Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
C4 : Citroën poursuit  sa révolution

C4 : Citroën poursuit sa révolution

Star du dernier Mondial, la C4 débarque enfin ! Ou plutôt les C4. Avec une berline et un coupé au style vraiment différencié, Citroën n'a pas fait de compromis pour séduire. Première Citroën fabriquée à Mulhouse à une cadence annuelle de 260 000 unités, la nouvelle égérie de la marque aux Chevrons...
...se montre ambitieuse.

A l'heure où la Xsara WRC est au sommet de son art, avec un deuxième titre de championne du monde, la compacte de Citroën passe la main dans le championnat commercial. La Xsara de Monsieur Tout le monde, apparue en 1997 et vendue à plus de 1,5 million d'exemplaires, a bien mérité sa retraite. D'autant qu'il faut reconnaître qu'elle n'est plus réellement en phase avec les nouvelles orientations prises par Citroën, notamment d'un point de vue stylistique. En effet, depuis l'arrivée des C3 et C2, mais surtout depuis que Jean-Pierre Ploué inspire le design de la marque aux Chevrons, la métamorphose est flagrante et réussie. "Il y a quatre ans, au départ du programme, nous avons fait le choix d'une voiture "plus prêt du corps", se souvient Jean-Pierre Ploué, nous voulions une voiture tout en fluidité et en dynamisme, sans compromis." Donc, place, depuis le 7 novembre, aux C4, car il existe bien deux voitures distinctes sous cette même appellation. Citroën a poursuivi la même stratégie que sur le segment B, avec la C3 et le C2, en proposant deux carrosseries réellement différentes afin de séduire une clientèle très diverse. En effet, cette dernière peut être une famille à la recherche de confort ou un célibataire en quête de sportivité. Une diversité nécessaire sur un segment européen des compactes qui s'est également dispersé en termes de carrosseries avec les berlines et les coupés qui représentent 50 % des ventes alors que l'autre moitié du marché est occupé par les monospaces, breaks et ludospaces. Avec la C4 et le Picasso, Citroën répond donc au marché avec ambition.

FOCUS

Les principaux équipements C4 Berline/Coupé

  • C4 : 6 airbags, ABS avec AFU et REF, allumage feux de détresse, régulateur-limiteur de vitesse, ordinateur de bord, vitres AV électriques, rétroviseurs électriques, direction à assistance variable, condamnation centralisée avec plip, volant à commandes centrales fixes, réglable en profondeur et en hauteur, etc.
  • En plus sur VTR/Pack : parfum d'ambiance, climatisation manuelle, volant cuir (VTS), sièges velours (Pack), radio CD 6hp, antibrouillards (VTR), etc.
  • En plus sur Pack Ambiance/Pack Dynamique : climatisation régulée D/G, allumage automatique des feux, pare-brise athermique, essuie-vitre automatique, rétroviseur intérieur électrochrome, antibrouillards, etc.
  • En plus sur Exclusive/VTS : ESP, détecteur de sous-gonflage des pneus, phares Xénon directionnels, rétroviseurs dégivrants rabattables, aide au parking AV et AR, sièges velours et Alcantara, sièges 3D Alcantara (VTS) etc.
  • 720 millions d'euros d'investissements spécifiques pour une production annuelle de 260 000 unités

    La dernière-née de Citroën peut être produite à 260 000 unités par an dans l'usine de Mulhouse. C'est d'ailleurs la première fois qu'une Citroën est assemblée sur ce site historiquement dédié à Peugeot. Une situation qui résulte de la politique de PSA Peugeot-Citroën qui spécialise ses usines par plates-formes et non plus par marques. La C4 repose donc sur la plate-forme numéro 2 du groupe et partage même 62 % de ses pièces, en valeur, avec la 307 qu'elle côtoie sur le site alsacien. Une usine où les investissements industriels ont été nombreux (voir encadré), mais où ceux spécifiques à la C4 totalisent 420 millions d'euros auxquels il faut ajouter 300 millions pour les frais d'études et de développement. Des frais à la hauteur des ambitions de la marque puisqu'elle veut représenter, en France, 20 % du segment M1 avec environ 80 000 unités en 2005. Un volume que la Xsara n'a jamais atteint, affichant son maximum dans l'Hexagone avec 87 116 unités en 1999. La berline, avec ses rondeurs, devrait représenter 80 % des ventes et laisser ainsi 20 % au coupé. A noter que cette carrosserie 3 portes n'a séduit que 10 % des clients Xsara. Le design différencié des C4 sera un incontestable atout, mais la nouvelle Citroën fait également le plein d'innovations et de mécaniques pour séduire.

