Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Jeep Cherokee : Première relance

Jeep Cherokee : Première relance

Avec l’arrivée du Cherokee, mais surtout de la Renegade dans quelques mois, Jeep semble enfin avoir les moyens de ses ambitions. La marque dispose aujourd’hui de produits en phase avec le marché sans pour autant avoir perdu son ADN.

Une gamme Business et une offre LLD !

La nouvelle Jeep Cherokee a de fortes chances d'intégrer les car-policies de très grands comptes en France. La nouvelle mouture du SUV compact de Jeep affiche des niveaux de consommation et de rejets de CO2 en phase avec les exigences des gestionnaires de flottes et elle est accessible dans une finition Business (Longitude Business). Une finition Business qui sera aussi déclinée sur le petit SUV Renegade qui arrivera sur la marché avant la fin 2014.

En deux-roues motrice et dotée du bloc Diesel 2.0 l MultiJet de 140ch, la nouvelle Jeep Cherokee ne consomme que 5,3l/100 et ne rejette que 139g de CO2/km. "Le malus ne s'élève ainsi qu'à 250€ et le montant de la TVS n'est que de 750€", souligne Guillaume Drelon, le directeur marketing de Jeep France. Ceux qui prennent le volant de la version Business ont systématiquement accès à des équipements tels qu'un système de navigation et le Bluetooth. "La mise en place de cette gamme entre la finition Longitude et la finition Limited nous a permis d'optimiser les VR", relève le directeur marketing.

Les professionnels peuvent en outre prendre la nouvelle Jeep Cherokee en LLD à un tarif particulièrement intéressant jusqu'au 31 juillet 2014. Le constructeur et sa captive ont en effet lancé une offre spécifique sur ce modèle à 495€ TTC par mois pour un contrat sur quarante-huit mois ou 80000km. "L'offre est sans apport et inclut l'extension de garantie, l'entretien, l'assistance et la perte financière", souligne Guillaume Drelon. Cela étant dit, les professionnels peuvent aussi opter pour un crédit-bail classique au taux de 4,90% (5,90% avec extension de garantie) ou bien un crédit-bail ballon au taux de 5,90% (6,90% avec extension de garantie).

Il y a donc au final fort peu de chances pour que la part des professionnels dans les ventes totales de Jeep diminue sur 2014 (cette part est d'environ 50%). "Nous devrions en revanche assister à une montée en puissance des grands comptes et des ETI", conclut le directeur marketing de Jeep France.

---------------
L'ESSAI

Autant le dire tout de suite, Jeep n’a jamais eu un tel produit dans sa gamme. Certes, l’histoire des Cherokee ne date pas d’hier, mais pour la première fois, surtout vu d’Europe et de France, Jeep dispose d’un produit en phase avec le marché, notamment si l’on considère le CO2 ou encore le niveau d’équipements ou la présentation. Pour autant, la célèbre marque américaine, née en 1941, n’a pas renié son ADN pour en arriver là. Chris Ellis, patron de Jeep EMEA, l’affirme : “Jeep évolue pour répondre au besoin des clients, mais reste Jeep.” Et pour comprendre cela, il suffit de se pencher sur les caractéristiques techniques du modèle. Moteurs Diesel modernes, qui permettent notamment de limiter les rejets de CO2 à 139 g/km pour la version 140 ch deux roues motrices, boîte automatique 9 rapports, 70 éléments de sécurité active et passive, mais on peut aussi retrouver une boîte de transfert et le blocage de différentiel. Il y en a donc pour tous les goûts et tous les usages. Quant au design, élément subjectif par excellence, on pourrait le qualifier de différenciant. Pour Greg Howell, du centre de style de Jeep, “il fallait respecter la marque, mais changer le langage pour l’avenir”. Il y voit une interprétation de l’héritage Jeep avec les 7 ouïes de la calandre toujours bien présentes, des passages de roues marqués rappelant la Wrangler, comme d’ailleurs la découpe des portes avant, ou encore le jonc chromé des glaces latérales inspiré du Grand Cherokee.

