Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Alfa Romeo Giulietta : En attendant la Giulia...

Alfa Romeo Giulietta : En attendant la Giulia...

Alors que les Alfistes attendent avec impatience l'arrivée de la routière milanaise, la marque a revisité la Giulietta afin de préparer le terrain, mais aussi de la rendre plus attractive auprès des entreprises. C'est réussi.

Heureusement que le salon de Genève est passé par là, avant que l'on appelle la nouvelle Alfa Romeo Giulia l'Arlésienne au lieu de la Milanaise. Mais il n'en est rien. La nouvelle berline de la marque doit bien faire ses premiers tours de roues en juin, avec des commandes ouvertes à compter de mi-avril, et symbolisera plus que jamais le retour aux affaires d'Alfa Romeo. Un retour aux affaires pour l'instant symbolique tant il est difficile de savoir quelles seront les capacités volumétriques de la Giulia sur un segment D où s'affronte déjà une concurrence bien affirmée, mais néanmoins important pour une marque qui a fait connaître son plan de bataille à plus ou moins long terme avec une offensive sur le marché nord-américain et sur le segment des SUV Premium à compter de 2017. Le retour au premier plan d'Alfa Romeo passera donc par le succès de la Giulia. Mais, en attendant cette nouvelle ère, c'est la Giulietta qui occupe le devant de la scène.

Fer de lance

Car la berline compacte reste bel et bien le fer de lance de la marque milanaise au sein d'une gamme composée de trois véhicules (avec la Mito et la 4C). Avec 333000 unités vendues dans le monde depuis son lancement en 2010, la Giulietta est loin d'atteindre le niveau de son prédécesseur, la 147, laquelle fut vendue à hauteur de 600000 unités, mais elle reste un véhicule sur lequel la marque peut compter. En France, Alfa Romeo en a écoulé 33530 en six ans. En 2015, ses 4116 VN vendus (-17,35%) ont représenté 65% des ventes de la marque. Il fallait bien une petite cure de jouvence pour lui donner un second souffle.    

Adaptée aux entreprises

Pour rappeler l'arrivée de sa grande sœur Giulia, la Giulietta reçoit ainsi les mêmes éléments stylistiques, tels la grille de calandre en nid d'abeilles et le nouveau pare-choc avant, formant ensemble le fameux "Trilobo", symbole par excellence d'Alfa Romeo. Autre symbole non dénué de sens, la Giulietta version 2016 arbore aussi le nouveau logo de la marque. Par ailleurs, c'est toute la gamme de la berline compacte qui a été remaniée : les quatre finitions, Giulietta, Super, Lusso et Veloce, ont été revues pour arborer plus d'équipements, à des tarifs plus compétitifs que l'ancienne version, "mais aussi par rapport à la concurrence", assure la marque.

Si le 1,6 JTDm 120 ch Super (à 26640€) constituera le cœur de gamme (les moteurs Diesel ne pèsent plus que 60% des ventes sur la Giulietta), les professionnels ont le droit à une finition Business. Une version qu'ils pourront choisir avec une nouvelle association, le 1,6 JTDm 120 avec transmission double embrayage TCT. Un mariage de choix, judicieux, et un très bon pari de la part de la marque au vu des prestations fournies par cette motorisation. Sobre, efficace et performante, celle-ci a un niveau d'émission limité à 99g/km et demeure très économe (3,8l/100) (et une TVS à 198€ contre 412€ pour la version 103g/km). Elle est lancée en LLD au tarif de 299€/mois sur trente-six mois et 60000km. Une cure de jouvence très utile, donc, et très alléchante à plusieurs niveaux. Si, jusqu'ici, le mix était favorable aux particuliers dans un rapport 60/40, Alfa Romeo assure que cette offensive devrait inverser la tendance au profit des professionnels.

Etude des valeurs futures de l'Alfa Romeo Giulietta

1.6 JTDm 120 ch S&S Super à 26 500 euros

 

Années/km

Valeur future vente (%)

Valeur future (euros)

2017/20 000

67,52

17 893

2018/40 000

59,95

15 886

2019/60 000

53,08

14 066

2020/80 000

46,34

12 281

Source Autovista

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
ZE : Renault veut garder un temps d'avance

Après la conversion à l'électrique de la quasi-totalité des constructeurs de la planète à plus ou moins longue échéance, l'Alliance Renault-Nissan, qui reste l'un des pionniers en la matière,

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page