Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volkswagen Passat Break : Un break de classe

Volkswagen Passat Break : Un break de classe

Après la nouvelle Passat embourgeoisée, voici la version break, tout aussi réussie. Succès attendu pour un modèle qui représente 1/3 du mix. Volkswagen en a profité pour nous faire découvrir la Jetta. Lors de la présentation de la berline, il y a six mois, Volkswagen nous...

...avait annoncé que la version break, désormais appelée SW, débarquerait sur nos routes en septembre. C'est désormais chose faite.
Le constructeur donne énormément d'importance à ce modèle. Depuis son premier lancement en 1974, 4,3 millions d'unités ont été vendues dans le monde. En France, 137 000 breaks ont été commercialisés en 2004. La Passat, génération précédente, avec 5 054 unités n'était devancée uniquement par la Laguna (10 885 unités), l'A4 (5 726 unités) et talonnée par la 407 SW (4 911 unités) lancée tardivement, il est vrai. En règle générale, la Passat SW s'est toujours bien positionnée sur son segment (celui des berlines break hors berlines compactes break) représentant en moyenne 2,7 % de ce marché. En outre, pour 10 Passat vendues en France, 3 d'entre elles sont des breaks, c'est dire l'attente placée dans ce modèle. 5 000 ventes sont escomptées dès 2006.
Reprenant le style efficace, élégant et dynamique de la berline, ce break a un premier atout, son style. Comme sa sœur, la Passat SW semble légèrement monter en gamme. Son autre atout, à l'évidence le plus important, au regard de ce qu'on lui demande, sa praticité et sa générosité. Malins les ingénieurs Volkswagen n'ont rien fait pour allonger la taille du break par rapport à la berline. Si cette dernière avait subi une légère croissance, le break ne lui est plus long que d'un seul centimètre, pour le même empattement. Son volume utile et sa capacité de chargement le placent pourtant bien devant la concurrence. Le volume de rangement gagne 108 litres avec un volume arrière de 603 litres en configuration 5 places (seulement devancée par la Classe E break) et peut atteindre jusqu'à 1 641 litres en configuration banquette rabattue (seulement devancée par la Vectra break). N'oublions pas que l'espace dédié à la roue de secours peut procurer un volume de 90 litres supplémentaires. Les solutions de rangement sont multiples : en ne gardant que le siège du conducteur, on laisse place à un espace de 3 mètres de longueur !
Le lancement tardif, par rapport à la berline, de la Passat SW lui permet par ailleurs de bénéficier de certaines innovations technologiques comme l'ouverture de la hauteur du hayon motorisé et mémorisable, de phares en Xénon bidirectionnels et hérite également de la technologie ACC, radar de régulation de vitesse et de distance, seulement disponible jusque-là sur la Phaeton. Les options utiles regorgent d'habilité, comme le porte vélo spécifique ou encore le siège bébé intégré.

La Passat SW comme la Jetta bénéficient toutes deux, d'une très large panoplie de moteurs

Côté motorisation, la Passat break bénéficiera bien entendu de la large panoplie de moteurs du groupe. 5 moteurs à essence de 102 à 250 ch dont 4 FSI et 5 moteurs Diesel TDi de 105 à 170 ch dont 2 avec Fap (140 ch et 170 ch). Relevons toutefois, que le TDi 2,0 l de 170 ch et le 3,2 l essence de 250 ch n'arriveront pas avant la fin d'année. Par ailleurs, la gamme Diesel s'enrichit d'un 2,0 l TDi de 122 ch pour le marché des sociétés. En effet, 42 % des Passat SW lui sont destinées. Comme la berline, le prix ne connaît pas d'inflation exagérée par rapport à sa devancière et surtout par rapport à la concurrence. Il faut compter 1 300 euros de différence entre le break et la berline dont l'entrée de gamme est située à 2 1 280 euros (1,6 l de 102 ch).
Cette rentrée de septembre n'est pas exclusivement destinée à la présentation de la Passat SW. La marque a placé l'année 2005 sous le signe de la famille Golf. En attendant, les lancements de l'Eos, de la R32 et de la GT, toutes présentées à Francfort (JA n°932), voici venu le tour de la Jetta.
Voiture européenne la plus vendue aux USA, 2,2 millions d'exemplaires depuis 1980, celle que l'on appelait il n'y a pas si longtemps la Bora, refait son retour en Europe. Nul n'est cependant prophète en son pays, puisque le marché "à trois volumes ou tricorps" n'a que peu de succès en Europe, mis à part l'Espagne ou le Portugal. En France, le véhicule tricorps le plus vendu reste la Mégane Classique avec 5 128 unités. Si Volkswagen n'espère guère en commercialiser plus de 2 000 par an, la Jetta mérite toutefois qu'on s'attarde sur certains points. Rien d'autre qu'une Golf à coffre, la Jetta reste assez longue (4,54 mètres) et bénéficie surtout d'un coffre colossal de 527 litres, soit plus grand que celui d'une Logan (510 litres) sur lequel nous nous extasions récemment. Mais la comparaison s'arrête là. En effet, la Jetta reprend tout de la Golf, ses lignes, son caractère et ses performances. D'autant plus qu'elle reçoit, elle aussi, toutes les motorisations possibles du groupe dont un nouveau et intéressant 2,0 TDi de 136 ch destiné aux sociétés. Malgré cette batterie de moteurs, la version 1,9 TDi 105 ch sera la plus vendue, d'une Jetta qui gagne à se faire connaître.

Tanguy Merrien

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L'incontournable mais problématique vente en ligne

La majorité du parcours client est déjà digitalisé mais l'ultime acte, l'achat, peine encore à être dématérialisé. Tous les constructeurs traditionnels mènent des expérimentations pour faire

L'arrêt des voitures thermiques coûtera plusieurs centaines de milliards d'euros

En 2040, le gouvernement a prévu la fin de la commercialisation des voitures thermiques. Mais le coût de cette décision est-il bien mesuré ? Un rapport parlementaire parle de plusieurs centaines de milliards

Renault nomme en France, en Europe et en Chine

La France, l'Europe mais aussi la Chine et la zone Pacifique sont au centre des nominations que Renault vient d'annoncer.

Carlos Tavares, PSA :

Le patron de PSA prévoit un impact sur l’ensemble de la filière automobile dès la mise en œuvre des normes d’émission de CO2 en 2021. Le groupe pilote d’ores et déjà ses niveaux de stocks

Les immatriculations 2018 de véhicules diesel ont encore baissé en Europe

Les dernières statistiques de l'Acea montrent un recul de 18,3 % des immatriculations de véhicules diesel dans l'Union européenne en 2018, au plus grand bénéfice de l'essence. La part des véhicules

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page