Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW Série 1 : Retour au premier plan

BMW Série 1 : Retour au premier plan

Quatre ans après son lancement, la deuxième génération de Série 1 s’offre une large remise à niveau. Le design, les équipements, mais surtout les mécaniques, notamment avec l’arrivée de 3 cylindres, marquent ce nouveau départ.

Même si la Série 1 n’explique pas à elle seule la croissance de BMW ces dix dernières années, elle y a joué un grand rôle. Ainsi, depuis son apparition en 2004, près de 127 800 unités ont été écoulées en France sur les 2 millions qui ont été produites dans l’usine allemande de Regensburg. Dans l’Hexagone, 2008 restera comme sa meilleure année avec 17 050 immatriculations. Pourtant, c’est en 2009, avec “seulement” 15 928 immatriculations, que la Série 1 a pesé le plus lourd dans le mix de BMW. En effet, cette année-là, elle a représenté 36,7 % des ventes. Une période 2008-2009 qui témoigne de la montée en puissance des technologies EfficientDynamics présentées par le constructeur lors du salon de Francfort 2007. La Série 1 a d’ailleurs été la première à disposer de toute la panoplie technologique. Depuis cette époque, après l’offensive produits menée par BMW, la part de ce modèle a naturellement baissé dans la gamme, mais la Série 1 demeure un pilier avec encore 28 % en 2013 et 22,4 % en 2014. Un pilier du segment des compactes Premium également, qui doit lutter avec l’incontournable Audi A3, mais aussi la Mercedes Classe A qui a réussi sa “berlinisation”. Pour refaire son retard, la Série 1 évolue donc, s’adapte pour mieux répondre aux attentes. Et les évolutions sont nombreuses.

De plus en plus Connected

Au chapitre stylistique, même si la filiation reste très claire, cette Série 1 cuvée 2015 retrouve le sourire avec une phase avant retouchée, accueillant notamment des naseaux redimensionnés et de nouvelles optiques à LED. Mais c’est à l’arrière que la compacte évolue le plus avec l’arrivée de feux horizontaux en L, à l’image du reste de la gamme. A l’intérieur, peu ou pas de changement, mais le tout reste moderne, ergonomique et d’une très bonne qualité. Cela étant, en plus de l’enrichissement de la dotation de série, de nouveaux équipements font leur apparition, notamment le ConnectedDrive on Line qui peut, par exemple offrir l’info trafic en temps réel. De plus, les cartes du système de navigation sont remises à jour gratuitement pendant trois ans à raison de 4 fois par an. La liste des “Assist”, au service du confort et de la sécurité, s’élargit encore avec l’arrivée de l’ACC+ qui intègre maintenant la fonction Stop&Go dans les bouchons. Pour plus de changements, il faut regarder sous le capot où les puissances sont en hausse et les émissions en baisse jusqu’à 13 %.

De 3 à 6 cylindres

Après la Mini ou l’i8, mais dans un autre registre, la Série 1 adopte des mécaniques 3 cylindres en entrée de gamme, aussi bien essence que Diesel. Ainsi, la 116d EfficientDynamics Edition et la 116d adoptent ce bloc Diesel 3 cylindres de 1 496 cm3. De quoi en faire des chameaux avec seulement 3,4 et 3,6 litres aux 100 km, soit des émissions de CO2 limitées à 89 et 96 g/km. Naturellement, ces versions sont neutres à l’écotaxe, comme le reste de la gamme Diesel qui culmine pourtant à 224 ch avec la 125d (114 g/km). Pour ceux qui préfèrent l’essence, et ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux, la gamme accueille aussi un 3 cylindres. Ainsi la 116i, avec ses 109 ch, affiche une consommation moyenne de 5 litres, soit 116 g/km. Les 118i et 120i restent fidèles aux 4 cylindres avec 136 et 177 ch à disposition (125 g/km et 129 g/km). Dès que l’on franchit la barre des 200 ch, avec la 125i et ses 218 ch, le grammage grimpe à 148 g/km, soit un malus de 900 euros. Enfin, le meilleur pour la fin : la M135i. Certes, elle demande au moins une rallonge de 2 200 euros pour le malus, mais ce supplément n’est finalement pas grand-chose rapporté au plaisir que distille l’auto. Puis c’est surtout l’occasion de profiter une dernière fois du 6 cylindres en mode propulsion car la prochaine génération de Série 1 reposera sur la nouvelle plate-forme du groupe qu’utilisent déjà les Mini ou la Série 2 Active Tourer et bientôt le X1. Une page se tournera alors puisqu’elle n’autorise que des mécaniques en position transversale passant leur puissance aux roues avant.

----------
EN BREF - La Série 1

Date de lancement
26 mars
Segment de marché
Berlines compactes Premium
Objectif*
15 000 unités en année pleine
Principales concurrentes de la BMW 116 ED Lounge 116 ch : 27 850 €
• Mercedes A180 CDi 109 ch Inspiration : 29 525 e
• Audi A3 1.6 TDi 110 ch Business Line : 28 920 €
Prix
Essence - de 23 700 à 50 450 €
Diesel - de 23 850 à 43 550 €

*Estimation JA
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page