Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Skoda Fabia : Primordiale citadine

Skoda Fabia : Primordiale citadine

La Fabia, véritable pilier de Skoda en France où elle représente encore près de 30 % des ventes, revient nourrir les ambitions du constructeur, qui réalise par ailleurs un très bel exercice à l’échelle mondiale.

Skoda vit actuellement sa plus grande offensive produits depuis sa création il y a 120 ans. Et ça paye ! A fin octobre, le constructeur tchèque affiche des ventes mondiales en hausse de 12,5 % avec d’ores et déjà 865 100 véhicules livrés. La marque enchaîne les bons mois, en Chine notamment, mais pas seulement. En effet, en Europe de l’Ouest, marché qualifié de mature où la croissance est faible, Skoda gagne 10 % depuis le début de l’année. Un chiffre qui devrait encore être amplifié avec l’arrivée de la nouvelle Fabia. Une citadine essentielle sur ce continent et particulièrement en France, où elle demeure le best-seller de la filiale avec près de 30 % des ventes. Depuis la première génération, apparue en 1999, plus de 80 000 Fabia ont pris la route dans l’Hexagone, quand elles ont été 3,45 millions dans le monde. Ce rôle global est d’ailleurs appelé à prendre de l’ampleur, puisque cette troisième génération sera produite en Chine à partir de mars 2015 et, si le contexte s’améliore, en Russie.

40 % de modules MQB

Pour cette troisième génération, les ingénieurs de Skoda ne sont pas partis d’une feuille blanche, mais presque. En effet, bien que la citadine reprenne la plate-forme précédente, baptisée “PQ26” en interne, celle-ci a toutefois fortement évolué, comme en témoignent les 9 cm supplémentaires en largeur ou l’arrivée de modules de la fameuse MQB du groupe Volkswagen. Ainsi, les moteurs, l’électronique, l’infotainment ou la direction sont autant d’éléments MQB qui font leur apparition sur cette Fabia. Cela se traduit notamment par l’arrivée d’équipements inédits comme les détecteurs de pluie et de nuit, le freinage Multi-collision, le Front Assist ou encore le système de démarrage sans clé. La connectivité y gagne aussi avec l’arrivée du MirroLink qui offre de nouvelles possibilités comme celle d’utiliser le GPS de son smartphone. Heureusement, car aucune navigation n’est proposée en première monte. En effet, le constructeur a fait ce choix du fait que, sur la génération précédente, le taux d’équipement n’excédait pas 3 %.

Malgré ses équipements supplémentaires, la Fabia est tout de même plus légère de 65 kg. Ainsi, la version de base se limite à 980 kg. Un bon point pour l’efficience.

Plus de personnalisation

Ce poids en baisse, conjugué à une nouvelle génération de mécaniques Euro 6, dont 4 essence et 3 Diesel, permet à la gamme d’afficher une consommation moyenne en baisse de 17 %. La palme reviendra, en 2015, à la version GreenLine équipée du 1.4 TDi 75 ch qui se contentera de 3,1 l et 82 g/km. En attendant, le bloc essence 1.2 TSi 90 ch devrait recueillir le plus gros des suffrages. L’essence a d’ailleurs toujours dominé par le passé. Quant à la finition Monte Carlo, la plus vendue en France, elle sera de retour au printemps 2015. Mais pour les clients qui souhaiteraient déjà personnaliser leur Fabia, le constructeur propose maintenant le Color Concept, selon lequel l’acheteur peut choisir entre quatre teintes (noir, blanc, argent, rouge) pour le toit, les montants de pare-brise et les jantes. L’habitacle joue aussi cette carte, avec un panel d’inserts pour la planche de bord.

Au chapitre du style, à l’image de celui consacré à la technique, cette Fabia n’a finalement pas grand-chose à voir avec celle de 2007. Déjà, avec 9 cm de plus en largeur et une hauteur inférieure de 3,1 cm, les proportions sont bien meilleures et l’allure générale plus séduisante. De plus, la citadine est le premier modèle tchèque à intégrer des éléments du nouveau langage stylistique défini par le concept Vision C présenté à Genève en mars dernier. Pour Marwan Khiat, un ex du Strate Collège maintenant en poste au centre de style de Skoda, “ce nouveau langage se veut à la fois plus dynamique et plus émotionnel. On retrouve notamment des lignes d’épaule plus marquées, mais aussi un arrière plus travaillé, avec plus de relief”. Un relief que Luc Chausson, directeur de Skoda France, souhaite naturellement retrouver sur la courbe des ventes. Pour lui, “à un horizon de dix-huit mois, une fois que toutes les variantes seront au catalogue, l’objectif est d’atteindre 9 000 unités par an”.

------------
La Fabia en bref

Date de lancement
14 novembre
Segment de marché
Citadines
30 % du marché français
en 2013, soit 536 000 unités
Objectif
9 000 unités en année pleine
Principales concurrentes de la Skoda Fabia 1.2 TSi 90 ch Ambition : 15 740 €
• Kia Rio 1.2 CVVT 85 ch Style 5p : 14 700 €
• Ford Fiesta 1.25 82 ch Edition 5p : 14 950 €
• Renault Clio Energy TCe 90 ch Zen : 16 970 €
Prix
Essence - de 12 640 à 19 070 €
Diesel - de 16 460 à 19 790 €
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page