Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Boxer : Quand Peugeot remet les gants

Boxer : Quand Peugeot remet les gants

La marque au lion achève le renouvellement de sa gamme utilitaire avec la sortie de son nouveau Boxer, un modèle au niveau d’équipements intérieurs en très net progrès.

Vingt ans après ses débuts, le Peugeot Boxer s’offre une nouvelle jeunesse. Après avoir été écoulé à un million d’unités dans le monde depuis son lancement, le plus gros modèle des utilitaires du lion dévoile une quatrième génération tout en relief où les changements esthétiques sont aussi limités que les nouveaux équipements foisonnent. A défaut de dominer le segment des fourgons volumiques, Peugeot place de grandes ambitions dans sa nouvelle mouture et entend conserver ses acquis. Des acquis caractérisés par des ventes oscillant, ces dernières années, à plus ou moins 5 000 unités en France, mais aussi par un développement à l’international plus que correct. Bien implanté en Russie, en Amérique latine, au Maghreb, ou encore en Turquie le Boxer troisième génération a ainsi vu ses ventes progresser de 35 % entre 2006 et 2013 pour s’octroyer, aujourd’hui, une part de marché de 30 %. Alors, si cette quatrième génération ne sera introduite que progressivement sur ces marchés, celle-ci entend aussi répondre dès à présent à une clientèle qui lui est favorable. Et pour ne pas rater sa sortie, Peugeot a entrepris de faire faire le pire (températures extrêmes, passages de gués, tunnels salins) à son véhicule au travers de quatre millions de kilomètres. Ces tests ont également permis de constater l’intérêt des grandes améliorations apportées telles que la rigidité accrue de la structure de caisse, les nouveaux mécanismes de portes latérales, le nouveau dessin de la baie d’auvent (pour un meilleur chargement), un freinage redimensionné, de nouveaux supports d’amortisseurs et enfin une nouvelle gamme de moteurs 2.2 HDi. Sur ce point, le Boxer propose désormais six blocs différents allant du 2.2 l de 110 ch au 3.0 l de 180, tous plus efficients les uns que les autres par rapport à leurs prédécesseurs.

Les normes Euro 6 attendront

Ces derniers permettent ainsi de gagner en moyenne 1,3 l/100 km, chiffre qui peut même grimper à 1,8 l/100 km avec l’apport du système Start & Stop. Seul bémol dans ce beau bilan : aussi économiques soient-ils, ces blocs ne s’avèrent être qu’aux normes Euro 5. L’Euro 6 n’entrera dans le catalogue Peugeot qu’à la fin de l’année 2015 et au deuxième trimestre 2016, selon les versions. Si, sous le capot, les modifications semblent nombreuses, il n’en va pas de même avec l’esthétique, ce Boxer n’ayant de nouveau que le nom sur ce point. En effet, en dehors d’une face avant qui intègre la nouvelle signature de la marque (large calandre, feux à LED, regard “félin”), le facelift reste limité. En revanche, celui-ci se trouve bien pensé à l’attention des professionnels, qui gagnent dans cette affaire un pare-chocs avant plus imposant et plus protecteur ainsi que deux niches servant également de marchepied pour faciliter le nettoyage du pare-brise.

Huit versions de 8 à 17 m3

C’est dans ce même esprit de véhicule dévoué à son propriétaire qu’ont été mis au point les nouveaux équipements. Peugeot propose ainsi de multiples aides de série ou en option pour la sécurité avec notamment le LAC (Load Adaptative Control), fonction qui adapte l’ESP selon la charge et sa répartition, l’ASR (antipatinage), le système de détection de sous-gonflage ou encore l’alerte de franchissement involontaire de ligne (Afil). Dans le même temps, de nombreuses aides à la conduite s’intègrent au véhicule. Parmi elles, on citera l’aide au démarrage en pente, le CTI (Contrôle de Traction Intelligent), un système de contrôle de vitesse en descente (HDC) permettant de garder une allure constante en dessous de 30 km/h ainsi qu’un nouveau régulateur/limiteur de vitesse et une direction à assistance variable. A ceci s’ajoutent également une aide au stationnement arrière ainsi qu’une caméra de recul, bien utile pour garer un véhicule aussi imposant. Cette dernière est logiquement couplée à un écran tactile de cinq pouces que l’on retrouve sur le nouveau tableau de bord. Disponible dès le deuxième niveau de finition, celui-ci présente en outre les fonctions lecture de SMS et navigation via une cartographie TomTom. L’intérieur du Boxer s’enrichit de plus d’une prise USB, du Bluetooth ainsi que d’une station d’accueil pour tablette numérique. Tout ce florilège d’équipements se retrouve sur les huit versions de l’utilitaire disponible pour un volume utile allant de 8 à 17 m3. Des atouts de taille pour permettre à cette nouvelle génération de se faire une place aussi rapidement que les précédentes.
 

---------
Le boxer en bref

Date de lancement
26 mai 2014
Segment de marché
Fourgon
Objectif
5 000 (année pleine/France)
Principaux concurrents du Boxer 2.2 l HDi 130 ch (L1H2) : 28 750 €
• Citroën Jumper HDi 130 Confort (L2H2) 31 200 €
• Renault Master dCi 125 Confort (L1H2) 30 350 €
• Fiat Ducato 2.3 Mjt 130 (l1H2) Pack Pro 29 925 €
Prix FOURGON HT : de 25 150 à 39 250 €
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page