectifs 2014
6 000 unités
Principales concurrentes
• Peugeot 3008 1.6 HDi 115 ch : 25 900 €
• Nissan Qashqai 1.5 dCi 115 ch : 27 790 €
• Opel Mokka 1.7 CDTi 130 ch : 22 700 €
Prix
18 990 à 27 790 €
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page