Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Mazda MX-5 : Un jouet extraordinaire

Mazda MX-5 : Un jouet extraordinaire

Incontournable depuis 1989, le MX-5 revient avec une 4e génération plus aboutie que jamais, mais surtout fidèle à l’esprit de ses débuts. Comme à son habitude, Mazda a choisi de ne pas faire comme les autres.

L'iconique roadster nippon est de retour. Et quel retour ! Ce MX-5 cuvée 2015 a su sublimer l’esprit du modèle apparu pour la première fois en 1989. La propulsion, un moteur central avant, une répartition du poids de 50/50, un centre de gravité très bas et un prix abordable font toujours partie du génome, même si les ingénieurs de Mazda sont cette fois partis d’une feuille blanche. Ils ont bâti un nouveau modèle avec les technologies actuelles du constructeur, comme celles baptisées "SkyActiv" pour les trains roulants, les moteurs, les boîtes ou encore la structure. Ainsi, le MX-5 est de 100kg plus léger que la précédente génération. Avec le bloc 1.5, il n’accuse que 975kg sur la balance. La chasse aux kilos superflus a été générale, voyant notamment la part d’aluminium passer de 2 à 9%, une capote ayant même perdu 3kg. Le dynamisme et l’efficience en sortent renforcés. Les émissions de CO2 ont ainsi reculé de 17%, même si cet aspect n’a pas été un point essentiel du cahier des charges puisque le modèle sera soumis à des malus de 250€ (139g/km) et 900€ (154g/km), selon la motorisation. En échange, le MX-5 a notamment su conserver une boîte où les rapports ne sont pas exagérément longs afin de pouvoir tirer le meilleur des deux blocs proposés.

Une usine à sensations

Sous le capot, la Miata reste là encore fidèle à la tradition sans se lancer dans une course à l’armement souvent contre-productive. Ainsi, le petit 1.5, développant 131ch et offrant 150Nm de couple, se montre parfaitement à la hauteur. Il constitue sans doute l’offre la plus homogène, sachant marier performance, plaisir et confort dans quasiment tous les cas de figure. Avec le 2.0 et ses 160ch, le roadster joue dans un registre nettement plus sportif avec l’apparition d’un autobloquant, d’amortisseurs bilstein ou encore de jantes de 17 pouces. Mais, au final, si la performance est renforcée, le confort y perd. Chacun y trouvera toutefois son compte même si, dans les deux cas, le MX-5 reste une usine à sensations sans même avoir besoin de rouler à des vitesses largement condamnables. Ajoutez à cela des tarifs contenus (de 24800 et 32050€), et le tableau est quasi parfait. En attendant le Fiat 124 Spider, issu de la coopération entre Mazda et Fiat, le MX-5 n’a pas vraiment de concurrence. Le constructeur nippon positionne toutefois son jouet extraordinaire sur un marché "plaisir" ou "coup de cœur" face à des cabriolets ou des coupés dont le prix peut osciller entre 25000 et 45000€. Une frange pesant 12000 à 13000 voitures chaque année en France.

30000 MX-5 par an

Déjà écoulé à plus de 950000 unités à travers le monde, le MX-5 ne tardera pas à franchir la barre du million d’exemplaires. Mazda table sur 30000 unités par an, dont 10000 en Europe. "Nous ne sommes pas obsédés par le volume du MX-5", explique Philippe Geffroy, le président de Mazda France. Cela devrait toutefois se traduire par 1000 exemplaires dans la phase de lancement avant de se stabiliser vers 500 unités par an. Le roadster laisse donc les volumes aux SUV de la gamme que sont les CX-5 et CX-3. D’ailleurs, le petit dernier, le CX-3, est en passe de devenir le modèle le plus vendu du constructeur dans l’Hexagone. De quoi terminer l’année 2015 avec un volume proche de 8500 à 9000 unités (5811 immatriculations à fin septembre, soit une hausse de 30,3%) avant de viser, en 2016, 11000 à 11500 immatriculations. Une amélioration du business qui se fait également sentir dans le réseau, où la rentabilité moyenne cette année devrait être voisine de 0,7%. Un réseau qui, dans les années à venir, devrait encore évoluer avec un objectif de 120 points de vente corrélé à un volume de ventes de 15000 unités. La France devra effectivement apporter sa quote-part à la croissance européenne de Mazda, qui ambitionne, à moyen terme, 200000 ventes sur notre continent, contre 180000 à la clôture de l’exercice 2014-2015.

Etudes des Valeurs futures Mazda MX-5

1.5 SkyActiv-G 131 ch : 24 800 euros

Années/km

%

Euros

2016 /20 000

78,26

19 409

2017 / 40 000

65,69

16 291

2018 / 60 000

53,81

13 344

2019 / 80 000

44,89

11 132

Source : Autovista

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Pautric investit à Rennes

L'opérateur vient de consentir un investissement de 8 millions d'euros pour une nouvelle concession BMW/Mini dans la capitale bretonne.

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page