Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel : Les nouvelles noces de Vivaro

Bien que principalement fabriqués à Luton, en Angleterre, certains Vivaro seront assemblés à Sandouville chez Renault.

Opel : Les nouvelles noces de Vivaro

La deuxième génération du Vivaro va s’attacher à faire encore mieux que son aîné en termes de ventes et de parts de marché. La reconquête d’Opel passe aussi par le VUL.

La nouvelle mouture du Vivaro va représenter un élément clé dans la stratégie de développement d’Opel sur le marché VU. Le constructeur compte y accroître ses ventes de pas moins de 80 % entre 2013 et 2022 en passant de 83 000 unités à 150 000 unités. Or, tous les ans, le Vivaro s’écoule à près de 50 000 exemplaires sur le Vieux Continent, affichant une part de marché de 10 % sur le segment des fourgons D (ce segment représente environ 22 % du marché européen des VU). La version fourgon de ce véhicule a en outre été fabriquée à près de 600 000 exemplaires depuis son lancement en 2001. “Un investissement de 95 millions d’euros a aussi été effectué dans l’usine de Luton, au Royaume-Uni”, souligne Steffen Raschig, le responsable de la division véhicules utilitaires d’Opel. Autant dire que le nouveau Vivaro doit contribuer fortement à la stratégie de développement du constructeur. Et il s’agira aussi de surperformer sur le seul marché français, même si les ventes du Vivaro s’y sont plutôt très bien comportées depuis début 2014.

Une hausse de 8 % en 2014

Toutes versions confondues, le Vivaro s’est écoulé à 1 014 exemplaires en France (800 unités en version fourgon ou plancher, et 214 unités en version combi). Ce volume a représenté une hausse d’un peu plus de 8 % par rapport à 2013 et a été réalisé à 71,5 % avec la version fourgon. Côté motorisations, il a impliqué à 77,6 % le bloc Diesel 2.0 CDTI de 115 ch. Un dernier domaine toutefois appelé à évoluer avec la nouvelle mouture du Vivaro. Disponible en deux longueurs et deux hauteurs, le nouveau Vivaro peut héberger deux moteurs Diesel à simple turbo ou deux BiTurbo, ces quatre blocs 1.6 l CDTI affichant des puissances de 90, 115, 120 ou 140 ch.

Equipé d’un système Stop&Start et de la technologie ecoFLEX, le nouveau Vivaro peut ainsi afficher une consommation mixte de seulement 5,9 l/100 km et ne rejeter que 149 grammes de CO2/km. En France, le constructeur estime que les ventes de son “nouveau bébé” s’effectueront à 35 % avec le moteur BiTurbo de 120 ch (30 % avec le bloc de 115 ch, 20 % avec le 90 ch et 15 % avec le BiTurbo de 140 ch).

Une faible différence de prix

“La faible différence de prix entre le 115 ch et le BiTurbo de 120 ch [N.D.L.R. : ce dernier est plus cher de 500 euros HT] devrait permettre d’amener de nombreux clients vers le BiTurbo”, souligne Opel. Ils devraient, quoi qu’il en soit, tous apprécier la nouvelle ligne du véhicule et ses équipements. Opel compte d’ailleurs écouler 4 300 nouveaux Vivaro en année pleine en France.

Qu’il soit pris en version fourgon, cabine approfondie, plancher-cabine ou combi, le nouveau Vivaro affiche une personnalité plus affirmée que son aîné, notamment grâce à une face avant faisant la part belle aux optiques. Disposant de nombreux espaces de rangement, il est en outre disponible avec une astucieuse banquette centrale à l’avant qui peut se transformer en espace bureau, dispose d’une excellente connectivité embarquée grâce au système multimédia IntelliLink et est accessible en finition Business (elle complète les finitions Base et Pack Clim +). Avec cette dernière, en plus d’un ordinateur de bord, d’un régulateur-limiteur de vitesse, d’un radar de recul et du Bluetooth, les conducteurs bénéficient aussi de l’astucieuse banquette avant multifonctions, de projecteurs antibrouillard, de feux de jour à LED. Bref, de quoi s’affirmer et gagner des parts de marché sur le marché VUL !

------------
Le Vivaro en bref

Date de lancement
Septembre 2014
Segment de marché
Fourgons
Objectif (année pleine)
4 300
Principaux concurrents du Vivaro 1.6 CDTI BiTurbo 120 ch ecoFLEX Start&Stop : 24 600 € HT (L1H1)
• Volkswagen Transporter 2.0 TDI BMT 114 ch (L1H1) : 24 585 €
• Ford Transit Custom 270 TDCi 125 Trend (L1H1) : 25 710 €
• Renault Trafic Energy dCi 120 Confort (L1H1) : 24 700 €
Prix FOURGON L1H1 HT : de 21 700 à 27 700 €
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page