Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Honda FR-V : Vivement le Diesel

Honda FR-V : Vivement le Diesel

Honda lance un nouveau monospace compact, le FR-V, un vrai 3 + 3 places particulièrement original, séduisant et intéressant. Seule ombre au tableau : le Diesel n'arrivera que tardivement, à la mi-2005. Honda continue sa reconquête du Vieux Continent. Celle-ci avait démarré l'an passé,...

...il y a un an presque jour pour jour, avec le lancement de l'Accord Diesel I-CTDI. Un Diesel pour la première fois entièrement "Made in Honda" qui fut dans l'ensemble bien reçu par la critique (JA n° 850). Un moteur Diesel aussi et surtout bien accueilli par le constructeur qui a dopé ses ventes en Europe. En effet, sur le premier trimestre 2004, Honda a vu celles-ci croître de 18 % et de 16,6 % sur les 7 premiers mois de l'année pour atteindre 156 582 unités. "Des résultats qui permettront à Honda d'atteindre la barre des 210 000 unités à la fin de cette année", espère, optimiste, le constructeur. Pour la France, les chiffres sont tout aussi encourageants puisque le constructeur, avec près de 5 000 unités, progresse de 16,9 % sur les 8 premiers mois de l'année. L'effet Diesel contribuera sans aucun doute à ce que Honda France termine l'année 2004 bien mieux que l'année 2003 où le constructeur avait péniblement terminé l'exercice à 5 547 immatriculations. Mais l'Accord Diesel n'est pas la seule raison de ce redressement à laquelle il convient d'ajouter les bonnes tenues des Jazz et Civic, et bientôt du CR-V qui accueillera également la fameuse motorisation Diesel. Pour compléter son offensive, Honda sort en outre un nouvel atout de sa poche en lançant le FR-V.

Original et élégant, le FR-V a de quoi plaire malgré une hiérarchie établie sur le segment des MPV

On aurait pu penser, à juste titre peut-être, que le constructeur aurait dû s'attaquer à un autre segment que celui des MPV compacts, un segment de plus en plus concurrentiel, notamment en France où les leaders ne sont autres que les Scénic (95 808 immatriculations en 2003) et Picasso (64 059 immatriculations en 2003). Un segment où les importateurs ne sont pas non plus des faire-valoir avec les Zafira (35 045 immatriculations en 2003), Touran (16 000 unités sur 9 mois 2004) et C-Max (22 000 unités sur 9 mois 2004), sans oublier les Altea, le Corolla Verso ou encore le Premacy. Cependant, malgré ces ténors de la catégorie, le FR-V a de quoi séduire. Son style se dégage de la tendance actuelle. Très homogène, le FR-V a une allure à la fois sportive et élégante. Sa proue plongeante et agressive se termine par une calandre traversée par trois barres chromées qui lui vont bien. Sa ligne de ceinture qui continue de remonter vers l'arrière donne l'impression que sa poupe est surélevée. En outre, la proéminente lunette arrière confère une certaine grâce au monospace nippon. Doux mélange entre agressivité, sportivité et élégance, le design du FR-V est réussi. Mais le plus surprenant vient sans aucun doute de l'intérieur du véhicule. Allant à l'encontre des tendances du segment et négligeant l'échec du Multipla, les ingénieurs de Honda ont opté pour la configuration 3 + 3 places en "mettant l'accent sur l'aspect familial du véhicule". Plus que deux simples rangées de sièges, le FR-V propose réellement six sièges individuels permettant ainsi de nombreuses configurations. Les deux sièges centraux avant et arrière sont ainsi coulissants, le concept en V double autorisant plus de place pour les passagers de grande taille. S'il est vrai que ces sièges centraux restent légèrement plus petits que les sièges passagers "normaux", on peut toutefois les reculer de 27 cm pour optimiser l'habitabilité.

Le Diesel n'arrivera qu'à la mi-2005. Dommage

La flexibilité ne s'arrête pas là puisque les trois sièges arrière sont rabattables et que l'espace déjà important du coffre avec six personnes à bord (439 litres) peut alors passer à plus de 1 000 litres (1 049 litres). Cette conception originale n'entrave en rien le conducteur qui, installé au volant, fait face à une sobre et racée console. Une fois encore, l'originalité est de mise, notamment avec ce frein à main placé sous le tableau de bord et ce fin levier de vitesses situé à mi-hauteur, à portée de main du conducteur. Un conducteur qui aura pour l'instant le choix entre deux motorisations essence : le 1,7 l 125 ch et le puissant 2,0 l de 150 ch, qui reste agréable et surtout mélodieux. Malgré un véhicule aussi flexible, aussi original et aussi innovant, Thierry Hubert, General Manager de Honda Motor South Europe pour la France, prudent, n'envisage guère plus de 1 000 unités sur une année pleine. Hélas, le FR-V ne sera disponible avec le fameux 2,2 I-CDTI qu'à la mi-2005. Dommage…

Tanguy Merrien

Voir aussi :

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Kia :

Guillaume de Boudemange, directeur des opérations commerciales de Kia, revient sur les performances de la marque à l'issue du premier semestre 2018. Il évoque aussi la situation du réseau qui tire

PGA entre dans le groupe Bernard !

Avec le retrait du groupe Alcopa de toutes activités retail en Europe, PGA reprend les 40 % de participation du groupe belge et entre ainsi dans le capital de l'entité gérée par Jean-Patrice Bernard.

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page