Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Octavia Scout : L’aventurière tchèque

Octavia Scout : L’aventurière tchèque

Après le lancement de la 3e génération d’Octavia en 2013, Skoda propose logiquement sa variante baroudeuse, la Scout. Une nouvelle offre qui devrait profiter de la dynamique autour du Combi classique dont les ventes ont quasiment doublé depuis le début de l’année.

Le lancement d’une Octavia n’est jamais anodin chez Skoda. Même lorsqu’il s’agit de la version Scout. En effet, bien que cette version baroudeuse du break tchèque ne représente que 8 % des ventes annuelles de cette carrosserie, elle n’en demeure pas moins importante et renforce l’image du constructeur. Ainsi, la première génération de l’Octavia Scout, dérivée de la deuxième génération du Combi, s’est tout de même vendue à 53 600 unités entre 2007 et 2014. A l’échelle hexagonale, sur cette même période, ce sont 1 500 exemplaires qui ont pris la route, soit 10 % des immatriculations d’Octavia Combi. Mais les choses pourraient évoluer positivement pour ce modèle car le Combi dont elle découle aujourd’hui enregistre de très bons résultats. Ainsi, sur les neuf premiers mois de l’année, Skoda a livré 2 950 Combi, soit 63,5 % des 4 649 Octavia commercialisées depuis janvier. Mais, surtout, avec une croissance de 99,6 %, elle tire la marque qui progresse de 10,6 % avec 14 993 unités à fin septembre. La Rapid et la Superb sont aussi de bonnes contributrices. Autant dire que vu les performances de l’Octavia Combi, cette version Scout arrive au meilleur moment pour profiter de cette dynamique.

Un supplément d’âme

Présentée lors du dernier salon de Genève, la Scout vient logiquement compléter la nouvelle gamme Octavia, dont la berline est sur le marché depuis mars 2013 et le Combi depuis juillet de la même année. A l’image des versions RS, cette Scout offre un supplément d’âme à un modèle, certes très pertinent, mais aussi très rationnel. Avec elle, les envies d’escapades hors des sentiers battus ne posent pas de problème puisque la garde au sol (171 mm) a gagné 33 mm et la transmission intégrale est de série. Un système quatre roues motrices reposant sur la 5e génération de l’Haldex qui, en plus d’être plus rapide et plus efficient, pèse aussi 1,4 kg de moins. Toujours fabriquée dans l’usine tchèque de Mlada Boleslav, cette deuxième génération de la Scout profite à merveille, comme l’Octavia traditionnelle, de tous les derniers équipements rendus accessibles avec la plate-forme MQB du groupe Volkswagen. Les “Assist” sont très nombreux, qu’ils aient un lien avec le freinage, le parking, la direction, l’éclairage ou le régulateur de vitesse. Important quand la vocation première du modèle est de séduire les familles. Celles-ci retrouveront d’ailleurs un intérieur revisité avec des matériaux plus chaleureux et plus haut de gamme comme des inserts en bois ou de l’Alcantara, en option, pour la sellerie. Sous le capot, pas de surprise puisque Skoda France a choisi de limiter son offre au 2.0 TDi en version 150 et 184 ch. Le plus puissant est par ailleurs exclusivement proposé avec la boîte DSG6. Et c’est aussi simple quant aux tarifs puisque la “petite” Scout est affichée à 30 450 euros et 32 900 euros pour la plus puissante. En CO2, cela se traduit par 129 g/km, donc la neutralité à l’écotaxe, et 134 g/km, avec un léger malus de 150 euros.

En attendant la Fabia

En attendant la nouvelle Fabia qui sera dans les showrooms français le 14 novembre prochain, l’Octavia Scout vient ajouter sa pierre à l’édifice. Un édifice mondial qui doit atteindre 1,5 million de ventes à l’horizon 2018. La route est encore longue, Skoda ayant vendu 920 750 véhicules en 2013 (- 2 %), mais la tendance s’est inversée en 2014 avec déjà 774 100 livraisons. “Comme le montrent cet excellent mois de septembre et la croissance de 13 % enregistrée sur les neuf premiers mois de l’année, Skoda poursuit inexorablement sur la voie de la croissance”, a commenté Werner Eichhorn, membre du directoire de la marque en charge des ventes et du marketing. Le dernier mois de septembre n’a pas seulement été excellent, il a tout simplement été le meilleur mois de l’histoire de la marque avec plus de 95 600 livraisons à travers le monde.

------------
L’Octavia Scout en bref

Date de lancement
15 septembre
Segment de marché
Break tout chemin
Objectif*
400 unités en année pleine
Principales concurrentes de l’Octavia Scout 2.0 TDi 150 ch BVM6 4x4 : 30 450 €
• Seat Leon X-périence 2.0 TDi 150 ch 4x4 : 31 315 €
• Citroën C5 Cross Tourer 2.0 HDi 160 ch Millenium : 36 080 €
• Opel Insignia Country Tourer 2.0 CTDi 163 ch 4x4 : 41 780 €
• Audi A4 Allroad 2.0 TDi Clean Diesel 190 ch Ambiente : 43 440 €
Prix
Diesel - de 30 450 à 32 900 €

*Estimations JA


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page