Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
VW Touareg : Dernières retouches

Le Touareg a jusqu’ici été vendu à 750 000 unités à travers le monde, dont 22 396 en France.

VW Touareg : Dernières retouches

Lancée en 2010, la deuxième génération du Touareg s’offre une mise à jour afin de se relancer sur un segment qui a renoué avec la croissance en 2014 après une année 2013 catastrophique.

Adepte du changement dans la continuité, Volkswagen vient de revisiter son Touareg après quatre années passées dans les showrooms. En effet, cette deuxième génération, lancée en 2010, bénéficie d’une dernière mise à jour avant le grand chambardement de la troisième génération, dont le nouveau Q7, dévoilé voilà quelques jours à Detroit, en est le témoin. Mais avant d’en arriver là, le gros SUV de VW veut profiter du léger regain de forme du segment sur lequel il évolue. Après une année 2013 catastrophique, où ce marché a plongé de 43 % en France avec seulement 8 333 immatriculations, l’année 2014 a été légèrement plus porteuse avec 6 % de progression, pour totaliser 8 841 unités. Dans ce contexte, VW France a réussi à immatriculer 779 Touareg l’année dernière (+ 1,8 %), contre 765 un an plus tôt. Une tendance qui devrait sans doute se confirmer en 2015 avec l’arrivée et la montée en puissance de nouveautés importantes comme le BMW X6, le Volvo XC90, les Mercedes GLE et GLE Coupé et naturellement le cousin Audi Q7.

Miser sur la polyvalence

Dans ce nouvel environnement concurrentiel, la marque ne peut naturellement pas viser moins qu’en 2014 où elle avait atteint une part de segment de 8,81 %. Dans cette hypothèse où le segment poursuivrait sur sa lancée, le Touareg pourrait à nouveau tangenter les 1 000 immatriculations. Mais quoi qu’il arrive, les ventes 2015 resteront loin de l’année 2005, où le Touareg avait culminé à 4 027 unités. Toutefois, cet hypothétique volume viendrait s’additionner aux 22 396 unités déjà vendues en France depuis son apparition en 2002. Notons qu’au niveau mondial, le modèle a dépassé les 750 000 unités. La marque ne compte pas changer de positionnement du modèle. En effet, le Touareg reste un SUV misant sur le confort et la polyvalence, notamment grâce à ses capacités tout-terrain, quand ses concurrents, principalement Premium, privilégient clairement la sportivité et l’asphalte. Ainsi, pour sortir du lot, le SUV de Wolfsburg propose deux types de transmission avec, d’un côté, un système Torsen pour les définitions 4Motion et, de l’autre, la 4XMotion avec differentiel central verrouillable et réducteur. Des systèmes seulement entraînés, en France, par deux mécaniques Diesel, un V6 TDi en versions 204 ou 262 ch et un V8 TDi de 340 ch. En revanche, contrairement à d’autres, il ne dispose pas d’une version deux roues motrices et la version hybride a disparu du catalogue français.

Mise à jour des mécaniques

Une offre réduite qui sera dominée par le V6 développant 262 ch. Ce dernier devrait s’adjuger 70 % des ventes et il sera associé à la finition intermédiaire Carat dans 65 % des cas. Un bloc V6 largement revu, pour répondre à la norme Euro 6, dont les performances chronométriques et environnementales sont en progrès. Avec 17 ch et 30 Nm de couple supplémentaires, cette mécanique permet au Touareg de franchir la barre des 100 km/h en 7,3 secondes. Ce qui n’est finalement que 0,8 seconde de plus qu’une Golf GTi. Dans le même temps, les rejets de CO2 ont chuté de 15 g/km en passant de 189 à 174 g/km, soit une consommation moyenne annoncée de 6,6 litres. De quoi faire chuter le malus de 1 800 euros à 2 200 euros. Qu’elles cachent 6 ou 8 cylindres, ces mécaniques concentrent donc les principales évolutions. Car les retouches extérieures sont très légères avec principalement l’adoption du langage stylistique actuel sur la phase avant ou encore l’apparition de LED à l’arrière. Dans l’habitacle, peu de changements, seulement des détails ont été revus comme la couleur de l’éclairage, le design de certains boutons ou la possibilité d’opter pour de nouveaux cuirs. Le système d’infotainment évolue lui aussi avec l’apparition des services Car-Net bien que, même s’il remplit parfaitement son rôle, il ne puisse pas lutter avec les systèmes les plus modernes tels que le Virtual Cockpit du nouvel Audi Q7 ou de la Passat ! C’est sans doute pour cela que Volkswagen a revu à la hausse la liste des équipements de série. Ainsi, le V6 TDi 262 Carat cuvée 2015 offre un avantage client de 8 280 euros par rapport à la version précédente. De quoi finir le cycle en beauté ?

--------------
EN BREF - Le Touareg

Date de lancement
Disponible
Segment de marché
Grand SUV : 8 841 unités en 2014 +6 %
Objectif*
900 unités
Principaux concurrents du Touareg V6 TDi 262 ch Carat : 66 200 €
• BMW X5 xDrive 30d Lounge Plus 258 ch : 67 300 €
• Mercedes ML 350 BlueTec 4Matic Sport 258 ch : 67 200 €
Prix
Diesel - de 53 570 à 88 150 €

*Estimation JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page