Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Opel Karl : Un nouvel univers

Opel Karl : Un nouvel univers

Après l’Adam, Opel s’attaque maintenant au cœur du segment avec la Karl. Une citadine d’entrée de gamme qui ouvre de nouvelles perspectives à la marque.

L’offensive Opel continue. En effet, avec l’Astra annoncée pour la rentrée, la Karl est la deuxième voiture 100 % nouvelle de l’année. Une citadine d’entrée de gamme vient ainsi étoffer l’offre du constructeur dans les segments A et B aux côtés de l’Adam et de la Corsa. Opel couvre ainsi l’ensemble du spectre des citadines avec la rationnelle Karl, qui vient occuper le terrain laissé vacant par la chic et ultra-personnalisable Adam. De quoi conquérir de nouveaux clients sur un segment A toutefois très concurrentiel, mais peut-être aussi fidéliser les anciens adeptes de la Chevrolet Spark aujourd’hui supprimée en Europe. La nouvelle Spark et la Karl partagent la même plate-forme (et la même usine en Corée du Sud), mais c’est presque tout. “Le début du développement a été mené conjointement avec les équipes de Chevrolet, explique Werner Jöris, ingénieur en chef développement Opel, nous avons par contre ensuite rapidement suivi nos propres voies. Ces deux modèles n’ont naturellement pas le même design, mais la direction, les moteurs ou encore les trains roulants sont aussi différents.”

Petite mais connectée

“La Karl est l’entrée de gamme d’Opel, explique Diane Schreiber, responsable marketing produit. Nous n’avons pas pour autant oublié le design, le confort et la sécurité.” La responsable affirme même que la citadine est “capable d’accueillir cinq personnes en offrant mieux que la concurrence, avec notamment des glaces à l’arrière qui s’ouvrent, mais aussi un siège conducteur réglable en hauteur, comme le volant d’ailleurs”. L’équipement sera également un point fort avec notamment une direction City mode, le Lane Assist, des capteurs de stationnement à l’arrière, le régulateur de vitesse ou encore 6 airbags. Le système d’infodivertissement IntelliLink, avec un écran 7 pouces, bénéficie de CarPlay d’Apple et d’Android Auto de Google, et peut aussi servir de hotspot Wi-Fi pour connecter jusqu’à 7 appareils. Au chapitre de la connectivité, la Karl disposera également, dès janvier 2016, du système Opel OnStar. Sous le capot, la Karl est au diapason avec un nouveau bloc 999 cm3 qui développe 75 chevaux et offre 96 Nm de couple. Ce trois cylindres atmosphérique fait partie de la nouvelle famille SGE dont des variantes turbo équipent déjà la Corsa, l’Adam et bientôt l’Astra. Le petit bloc, annonçant une consommation moyenne de 4,3 litres aux 100 km, soit 99 g/km, se montre très souple et agréable en ville, mais n’a pas pour autant peur de s’aventurer hors de la cité.

S’attaquer au cœur du segment A

Avec la Karl, Opel dispose d’une nouvelle corde à son arc. De quoi améliorer encore les résultats enregistrés jusqu’ici. En Europe (UE), le blitz progresse de 5 % avec déjà plus de 391 300 immatriculations VP à fin mai, mais le marché gagne 6,8 %. En France, avec 28 342 unités sur la même période, Opel gagne 2,8 % en volume, mais perd quelques dixièmes de part de marché VP avec 3,58 %, le marché hexagonal ayant grimpé de 3,8 %. Quelles sont les ambitions d’Opel avec cette nouvelle offre ? Sur un segment A qui ne pèse plus que 6 % du marché français à fin mai (un peu plus de 100 000 immatriculations en année pleine), après des grandes heures à plus de 10 % sous l’influence des primes à la casse, Opel veut faire au moins aussi bien que sa pénétration globale. Ce qui pourrait représenter entre 3 500 et 4 000 unités par an. Alors, certes, il n’est aucunement question de faire de l’ombre à la Twingo (33 % du segment) ou aux 108 et C1 (respectivement 11 % et 10 %), mais la petite Opel verra l’Aygo, la Panda ou la Picanto comme des concurrentes à surclasser.

La Karl ne manque donc pas d’atouts et, autre facteur non négligeable, sa valeur résiduelle s’annonce sans commune mesure avec le modèle qu’elle remplace finalement. Ainsi, la Karl devrait encore afficher 42 % de sa valeur après trois ans quand l’Agila se limitait à 29 %.

-------------
EN BREF - La Karl

Date de lancement

Juin
Segment de marché
Citadines
Objectifs*
3 500 unités en année pleine
Principales concurrentes de la Karl 1.0 75 ch Cosmo : 12 190 €
• Kia Picanto 1.0 66 ch Active 5p : 12 400 €
• Toyota Aygo 1.0 69 ch XPlay S&S 5p : 12 650 €
• Citroën C1 1.0 VTi 68 ch Feel 5p : 12 680 €
Prix
Essence - de 9 990 à 13 650 €

*Estimation JA


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault va lancer un label VO ZE

A l'image de Nissan, Renault va déployer, durant le premier semestre 2017, un label VO dédié à ses modèles électriques. Zoé en tête.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page