Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mercedes Classe B : Juste une mise à jour

Cette nouvelle génération de Classe B ne bouleversera pas les actuels clients, mais elle est censée attirer de nouvelles cibles, plus jeunes.

Mercedes Classe B : Juste une mise à jour

C’est surtout à l’intérieur qu’il faut chercher les évolutions de la Classe B 2014, version restylée (une dernière fois) d’un modèle apparu en 2005 et dont le segment s’essouffle, même si la vision de Mercedes reste aujourd’hui seule ou presque sur le créneau.

Lancée en 2005, restylée en 2008, renouvelée fin 2011, la Classe B suit un cycle de vie assez classique, pour des ventes totales d’environ 700 000 unités, réparties sur neuf ans. Il faut dire que le monospace compact pouvait se targuer d’être le seul à se battre sur le marché des Premium de son segment. Et, comme si on avait oublié, à Stuttgart, que la concurrence est désormais aux portes, venant de Munich (BMW Serie 2 Active Tourer), cette troisième variante ne surprendra pas vraiment, comme avait pu le faire la nouvelle classe A, dont les attributs “monospace” avaient laissé place à une robe de berline, bouleversant ainsi les codes. D’ailleurs, il faut bien admettre que dans un univers Mercedes où l’ensemble de la gamme présente une homogénéité dans le dynamisme et le rajeunissement, la Classe B semble restée figée dans sa précédente livrée, et se détache désormais de manière plus criante de ses sœurs.

Un pare-chocs et un écran tactile

Certes, nous grossissons un brin le trait, mais force est de constater que même les experts du produit présents lors de notre essai peinaient à nous expliquer en quoi leur nouveau bébé se démarquait de l’ancien ! Pour débusquer une véritable nouveauté, il faut chercher du côté des variantes, puisque la gamme s’enrichit de deux modèles : les Classe B Electric Drive et B 200 Natural Gas Drive. A part cela, c’est à l’intérieur et sur les équipements que le prospect devra orienter les yeux pour se voir séduit. Par exemple, le Collision Prevent Assist Plus, désormais de série, étend les fonctionnalités du système en intégrant une fonction de freinage partiel autonome pour réduire le risque de télescopage. Egalement de série, Attention Assist, le système de détection de somnolence, a, lui aussi, été perfectionné. Il visualise désormais l’état de vigilance momentané du conducteur et fonctionne sur une plage de vitesse élargie de 60 à 200 km/h. Par ailleurs, le concept “Mercedes connect me” permet d’accéder aux principaux services Mercedes comme par exemple l’assistance en cas d’accident, l’assistance en cas de panne et la gestion de la maintenance. Des services encore étendus pour la Classe B Electric Drive. Via le site “connect.mercedes.me”, il est notamment possible de vérifier à distance l’état de charge momentané de la batterie lithium-ion ou l’autonomie potentielle du véhicule.

----------
FOCUS - Séduisante Electric Drive

La Classe B Electric Drive procure un agrément de conduite indéniable grâce au couple de 340 Nm disponible immédiatement et inhérent à cette motorisation. Ce couple correspond pratiquement à celui d’un moteur essence de trois litres de cylindrée.

Avec une autonomie annoncée de près de 200 kilomètres, un système de pré-climatisation de l’habitacle installé de série, de même que de nombreuses options telles que le système de freinage assisté par radar, avec récupération d’énergie, ou le système Range Plus permettant d’augmenter l’autonomie d’environ 30 km, le véhicule a de quoi séduire.

Le système de propulsion électrique est alimenté par une batterie lithium-ion de 28 kWh, logée dans le soubassement, entre les essieux avant et arrière, dans un espace baptisé “Energy Space”, qui la protège. Le chargeur est quant à lui placé dans le compartiment moteur. Le câble de recharge peut être relié à une prise électrique domestique conventionnelle, une borne de charge publique ou bien un coffret mural. Cette dernière solution permet de recharger la batterie en seulement trois heures en triphasé 16 A.

----------
FOCUS - Economique Natural Gas

La nouvelle Classe B enrichit également sa gamme avec un nouveau modèle au gaz naturel. La B 200 Natural Gas Drive développe une puissance de 156 ch, pour une consommation de gaz de 4,2 kg/100 km, soit un taux d’émissions de CO2 de 115 g/km, inférieur de 16 % environ à celles de la B 200 BlueEfficiency. Ce modèle satisfait déjà à la norme Euro 6. La B 200 Natural Gas Drive fonctionne en “monocarburation+”, c’est-à-dire que le moteur fonctionne normalement au gaz. Cependant, pour les cas d’urgence, la B Natural Gas dispose d’un petit réservoir de 12 litres d’essence. En cas de panne de gaz, le véhicule passe automatiquement au mode essence. Le conducteur ne peut donc pas choisir lui-même le mode de fonctionnement, et la B 200 Natural Gas Drive est, à ce titre, certifiée véhicule au gaz naturel, avec les avantages fiscaux qui en découlent.


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page