    La C4 et le HDmix : 80 % des ventes avec trois moteurs Diesel HDi

    Bien que ces C4 soient différentes en style, elles sont quasiment identiques en prestations. Qu'elle soit berline ou coupé, l'habitabilité est similaire. De la même manière, chaque carrosserie dispose de quatre finitions relativement proches. En effet, face à une berline qui joue la carte du confort, le coupé s'appuie logiquement sur la sportivité. Ainsi segmenté, chaque niveau de gamme C4 est assez bien équipé (voir encadré), mais il est toutefois dommage que certaines options ne soient disponibles que sur les versions hautes. Par exemple, l'Afil, l'alerte de franchissement involontaire de ligne, peut seulement être montée sur la berline en finition Exclusive et sur le coupé VTS. Le prix de l'option, 390 €, n'est pas un frein, mais son manque de disponibilité l'est. D'autant que ce système de prévention (voir encadré) prévient le manque de vigilance qui serait responsable de près de 30 % des accidents sur autoroutes et voies rapides. Toutefois, l'équipement de la C4 ne se résume pas à l'Afil. L'autre spécificité du modèle est incontestablement son volant à moyeu fixe. Surprenant à première vue, il se révèle finalement agréable à l'usage avec ses commandes en son centre. C'est un peu la même sensation avec la planche de bord, différente, très épurée, mais finalement très fonctionnelle. Côté motorisations, la gamme C4 offre 8 choix, 5 essences et 3 Diesel. Le 1,4 16V de 90 ch constitue l'entrée de la gamme essence qui est coiffée pour la berline par le 2,0 16V de 138 ch et pour le coupé par ce même 2,0 16V en version 180 ch. Entre ces deux extrêmes, le 1,6 16V sera sans nul doute le plus vendu des moteurs essence. Une cylindrée qui sera également le best-seller de la gamme Diesel avec les deux petits Hdi disponibles en versions 92 et 110 ch. Cette dernière version, plus puissante, est également équipée du Fap comme le 2,0 Hdi de 138 ch. Inutile de rappeler que ces trois dernières motorisations vont représenter au moins 80 % du mix français.
    La C4 semble donc bien armée pour le championnat commercial. Quant au championnat des rallyes, il semble que la C4 WRC ne le connaîtra jamais puisque le groupe PSA Peugeot-Citroën a annoncé le retrait de ses deux marques après la saison 2005.

    Christophe Jaussaud

    ZOOM

    L'Afil

    Apparue sur la C5 il y a quelques semaines, l'Afil (l'alerte de franchissement involontaire de ligne) est disponible en option sur la C4 (390€). Fabriqué par Valeo, ce système fonctionne avec 6 paires de capteurs infrarouges placés sous le bouclier. Chaque paire compte une diode émettrice d'infrarouges et une cellule de détection. Si, au-delà de 80 km/h et sans clignotant, le chauffeur change de voie de circulation, il sera alerté par une vibration dans l'assise de son siège, à droite ou à gauche selon la dérive. Cette situation est détectée grâce aux variations de réflexion du faisceau d'infrarouges envoyé sur la route par la diode. (voir illustration à droite)

     

    FOCUS

    Première Citroën fabriquée à Mulhouse

    Depuis 1962, le site de Mulhouse n'a vu que des lionnes quitter ses chaînes. Pouvant être produite à une cadence de 1 150 véhicules/jour, la C4 y bénéficie aujourd'hui d'une ligne dédiée. Son arrivée sur le site alsacien fait suite à de nombreux investissements consentis par le groupe. En effet, en plus des 720 millions d'euros spécifiques au modèle, PSA a injecté 1,4 milliard d'euros ces cinq dernières années pour améliorer l'usine. Le site de Mulhouse compte aujourd'hui deux nouvelles lignes de presse d'emboutissage, un nouvel atelier de ferrage, une nouvelle installation de peinture et un nouvel atelier de mécanique. Pour fêter cette première, le Musée national de l'Automobile de Mulhouse propose une exposition (du 9 octobre au 31 janvier 2005) baptisée " Géniales Citroën " qui présente au public des modèles de 1919 à nos jours.

     

     

    Cet Article est extrait de
    Pour le découvrir, cliquez ici
    Ajouter un commentaire
     
    Pour laisser un commentaire,  
     Inscrivez vous 
    Plus d'articles
    ZE : Renault veut garder un temps d'avance

    Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

    Une reprise de plus pour By my Car !

    Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

    T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

    Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

    Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

    Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

    Mercedes a dévoilé son pick-up

    Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

    Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

    Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

     
    Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page