Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel : La Corsa passe au Multijet

Opel : La Corsa passe au Multijet

Lancée au Mondial 2000, la 3e génération de Corsa s'offre aujourd'hui un face-lift. Si esthétiquement il y a peu de changements, les parties invisibles tels le chassis et les motorisations évoluent fortement. Apparue lors du Mondial 2000, la 3e génération de l'Opel Corsa fait peau neuve,...
...mais surtout moteurs neufs ! Aux côtés des modifications esthétiques extérieures et intérieures qui soulignent encore un peu plus le caractère de la citadine d'Opel, les grosses nouveautés ne se voient pas du premier coup d'œil. En effet, en plus de la direction et des suspensions revues pour obtenir un châssis plus dynamique, la Corsa cuvée 2003 dispose de nouvelles mécaniques Diesel et essence. Sur le marché français, où 50 % des ventes du segment sont réalisées par du Diesel, la citadine frappée du Biltz se devait d'avoir une mécanique à la hauteur. C'est chose faite avec le petit 1,3 CDTi Ecotec, issu de Fiat-GM Power train, et au 1,7 du même nom qui dispose aujourd'hui de la dernière génération de common rail.

En chiffres

11 000 000

  • C'est le nombre de voitures, basées sur la Corsa, fabriquées entre 1982 et 2002.
  • Commercialisée dans plus de 80 pays, l'Opel Corsa est aussi appelée Vauxhall Corsa, Chevrolet Corsa, Opel Vita ou Holden Barina.
  • Une offre qui devrait permettre à la marque de rééquilibrer son mix dans l'Hexagone car, jusqu'ici, alors que ce segment est diésélisé à 50 %, Opel ne réalisait que 38 à 40 % de ses ventes dans cette énergie. Le petit bloc 1,3 l de 70 ch devrait représenter 40 % des ventes, laissant les 10 % manquants à la part du Diesel au 1,7 l de 100 ch. Face à eux, la gamme essence n'a toutefois pas à rougir avec, aux côtés des mécaniques Ecotec déjà connues, comme le 1,2 16V qui demeure la version la plus vendue, l'apparition du système Twinport. Grâce à cette technologie disponible sur le 1,0 l et le 1,4 l, le constructeur annonce des gains de consommation tout en offrant plus de puissance et plus de couple. Si pour le bloc de 1 l de cylindrée le gain de 0,2 litre n'est pas spectaculaire, celui sur le bloc 1,4 l l'est : 0,9 litre. Le 1,4 Twinport, qui développe 90 ch, permet ainsi une économie de 13 % en boîte manuelle et l'écart est encore plus grand si l'on compare ces deux générations de moteurs couplées à une boîte automatique. Le nouveau moteur associé à la boîte Easytronic consomme 1,7 litre de moins que l'ancienne offre (avec une boite automatique classique 4 rapports), soit 23 % de moins ! Il faut également noter que la boîte Easytronic sera disponible avec le 1,3 CDTi Ecotec. La nouvelle petite Opel est proposée en 4 finitions, de 10 550 € à 15 950 € en carrosserie 3 portes et de 11 050 € à 16 450 € en 5 portes.

    Christophe Jaussaud

    4 QUESTIONS A

    Alain Uyttenhoven : Executive Director Brand Management d'Opel AG

    "Nous essayons de faire entrer forme et fonction dans une même voiture"

    JA. Opel semble avoir terminé sa "traversée du désert"...
    AU. Effectivement, pour parler clairement, l'entreprise a vécu une période difficile de 1995 à 1998. Depuis, une nouvelle politique a insufflé de nouvelles directions à l'entreprise et maintenant, quatre ans après, nous constatons les premiers effets en termes de produit. Nous avons également complètement changé l'identité de la marque Opel, mais cela vaut également pour Daewoo et Saab. "Des idées fraîches pour de meilleures voitures", ne doit pas rester un slogan publicitaire. Nous essayons de faire entrer forme et fonction dans une même voiture. Forme, car nous pensons qu'aujourd'hui 50 % des raisons d'achat d'une voiture sont définies par des éléments de style. Et fonction, parce que nous ne développons pas un style pour le style, il est toujours soutenu par des idées nouvelles en termes de fonctionnalité. Après la Signum, la nouvelle Astra proposera bon nombre d'innovations dans toutes ses futures versions. Opel propose aujourd'hui des produits innovants avec un design un peu plus courageux que ce qu'il a pu faire dans le passé.

    JA. Avec l'arrivée de nouvelles mécaniques Diesel, issues du joint-venture Fiat-GM Powertrain, vous allez remédier à un de vos points faibles ?
    AU. Nous introduisons cette année quatre nouveaux moteurs Diesel. Nous en sommes très heureux car ce type de motorisation représente environ 42 % du marché et, pour l'instant, nous ne réalisons que 32 % de nos ventes en Diesel. Nous espérons combler cet écart de 10 points, ce qui signifierait pour nous des parts de marché supplémentaires et un accès à une clientèle qui aujourd'hui privilégie le Diesel.

    JA. Quelles sont les performances d'Opel en Europe durant ce premier semestre 2003 ?
    AU. Malgré un marché difficile, de tous les constructeurs généralistes, nous sommes celui qui recule le moins, avec - 1,5 %. Cela implique que nous avons gagné des parts de marché et nous sommes très satisfaits de cette progression. Le face-lift de la Corsa, avec l'arrivée du nouveau 1,3 CDTi notamment, nous laisse espérer un deuxième semestre de qualité. Mais il ne faut pas oublier que le produit que nous vendons le plus en Europe est l'Astra : l'année 2004 sera donc encore meilleure.

    JA. Et en France ?
    AU. Nous pouvons être satisfaits. Nous avons été numéro 1 des importés sur les sept premiers mois, à la régulière. Mais un autre constructeur allemand a doublé sa part de marché sur un mois ! Avec l'introduction en France de la nouvelle gamme Diesel sur la Corsa, l'Agila et le Meriva, les résultats devraient suivre, sachant que 80 % des ventes de ce segment s'effectuent avec des motorisations Diesel.

    Voir aussi :

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

    L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

    CO2 : l’industrie automobile à l’aune des 95 grammes

    Les constructeurs sont désormais aux portes du défi imposé par l’Europe pour abaisser leur moyenne d’émissions de CO2. Bond du parc électrique, achat de crédits pollution, fusion…les spéculations

    Le groupe GCA bâtit sa flotte d’ateliers mobiles

    Le distributeur déploie sur sa zone de chalandise une flotte de camions aménagés en ateliers. Objectif, effectuer plus efficacement les campagnes de rappel et toucher une clientèle peu habituée des showrooms.

    Bras de fer entre Volkswagen et Toyota sur le marché français des particuliers

    Petite révolution dans le paysage automobile français : sur les huit premiers mois de l’année, Toyota est devenue la marque étrangère la plus achetée en France, devant Volkswagen. A moins de 50 petites

    PSA revoit sa copie en Chine

    Pour tenter d'enrayer la chute, PSA va revoir sa stratégie en Chine. Avant d'envisager à nouveau la croissance, le constructeur va faire des coupes franches pour abaisser son seuil de rentabilité à 150 000 unités

    Nissan veut renouer avec la croissance grâce au nouveau Juke

    La seconde génération du SUV urbain doit permettre à la marque japonaise de stopper son hémorragie commerciale. Elle mise pour cela sur un style reconnaissable, des mensurations plus généreuses et sur un fort

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page