En route vers le million

Ce Cherokee italo-américain a donc su s’adapter. Une nécessité pour que la marque atteigne ses objectifs. Après avoir franchi la barre des 700 000 ventes en 2012, Jeep a encore amélioré sa performance avec plus de 731 000 unités écoulées en 2013, 731 565 pour être précis. La prochaine étape ? Un million d’unités. Un cap sans doute franchi en 2015, selon le patron de Jeep, Mike Manley, même s’il ne ferme pas la porte pour 2014. Pour cela, le marché américain, qui a encore représenté 67 % des ventes de Jeep, sera primordial, mais aussi le reste du monde et notamment l’Europe. Car bien que la France ait été un marché compliqué ces dernières années, Jeep Europe a doublé ses ventes depuis 2010 pour atteindre plus de 53 400 unités en 2013. Et les chiffres 2014 confirment cette bonne santé avec déjà 26,2 % d’augmentation sur le Vieux Continent depuis le début de l’année. Voilà pourquoi Chris Ellis reste optimiste quant aux volumes futurs alors que le nouveau Cherokee arrive et que la Renegade pointe le bout de son nez. En attendant, retour sur le Cherokee, qui comptabilise par ailleurs de très bons résultats aux Etats-Unis depuis son lancement en novembre dernier. Il a notamment permis à Jeep d’enregistrer le meilleur mois de mai de son histoire avec plus de 70 000 immatriculations, soit une croissance mensuelle de 58 %.

90 % de conquête

Jeep veut donc changer de dimension, tout en restant la référence en matière de franchissement. Pas simple ! Pour cela, le Cherokee est donc disponible en 4x2, mais aussi avec trois types de transmission intégrale (Active Drive 1, Active Drive 2 et Active Drive Lock), chacune repoussant les limites du SUV en ajoutant une boîte de transfert, puis le blocage de différentiel. C’est la seule offre du segment à offrir ces différents choix, se plaît à rappeler la marque. De quoi rassurer les clients Jeep, mais aussi et surtout en séduire de nouveaux. Jeep France vise d’ailleurs un taux de conquête de 90 %. Sans doute assez pour effacer des tablettes le record de 2007 où 5 152 Jeep avaient été immatriculées dans l’Hexagone. Pour ce faire, la filiale française a choisi de construire une gamme simple et cohérente. Ainsi, elle débute à 34 990 euros pour culminer à 51 000 euros. Le très exclusif Tailhawk, avec son V6 essence et la transmission Active Drive Lock, se négocie quant à lui à 57 200 euros. Pour la gamme “classique”, le but était d’offrir le meilleur rapport prix/qualité/équipement. Bien que les prix faciaux paraissent relativement élevés, Jeep, qui vise clairement le Volvo XC60, propose pourtant le Cherokee, selon les niveaux de finition et à équipements ajustés, entre 6,5 et 17,5 % moins cher que le Suédois. L’écart est encore plus marqué (de 14,5 à 27,8 %) avec les stars du Premium tels le X3 et le Q5. A l’image du Grand Cherokee, qui se montre tout aussi compétitif sur le segment des grands SUV, le Cherokee semble donc bien placé face à ces concurrents. Reste à savoir maintenant s’il aura l’image nécessaire pour aller rivaliser sur ce terrain-là ?

---------------
EN BREF - Le Cherokee

Date de lancement
12 avril
Segment de marché
SUV Compacts en 2013 : 190 000 en France dont 16 000 Premium
Objectifs *
1 500 unités en 2014
2 500 en année pleine
Principaux concurrents du Cherokee 2.0 Mjet 140 4X2 Limited : 41 590 €
• Honda CRV 1.6 i-DTEC 120 4x2 Executive Navi Cuir : 33 220 €
• Audi Q5 2.0 TDi 150 ch 4x2 Ambition Luxe : 42 400 €
• Volvo XC 60 D3 136 ch 4x2 R-Design : 42 670 €
Prix
Diesel - de 34 990 à 49 600 €
Essence - de 51 000 à 57 200 €

*Estimation JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page