Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Nissan Pulsar : Cachez cette GT que je ne saurais voir

Nissan Pulsar : Cachez cette GT que je ne saurais voir

Si la gamme Nissan fait la part belle aux SUV/crossovers, il reste de la place pour les berlines traditionnelles telle la Pulsar lancée il y a un an. Le Japonais complète aujourd’hui son offre avec une version GT destinée à séduire les pères de famille en quête d’identité.

Je préfère être dépendant d’un segment en constante augmentation, gagner des parts de marché et que nous soyons profitables grâce à nos produits, que l’inverse. Aujourd’hui, Qashqai et Juke sont effectivement les modèles les plus vendus de la gamme en France. Mais il est très clair que la hiérarchie peut évoluer avec un groupe de véhicules composé de Note, X-Trail et Pulsar dans un ordre de grandeur équivalent”, nous avait confié en fin d’année dernière (JA n° 1212) Bernard Loire, président de Nissan West Europe, en répondant à nos questions sur la SUV-dépendance de la gamme au moment même où Nissan revenait, après des années d’absence, sur le segment des berlines compactes en lançant la Pulsar. Dans les faits, les succès des SUV et crossovers ne se démentent pas. Ainsi, fin 2014, la triplette Juke, Qashqai et X-Trail a cumulé 49 625 VN sur l’exercice, soit 72,90 % des ventes totales de la marque en France (68 072 unités), quand, de son côté, la Pulsar, commercialisée en fin d’année il est vrai, dépassait à peine les mille unités (1 056 VN). Six mois plus tard et au cumul depuis janvier 2015, le poids des SUV/crossovers a légèrement reculé à 69,5 %, quand les ventes de la Pulsar semblent enfin décoller (2 607 VN fin juin), et quand, parallèlement, la marque poursuit sa progression en France (+ 12,19 %, à 40 383 VN).

Sportive sans plus

A son lancement, la Pulsar ne devait pas révolutionner le marché, mais apporter un plus à la marque qui se repositionne sur le segment C. “Se repositionner”, c’est le terme utilisé par Nissan, qui connaît les enjeux d’un très concurrentiel segment C où ferraillent les 308, Mégane, C4, Golf et autres Astra, Focus et consorts, et sur lequel figurer au mieux dans le Top 15 est déjà presque une réussite. Avec un objectif de 5 000 unités en année pleine, soit dès cette année, son positionnement est juste suffisant pour être un véhicule de complément. En attendant que la sauce Pulsar prenne, Nissan n’a pas attendu pour donner à sa berline compacte une version plus sportive avec cette déclinaison GT. Ainsi, Nissan (qui nous réserve peut-être une version Nismo à venir ?) a doté sa berline compacte d’un bloc de 1,6 litre affichant 190 chevaux, capable d’avaler le 0 à 100 km/h en un peu plus de 7 secondes pour une consommation mixte de 5,9 l/100 km, soit 138 g de CO2/km. Rien d’ébouriffant, mais suffisant pour un père de famille en manque de sensations souhaitant sortir de l’ordinaire.

Sans ostentation

Car si, sous le capot, il y a plus de muscles, en dehors rien n’indique, hormis les sorties d’échappement, les phares à fond noir, les jantes 18” et le sigle GT, qu’il s’agit d’une version sportive. En effet, Nissan a tenté de garder l’esprit originel de la berline traditionnelle, laquelle reprenait déjà les codes à succès entrevus sur les SUV. A l’intérieur, c’est plus chic avec notamment une sellerie cuir, les surpiqûres et le volant à trois branches. En outre, la GT est équipée en série du système de navigation tactile NissanConnect avec ses multiples applications. Un ensemble qui renforce donc l’esprit qu’a voulu donner la marque à son modèle sans pour autant faire trembler les murs, mais plus sûrement la concurrence au regard du prix affiché pour cette berline compacte sportive (25 640 euros). “Nous avons voulu démocratiser ce type de véhicules et le rendre accessible à tous”, a notamment expliqué la marque. De quoi s’offrir quelques douces sensations. Aussi discrètes soient-elles.

-----------
EN BREF - Nissan Pulsar GT

Date de lancement
Depuis juin
Segment de marché
Compactes sportives
Objectif
2 % du mix (5 000) soit une centaine d’unités
Principales concurrentes de la Nissan Pulsar GT :
• Peugeot 308 GT THP 205 ch : 30 450
• Seat Leon 1.8 TSI 180 ch FR : 27 040
• Ford Focus ST 2.0 EcoBoost 250 ch : 29 000
Prix
25 640 € - (1 650 pour le Pack Premium)
 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page