Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Volvo XC90 : Le retour du géant suédois

Volvo XC90 : Le retour du géant suédois

Après treize années de bons et loyaux services, l’heure du renouvellement a sonné pour le grand SUV de la marque suédoise. Désormais sous la coupe du Chinois Geely, ce dernier n’en conserve pas moins ses attributs scandinaves et y gagne au passage de sérieux atouts.

Lancé en 2002 et écoulé depuis à près de 650 000 exemplaires dans le monde, le XC90 premier du nom a rendu son tablier. Gage à son remplaçant de faire désormais aussi bien que lui. Premier objectif fixé ? Atteindre les 100 000 unités en année pleine. Pour y parvenir, la marque suédoise mise beaucoup sur l’Europe de l’Ouest, sur les Etats-Unis où le potentiel est bien réel pour elle après quelques années d’errance, mais surtout sur la Chine, berceau de sa maison mère (Geely), devenue son premier marché mondial. A l’heure du renouvellement, Volvo a donc choisi d’en imposer au travers d’un véhicule à la stature d’un Viking qui gagne près de 15 centimètres en longueur et 25 en largeur. Côté technique, le XC90 deuxième génération ouvre également une nouvelle ère, étant le premier à adopter la nouvelle plate-forme SPA qui servira de base à tous ses futurs modèles. Une innovation qui engendre un profond renouvellement mécanique avec l’intégration d’un quatre cylindres comme base de toutes les versions, mais qui permet aussi au SUV de se montrer plus léger sur la balance même si son poids dépasse encore les deux tonnes.

L’art de recevoir

Nonobstant cet embonpoint, une fois lancé, celui-ci se montre digne de son glorieux prédécesseur, ne faisant que très peu ressentir à ses passagers son gabarit. Agile, le XC90 sait également se montrer joueur quand il le faut grâce à une interface qui permet au conducteur de choisir son mode de conduite et de faire varier certains paramètres (caractère moteur, suspension, direction). A l’intérieur, justement, Volvo a pris soin de choyer sa clientèle. Matériaux haut de gamme, ambiance feutrée, connectivité avancée, bienvenue dans l’ultra-luxe ! Essayé dans une finition Inspiration, le XC90 mélange ainsi des cuirs, tissus et plastiques de premier rang auxquels s’ajoute du bouleau sur la console centrale, le tableau de bord et les portes. Disponible en cinq ou sept places, ce dernier s’avère également être une petite salle de concert pour tous ses occupants grâce à l’installation du système Bowers & Wilkins, paramétrable de multiples façons, offrant une qualité acoustique que la marque compare au Concert Hall de Göteborg, rien que ça ! En parallèle, s’installe à bord l’une des innovations les plus attendues de cette nouvelle génération, à savoir le système Sensus annoncé de longue date. Avec lui, oubliez la farandole de boutons du précédent système embarqué, place à présent à une tablette tactile.

Un condensé de technologie

Pour le coup, le gadget vaut son pesant d’or. Largement inspiré de l’iPad, celui-ci permet de quasiment tout contrôler. Avec navigation, radio, téléphone sont ainsi de la partie, mais aussi climatisation, aides à la conduite, alertes de maintenance ou différentes caméras, cette innovation a réellement vocation de tour de contrôle. D’ici quelques mois, le système Sensus sera par ailleurs enrichi avec l’ajout d’applications supplémentaires, mais aussi l’intégration de la technologie CarPlay développée par Apple, qui permettra aux utilisateurs du XC90 de dupliquer l’écran de leur smartphone à la Pomme sur celui de leur véhicule (partie basse, le haut étant réservé au Sensus). Reste qu’une Volvo ne serait pas vraiment une Volvo sans les aides à la conduite, aussi nombreuses que sophistiquées. Le constructeur suédois s’est d’ailleurs fixé un objectif ambitieux en souhaitant ne plus dénombrer le moindre mort dans ses véhicules d’ici 2020. Pour ce faire, il déploie ici des trésors d’ingéniosité pour parfaire la sécurité des passagers. Le système City Safety (détection des voitures, cyclistes et piétons), l’assistance embouteillage, les multiples alertes de franchissement de ligne (avec correction de trajectoire), d’anti-collisions, de distance de sécurité ou d’angle mort participent ainsi très largement à atteindre cet objectif. Quitte à rendre la conduite quelque peu déshumanisée. Un choix assumé pour une marque qui estime que sa stratégie sécuritaire prévaut sur toutes les autres. Qu’on se le dise, le XC90 est bien de retour.

-----------
EN BREF - Volvo XC90

Date de lancement
Juin 2015
Segment de marché
Grand SUV
Objectif
100 000 unités (monde)
Principales concurrentes du Volvo XC90 D5 AWD 225 Inscription : 68 600 €
• Mercedes GLE 250 d 4Matic Exclusive : 65 200 €
• BMW X5 xDrive30d 258 ch Lounge Plus : 67 450 €
• Audi Q7 Ambition Luxe V6 3.0 TDI : 71 300 €
Prix
de 49 900 à 90 340 €


 


Fichier lié à l'article

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page